A la Une

Une surprenante enquête chinoise révèle les non-dits de la frappe du 14 avril

Un Rafale armé de quatre AASM. ©Armée de l’Air

Il y a quelque chose de « bizarre » dans le royaume des alliances occidentales. Des sources chinoises disent avoir scruté de long en large les images fournies par leurs satellites espions au dessus de la Syrie et de la Méditerranée orientale et ne rien avoir trouvé qui puisse correspondre de près ou de loin à la version avancée des frappes triparties du 14 avril contre la Syrie.

Selon la presse chinoise, les bâtiments de surface de la marine française qui sont supposés avoir pris part à l’attaque tripartite de la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril, n’auraient lancé aucun missile de croisière. Les trois frégates multimissions (Fremm), l’Aquitaine, l’Auvergne et le Languedoc, localisés avec précision par les satellites chinois et russes, apparaissent n’avoir tiré aucun projectile au cours de l’opération.

 

Les États-Unis et la France ont chacun raté leurs tirs de missiles le 14 avril contre la Syrie, à des degrés différents.

Les attaques triparties du 14 avril contre le territoire syrien ont été sévèrement jugées par les analystes qui refusent de les qualifier de succès. Pourquoi?

Cette découverte n’a pas manqué de laisser pantois nombre d’analystes chinois. Selon l’agence d’information iranienne Fars, les experts russes partagent cette stupéfaction. D’après cette information, la marine de guerre française n’aurait tiré aucun missile contre la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril.

Dans les heures suivant l’attaque, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s’est félicité du fait que la France a réussi parfaitement son opération. Au même moment, la France a annoncé que tous les missiles MBDA Scalp EG avaient atteint leurs objectifs. Des sources militaires anonymes ont, par la suite, remis en cause cette version. Selon elles, seuls trois missiles sur douze auraient été lancés suite à une série de dysfonctionnements.

Qu’en est-il de la Grande-Bretagne ? 

La Grande-Bretagne étonne aussi les experts chinois. Les trajectoires empruntés par les Tornado GR-4 britanniques sont loin d’être compréhensibles, les pilotes britanniques ayant tout fait pour faire échouer leur mission.

Quand aux Tomahawk US tirés à partir de navires de guerre en Méditerranée orientale ou en mer Rouge, certains d’entre eux se sont abattus avant d’atteindre l’espace aérien syrien et d’autres, ayant pénétré cet espace, semblaient suivre des trajectoires aléatoires avant de disparaître.

Les experts chinois continuent leur enquête.

Un Rafale français avant les frappes du 14 avril contre le sol syrien, en Méditerranée orientale. ©20minutes

Au seuil de sa visite à Washington, le président français a fait le plein! En traitant Poutine d’ennemi de la démocratie, il a demandé le départ d’Assad et mis en garde contre un retrait US qui « balisera le terrain à la domination iranienne sur la Syrie et à une nouvelle guerre et à l’émergence d’un type nouveau de terrorisme ». La France est-elle en guerre contre l’Iran et la Russie? 

Les analystes politiques reviennent d’ailleurs sur la visite à partir de ce lundi 23 avril du président français aux États-Unis, visite jugée d' »entourée d’incertitudes » en termes d’acquis politiques ou économiques.

(…)

Source: Press TV

« Un conte affirmait que de vrais soldats devraient tirer contre des ennemis armés, ce n’est pas vrai, Israël le démontre. »

«Tu l’as eu» ce «fils de p***» : la vidéo choc de soldats israéliens tirant sur des Palestiniens

 Capture d’écran YouTube/©B’Tselem

Dans une vidéo publiée par une ONG, trois soldats sont filmés en train de débattre de la meilleure façon de disperser des Palestiniens. L’un d’eux affiche sa préférence pour les tirs à balles réelles, pourtant ils useront des balles en caoutchouc.

Se donnant pour but de recenser «les tirs illégaux sur des manifestants désarmés», le Centre israélien d’information pour les droits de l’Homme, une ONG également connue sous le nom de B’Tselem, a publié une vidéo le 24 avril 2018 sur YouTube, où l’on voit trois soldats en opération commenter leurs tirs de balles en caoutchouc en direction de manifestants palestiniens. Grâce à une prise de son de très bonne qualité, peut-être à leur insu, il est possible d’entendre très distinctement leurs propos. «Il nous faut un bon tir qui fasse mouche et ce sera plié. Ça leur apprendra à lancer des pierres», juge l’un des soldats, alors que la discussion porte sur la meilleure façon de neutraliser les manifestants.

Un autre déplore la seule utilisation de balles en caoutchouc.«Une seule vraie balle et tout ça serait fini», commente-t-il. Un soldat prend d’abord pour cible un homme portant un vêtement rouge, avant de mettre en joue un autre individu vêtu de blanc. «Dès qu’il se découvre, je te jure, je vais le…», commence un des autres soldats, accroupi en position de tir. «Frère, tu les atteindras à peine», coupe un autre. Après débat, le soldat arrête toutefois son choix, tire une balle en caoutchouc et fait mouche. «Tu l’as eu !» s’exclame son camarade. «Fils de pute», s’écrit le tireur en exultant.

Selon la description l’accompagnant, la vidéo a été tournée le 13 avril, dans le village de Madama, à quelques kilomètres au sud-ouest de Naplouse en Cisjordanie. Ce même 13 avril, à Gaza, Tsahal tirait à balle réelle sur des manifestants palestiniens dans le cadre de la «Marche du retour», faisant un mort. Le vendredi suivant, le 20 avril, quatre Palestiniens mourraient sous les balles de l’armée israélienne.

Lire aussi : Mort d’un journaliste palestinien blessé par des tirs israéliens à Gaza

Source: RT France

« Daesh a échoué, des troupes arrivent en renfort après que Moscou ait retiré les siennes. Bientôt les troupes des pays financiers? »

Des soldats français envoyés en renfort en Syrie depuis deux semaines, annonce Washington

Le secrétaire d’Etat américain James Mattis a annoncé ce 26 avril que la France avait envoyé des soldats en renfort au début du mois d’avril.

James Mattis, secrétaire d’Etat américain a confirmé ce 26 avril 2018 que des soldats français étaient arrivés en renfort en Syrie, confirmant une information donnée notamment par Debkafile, site proche du renseignement de l’armée israélienne. «Les Français nous ont renforcés en Syrie avec des forces spéciales au cours des deux dernières semaines», a précisé James Mattis, s’exprimant devant le Congrès américain. «Vous allez assister à un nouvel effort dans la vallée de l’Euphrate dans les jours qui viennent», a-t-il ajouté.

Selon Debkafile, des Marines américains ainsi que des soldats français ont débarqué dans le nord de la Syrie le 3 avril 2018. Les forces françaises et américaines auraient pris position le long de la rivière Sajour, dans le but de contrer l’avancée de l’armée turque. Le 29 mars, les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) se prévalaient déjà d’un appui prochain de la France dans le nord de la Syrie. Le lendemain 30 mars, Paris précisait qu’une intervention militaire dans le nord de la Syrie ne se ferait que dans le cadre de la coalition dite «arabo-occidentale» dirigée par les Etats-Unis.

Après avoir pris le 18 mars la ville d’Afrin aux combattants Kurdes, l’armée turque a annoncé comme prochain objectif Manbij, avec l’aide de groupes combattants rebelles – dont l’Armée syrienne libre (ASL).

Détails à suivre…

Source: RT France

Les Etats-Unis d’Amérique vont étendre leur combat en Syrie – Mattis

© AP Photo / APTV

Le secrétaire à la Défense des USA, James Mattis, a expliqué la décision de son pays de ne pas retirer ses troupes de Syrie lors d’une audience du Comité des services armés du Sénat, évoquant l’augmentation des offensives de Daesh dans la région.

« Pour le moment, nous ne nous retirons pas [troupes des Etats-Unis d’Amérique en Syrie] », a déclaré Mattis au Comité des services armés du Sénat. « Nous continuons la lutte, nous allons l’élargir et apporter plus de soutien régional. »

Selon le haut responsable de la défense des USA, les Etats-Unis d’Amérique vont étendre leurs opérations anti-Daech avec l’aide des Etats régionaux.

Au milieu des déclarations de Trump concernant le retrait forcé des troupes états-uniennes d’Amérique, le secrétaire à la Défense des Etats-Unis d’Amérique, James Mattis, a déjà souligné la possibilité que des groupes terroristes se regroupent en Syrie, affirmant au président des Etats-Unis d’Amérique que le retrait annulerait les progrès accomplis.

LIRE PLUS: Alors que Trump veut se retirer de la Syrie, les officiels devraient informer les opposants

Le 3 mars, le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump a annoncé son intention de retirer les troupes du pays de la Syrie à court terme, ce qui a suscité une réaction contradictoire de l’envoyé spécial du président à la coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique, Brett McGurk, ainsi que le nouveau secrétaire d’État des USA, Mike Pompeo, et le chef d’état-major des chefs d’état-major, Joseph Dunford, ainsi qu’un certain nombre d’autres fonctionnaires.

Suite à la forte réaction des officiels, Trump a décidé de garder ses troupes en Syrie. Cependant, selon un représentant de son administration, « il n’en était pas ravi, c’est le moins qu’on puisse dire ».

LIRE AUSSI: Trump accepte de garder ses troupes en Syrie – Fonctionnaire de l’Administration

Les Etats-Unis d’Amérique ont maintenu une présence militaire en Syrie depuis 2014, menant une coalition d’alliés dans la lutte contre Daech, sans mandat de l’ONU ni autorisation du gouvernement syrien. Damas a toujours qualifié la présence militaire des USA dans le pays d ‘ »illégale ».

LIRE ÉGALEMENT: Les Etats-Unis d’Amérique ont envoyé plus de troupes en Syrie avant l’appel de Trump à quitter

Communication avec la Russie en Syrie

Parlant de la ligne de communication entre les forces russes et états-uniennes d’Amérique en Syrie, Mattis a noté qu’il n’a jamais été interrompu.

« A l’heure actuelle en Syrie, nous avons une ligne de communication ouverte et jamais interrompue qui a bien fonctionné pour s’assurer que nous ne nous heurtons pas aux forces de l’autre ou aux opérations de l’autre », a déclaré Mattis au Comité des services armés du Sénat.

Les commandants militaires des Etats-Unis d’Amérique et russes ont mis en place des canaux de communication de désescalade l’année dernière, visant à éviter tout accident entre leurs forces puisque les deux parties ont repris le territoire de Daesh le long des côtés opposés de l’Euphrate. Dans le cadre de ces efforts, les forces des USA et russes maintiennent trois lignes de communication téléphoniques – une pour les troupes terrestres, une autre pour les forces aériennes et une troisième pour les commandants supérieurs.

* Daesh, également connu sous le nom EI / ISIL / ISIS / IS, est un groupe terroriste interdit en Russie et dans de nombreux autres pays

Sanctions contre les alliés

Le secrétaire à la Défense des Etats-Unis d’Amérique a poursuivi en parlant d’une dispense de sécurité nationale qui exempterait certains alliés des USA, y compris le Vietnam et l’Inde, de sanctions secondaires lorsqu’ils mènent des échanges d’armes avec la Russie.

«Il y a des nations dans le monde qui essaient de se détourner des armes et systèmes d’origine russe, il suffit de regarder l’Inde, le Vietnam et d’autres pour reconnaître que finalement nous allons nous mettre en parallèle. Car le Sénat et la Chambre passent une renonciation à la sécurité nationale entre les mains du secrétaire d’État», a déclaré Mattis.

En vertu de la loi des États-Unis d’Amérique contre les adversaires de l’Amérique par les sanctions, les pays qui mènent des transactions d’armement avec la Russie risquent des sanctions secondaires. Certains alliés des Etats-Unis d’Amérique, y compris le Vietnam et l’Inde, ont des armements fabriqués en Russie qu’ils veulent moderniser sans risquer de sanctions.

Traduction : MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

L’Iran suggère de contrer les mesures « hostiles » des Etats-Unis d’Amérique avec la Russie et la Chine

© AFP 2018 / BEHROUZ MEHRI

Dans la dernière stratégie de défense nationale, le Pentagone a désigné la Russie et la Chine «révisionnistes» et l’Iran «voyou» comme des menaces à la sécurité des États-Unis d’Amérique.

Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale iranien, a rencontré le ministre chinois de la Sécurité publique, Guo Shengkun, pour discuter des perspectives d’une stratégie commune à Téhéran, Moscou et Pékin pour contrer les « mesures hostiles » de Washington. »

« Les Etats-Unis d’Amérique ont placé la Russie, la Chine et l’Iran dans la liste des menaces à la sécurité nationale et mettent en place des sanctions contre les trois pays », a déclaré M. Shamkhani, ajoutant que l’adoption d’une stratégie commune contre les tentatives globales de Washington est nécessaire [voire salutaire] », a déclaré Shamkhani a déclaré, cité par l’agence de presse iranienne Tasnim.

Shamkhani a abordé la question du terrorisme, qui menace la paix et la stabilité internationales, soulignant que les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés tentent de protéger les terroristes en Syrie sous prétexte de l’utilisation présumée d’armes chimiques par les forces gouvernementales dans la ville de Douma.

LIRE PLUS: Macron: la France ne quittera pas l’accord nucléaire iranien

Le 14 avril, les États-Unis d’Amérique, rejoints par la France et le Royaume-Uni, ont tiré plus de 100 missiles sur plusieurs cibles en Syrie en représailles à l’incident chimique présumé à Douma.

Les nations musulmanes devraient être unies

Jeudi, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a appelé les nations musulmanes à s’unir contre les Etats-Unis d’Amérique.

« La nation iranienne a résisté avec succès aux tentatives d’intimidation de l’Amérique et d’autres puissances arrogantes et nous continuerons à résister … Toutes les nations musulmanes devraient être unies contre l’Amérique et les autres ennemis », a-t-il dit.

Les remarques de Khamenei ont été faites peu de temps après que le président Donald Trump ait suggéré que certaines nations du Moyen-Orient « ne dureraient pas une semaine » sans la protection des Etats-Unis d’Amérique.

LIRE AUSSI: Macron dit à la France que les Etats-Unis d’Amérique se sont engagés dans un accord nucléaire avec l’Iran et une solution politique en Syrie

Les tensions entre Téhéran et Washington se sont intensifiées, alors que le président Trump conteste l’accord nucléaire historique de 2015 avec l’Iran, signé par le groupe P5 + 1 – Chine, Allemagne, Russie, France, Royaume-Uni et États-Unis. Trump a critiqué à plusieurs reprises le soi-disant accord sur l’Iran – le Plan d’Action Complet Conjoint (PAGC) – comme la pire affaire de tous les temps et a menacé de se retirer unilatéralement si l’accord n’était pas amendé.

Pendant ce temps, d’autres signataires de l’accord ont constamment réitéré leur engagement à l’égard de l’accord, appelant les États-Unis d’Amérique à se conformer aux dispositions de l’accord et insistant sur le fait qu’il n’était pas négociable.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que l’accord ne devrait pas être abandonné avant d’avoir quelque chose à remplacer, alors que le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a déclaré que la Russie était favorable à la préservation du JCPOA « sous sa forme actuelle », soulignant que Moscou ne voit aucune alternative à cela.

L’accord décisif stipule une levée progressive des sanctions anti-Téhéran en échange du maintien par l’Iran du caractère pacifique de son programme nucléaire, en promettant de ne pas développer ou acquérir des armes nucléaires.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Des substances chimiques du laboratoire de Porton Down découvertes dans un dépôt à Douma

© Sputnik .

Des substances chimiques du laboratoire de Porton Down ont été découvertes dans un dépôt d’armes chimiques abandonné par les extrémistes à Douma.

Des substances chimiques du laboratoire de Porton Down ont été découvertes dans un dépôt d’armes chimiques abandonné par les extrémistes dans la ville syrienne de Douma, a déclaré l’ambassadeur adjoint de la Syrie à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), Ghassan Obeid.

Les troupes syriennes ont constaté que ces dépôts recelaient des substances chimiques fabriquées en Allemagne et au Royaume-Uni, a-t-il précisé.

«Nous avons trouvé dans le dépôt d’armes chimiques laissé à Douma par les terroristes des substances chimiques en provenance d’Allemagne et du Royaume-Uni, du laboratoire de Porton Down de Salisbury. De Salisbury et de nulle part ailleurs», a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse à l’issue d’un briefing à La Haye, le siège de l’OIAC.

Ghassan Obeid a exprimé l’espoir que les experts de l’OIAC actuellement présents en Syrie visitent «les dépôts où les substances chimiques abandonnées par les groupes terroristes à Douma ont été découvertes».

«Toutes les fausses accusations seront alors balayées et le monde connaîtra la vérité», a-t-il souligné.

Moscou peut prouver que la vidéo des Casques blancs, présentant l’emploi présumé d’une arme chimique le 7 avril dans la ville syrienne de Douma, n’est qu’un faux, a déclaré plus tôt ce jeudi le représentant de la Russie auprès de l’OIAC, Alexandre Choulguine, au cours d’une conférence de presse avec la participation de témoins de cette «attaque».

Lors de la libération de la ville syrienne de Douma, des conteneurs avec du chlore d’Allemagne et des grenades fumigènes fabriquées à Salisbury ont été découverts, avait précédemment annoncé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie sous prétexte d’une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques syriennes, suite à l’attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, selon les pays occidentaux.

Source: Sputnik News – France

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :