A la Une

Les cas de blanchiment d’argent atteignent un niveau record en Suisse: Chien de garde

L’organisme suisse de surveillance du blanchiment d’argent rapporte un nombre sans précédent de rapports d’activité présumés en 2017, attribués à des pots-de-vin. (Photo de fichier)

Les rapports sur le blanchiment d’argent en Suisse ont atteint un nouveau record avec 4 700 cas signalés aux autorités suisses en 2017.

Le Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent (MROS) a révélé dans son rapport annuel publié l’an dernier qu’il avait traité près de 4 700 cas de rapports d’activités suspectés dans lesquels les profits tirés d’activités illégales et la corruption étaient transformés en actifs apparemment légitimes.

L’autorité financière suisse a déclaré que les activités illégales s’élevaient au total à plus de 16,4 milliards de francs (16,5 milliards de dollars).

Le rapport indique que, comme les années précédentes, le blanchiment d’argent pour les affaires de corruption présumée est en tête de liste des activités illégales.

Il a ajouté que les cas impliquant un financement présumé du terrorisme ont presque doublé à 51.

Les banques représentaient 91 pour cent des rapports, qui provenaient également des gestionnaires d’actifs, des commerçants de matières premières, des avocats, des assureurs, des sociétés de cartes de crédit, des casinos et autres.

La Suisse était en tête de liste des pays où les clients suspects étaient domiciliés, suivis de l’Amérique centrale et du Sud et des Caraïbes. Selon la nationalité, la Suisse a repris la tête, suivie par l’Italie et la Communauté des États indépendants / Ukraine, a montré le rapport.

MROS est l’autorité centrale de blanchiment d’argent de la Suisse et fonctionne comme un relais et un point de filtrage entre les intermédiaires financiers et les organismes d’application de la loi. En vertu des dispositions de la loi anti-blanchiment, le MROS reçoit et analyse les rapports d’activité suspects en matière de blanchiment d’argent, de financement du terrorisme, d’argent d’origine criminelle ou d’organisations criminelles et, le cas échéant, les transmet aux services répressifs.

Il publie des statistiques annuelles sur l’évolution de la lutte contre le blanchiment de capitaux, le crime organisé et le financement du terrorisme en Suisse, et identifie des typologies utiles pour la formation des intermédiaires financiers. Le MROS n’est pas un service de police en soi, mais plutôt une unité administrative avec des tâches spéciales.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Press TV

1 Trackback / Pingback

  1. Les cas de blanchiment d’argent atteignent un niveau record en Suisse: Chien de garde | Raimanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :