A la Une

Inventer tout le temps de nouveaux problèmes pour gagner du temps et espérer faire céder l’ennemi?

Vladimir Poutine et Hassan Rohani, illustration/© Reuters Photographer Source: Reuters

Moscou et Téhéran battent en brèche le «nouvel accord» nucléaire iranien proposé par Macron

Face à la Russie et l’Iran fondamentalement légalistes qu’espèrent-ils vraiment gagner de plus en essayant de torpiller l’ancien accord?

Le Kremlin et le chef d’Etat iranien ont vivement critiqué le 25 avril l’idée d’un «nouvel accord» sur le nucléaire iranien, proposée par Emmanuel Macron à Donald Trump lors de sa visite à Washington.

La proposition d’Emmanuel Macron de «nouvel accord» sur le nucléaire iranien, formulée le 24 avril à l’adresse de Donald Trump, n’a guère été du goût de Téhéran.

Le lendemain, le président de la République islamique d’Iran Hassan Rohani a contesté la légitimité d’une telle proposition, évoquée en conférence de presse à Washington entre les présidents français et américain. «Ils disent : « nous voulons décider pour un accord conclu à sept. » Pour quoi faire ? De quel droit ?», s’est indigné le chef d’Etat dans un discours à Tabriz, dans le nord de l’Iran, en référence à l’accord historique signé à Vienne, le 14 juillet 2015, par sept pays : les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et bien sûr l’Iran. Cet accord sur le nucléaire iranien, conclu après des années d’âpres négociations, prévoit entre autres que Téhéran gèle son programme nucléaire jusqu’en 2025.

Outre le président iranien, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré le 25 avril qu’il n’y avait pas d’autre option que l’accord actuel. «Nous sommes pour que l’accord soit préservé dans son état actuel. Nous estimons que pour l’heure, il est sans alternative», a martelé Dmitri Peskov devant la presse.

Après avoir défendu l’accord existant, Macron en propose un nouveau

Le 12 mai, Donald Trump doit dire s’il rompt ou non l’accord sur le nucléaire iranien qu’il juge insuffisant. Devant ce risque, le président français a proposé de «travailler sur un nouvel accord» alors que jusque là, il se satisfaisait de celui de 2015. «Nous avons un désaccord sur le JCPOA», a reconnu Emmanuel Macron, le 24 avril à Washington, en usant de l’acronyme anglais de l’accord sur le nucléaire iranien.

Un «petit groupe» de ministres a déjà commencé à travailler sur le sujet, selon le chef d’Etat français, et ils se réuniront de nouveau «bientôt». La France propose de discuter de ce nouvel accord avec ses alliés européens, mais aussi «bien sûr, avec la Russie et la Turquie». La proposition d’Emmanuel Macron impliquerait des négociations sur quatre questions, dont le maintien de l’interdiction d’enrichissement de l’uranium et la fin des «activités balistiques de l’Iran dans la région».

Lire aussi : Syrie, Iran : à la Maison Blanche, Trump et Macron tentent de rapprocher leurs positions

Source: RT France

Des Pantsir-S russes détruisent des drones près de la base de Hmeimim (vidéo)

© Sputnik . Vladimir Sergueev

Une vidéo sur laquelle des drones non identifiés ont été détruits près de la base aérienne russe de Hmeimim, en Syrie, a été mise en ligne sur les réseaux sociaux.

Une vidéo d’environ 40 secondes montre les tirs des canons du système antiaérien russe Pantsir-S dans le ciel nocturne syrien.

Le ministère russe de la Défense avait précédemment annoncé que les radars avaient détecté le déplacement d’appareils non identifiés de petite taille dans le ciel à proximité de la base russe de Hmeimim. Les appareils, apparemment deux drones, volaient vers l’aérodrome militaire situé dans la province de Lattaquié.

«Le 24 avril, à la tombée de la nuit, les moyens de contrôle de l’espace aérien déployés sur la base aérienne russe de Hmeimim ont repéré des cibles aériennes non identifiées de petite taille à proximité de l’aérodrome. Toutes les cibles ont été détruites par les tirs des systèmes de défense antiaérienne de la base russe», indique un communiqué du ministère.

Il est au passage à noter que les systèmes Pantsir-S (SA-22 Greyhound selon le code de l’Otan) ont apporté leur contribution à la défense antiaérienne syrienne contre les attaques de missiles de croisière américains, français et britanniques dans la nuit du 13 au 14 avril. Les Pantsir-S ont tiré 25 missiles, dont 23 ont détruit leur cible.

En outre, les Pantsir-S avaient déjà déjoué une attaque massive de 13 drones menée par les extrémistes contre les sites russes en Syrie.

Source : Sputnik News – France

Un media US met en garde contre une arme russe de «l’Apocalypse»

CC BY 2.0 / Petra Bensted / Tsunami

La torpille sous-marine russe dotée d’ogives nucléaires, baptisée par des médias occidentaux «l’arme de l’Apocalypse», serait capable de détruire des villes côtières entières, écrit le site web d’information américain Business Insider.

Le site web d’information américain Business Insider a consacré un article à la torpille sous-marine russe dotée d’ogives nucléaires Status-6 Oceanic Multipurpose System, qualifiée par des médias occidentaux «d’arme de l’Apocalypse» et dont la création avait été évoquée par Vladimir Poutine dans son message à l’Assemblée fédérale russe le 1er mars 2018.

Selon le média, qui relate ses caractéristiques, le Status-6 est capable de délivrer une ogive thermonucléaire de 50 mégatonnes.

De plus, comme l’indique Greg Spriggs, physicien en armes nucléaires au Lawrence Livermore National Laboratory, cette arme de 50 mégatonnes «pourrait provoquer un tsunami» et atteindre le rivage avec une puissance égale à une explosion de 650 kilotonnes.

D’après le média, ce tsunami aurait la même force que le séisme qui avait frappé le Japon en mars 2011. De même, selon les spécialistes, ayant détonné sous l’eau, cette torpille soulèverait des vagues hautes de 100 mètres.

Le Business Insider souligne également que l’explosion du Status-6 sous l’eau pourrait produire une explosion nucléaire immense qui non seulement détruirait une ville entière, mais couvrirait aussi un vaste territoire avec une onde radioactive.

Ainsi, si l’explosion se produit près de villes côtières comme Los Angeles ou San Diego, l’effet produit par les retombées nucléaires serait encore plus important à cause du vent marin.

Lors de son discours annuel fait cette année le 1er mars, Vladimir Poutine a annoncé la création de systèmes d’armes dernier cri dont de nouveaux drones sous-marins ultra rapides et invulnérables, des systèmes de missiles Sarmat capables de neutraliser la défense antiaérienne, des complexes laser et des armes hypersoniques.

Source : Sputnik News – France

 

1 Comment on Inventer tout le temps de nouveaux problèmes pour gagner du temps et espérer faire céder l’ennemi?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :