A la Une

Israël teste la défense d’origine russe, Moscou réagit: nous fournirons au besoin des S-300, des S-400 et des S-500 à Damas!

 

Moscou devrait-elle envisager d’anticiper la parade d’une éventuelle frappe préventive d’Israël et ses alliés  en Russie?

La tension monte d’un cran entre Moscou et Tel-Aviv qui a menacé de frapper les S-300 que la Russie est sur le point de livrer à la Syrie qui est elle-même déjà la cible depuis un mois des frappes non seulement israéliennes mais aussi américaines, françaises et britanniques.

Selon le journal libanais, Addiyar, le président russe, Vladimir Poutine aurait lancé une sévère mise en garde à Israël, en réponse aux menaces israéliennes de ces derniers jours.  » Toute frappe contre les S-300 en Syrie serait considérée comme une attaque contre la Russie (…) qui n’hésiterait pas à remplacer les S-300 par des S-400 et des S-500″.

Addiyar indique que c’est bien la 1ère fois depuis ces quelques jours de profération de menaces de destruction des S-300 à livrer à la Syrie que le président Poutine prend la parole. Et force de constater que comme à son habitude, Poutine attend avant de répondre et de le faire de manière ferme et sans détour.

Press TV-Israël menace la Russie

Il est nécessaire de faire face à ce que l’on nous impose, a déclaré le ministre israélien des Affaires étrangères

« Après les menaces de frappes contre les batteries de S-300, le président russe a explicitement mis en garde Israël contre tout agissement contre la Syrie qui est un allié de la Russie », précise le journal qui cite Poutine :  » Assad est un allié de la Russie et Israël n’a pas le droit de s’ingérer dans les relations de la Russie avec ses alliés. Toute ingérence constituerait une atteinte à la souveraineté russe alors que la Russie est une puissance et qu’elle n’a pas à demander la permission d’Israël ou des États-Unis ou de l’Europe pour prendre ses décisions ».

Les premiers S-300, opérationnels?

Les premiers S-300 auraient été testés, affirment des sources proches de l’armée syrienne

Et Poutine d’ajouter :  » Si Israël commet l’erreur de frapper les batteries de missiles S-300 syriens, la Russie les remplacera par des batteries de missiles S-400 et S-500. Et puisque cette livraison se déroulera sous la supervision directe de la Russie, toute frappe israélienne signifierait une atteinte à l’armée russe. Israël a intérêt à ne pas mettre à l’épreuve la détermination de la Russie à mettre à exécution ses décisions ».

D’une ingérence indirecte sous forme d’un appui aux terroristes takfiristes du sud de la Syrie, Israël est passé à une implication directe en se lançant dans des combats face à face avec l’armée syrienne et ses alliés. Plus de 100 raids israéliens ont été menés depuis le début de la guerre contre le territoire syrien dont le dernier date du 29 avril. La Russie est sur le point de fournir à l’armée syrienne des systèmes antimissiles capables de réduire considérablement la marge de manœuvre de l’aviation israélienne.

Source: Press TV

Les États-Unis, État sponsor du terrorisme

Les USA visent à inscrire la Russie sur la liste des « pays sponsors du terrorisme ». (Illustration)

Au moment où l’armée russe continue à progresser dans la guerre contre le terrorisme et à mettre en échec le complot ourdi contre la Syrie et le peuple syrien, le sénateur républicain américain Cory Gardner tente de faire passer un projet législatif visant à placer la Russie sur la liste des «pays sponsors du terrorisme».

On est en pleine escalade dans la guerre de l’information au cours de laquelle les États-Unis s’emploient à mettre la main sur l’Europe, en épinglant une étiquette de «pays sponsor du terrorisme» sur la Russie, a relevé le directeur du Centre allemand de recherches eurasiatiques et rédacteur en chef du magazine allemand Zuerst, Manuel Ochsenreiter dans un entretien accordé à Sputnik.

 «Cette guerre de l’information, ces mises en scène et ces réunions théâtrales animées et alimentées par les Américains, visent à faire passer Washington comme « le plus grand allié » de l’Europe. »

Cette machination politique a pour objectif, selon ce dernier, « de faire en sorte que les alliés européens se sentent plus protégés s’ils se rangent du côté de Washington».

Toujours selon l’intéressé, si les États-Unis placent la Russie sur sa liste noire du terrorisme, les pays de l’Union européenne devront tôt ou tard leur emboiter le pas et suivre cette décision sans tenir compte de leurs intérêts.

«Il est essentiel pour Washington de garder l’Europe à ses côtés, pour que celle-ci reste hostile envers la Russie, grande rivale stratégique des États-Unis. Ce, alors que Moscou est le principal partenaire commercial de la Russie», précise l’analyste allemand qui évoque que l’Allemagne, en termes de volume d’échanges, est le principal partenaire commercial de la Russie.

Dans les importations russes, l’Allemagne occupe devant tous les autres pays européens et extra-européens la première place et elle est le principal fournisseur de biens d’investissements à la Russie.

 «Néanmoins, les États-Unis veulent diviser ces deux marchés ou ces deux sphères politiques. Ils s’appliquent à s’attacher plus étroitement à l’Europe. Les États-Unis savent que si l’Europe est perdue pour eux, ils se retrouveront hors du jeu», a indiqué le politologue.

Russie/Occident: vers une guerre chaude?

Les Etats-Unis et la Russie se trouvent au seuil d’une nouvelle guerre, pire encore que la guerre froide

Source: Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :