A la Une

La sortie de l’accord iranien de Trump est une victoire pour la Russie

C’est un exemple frappant du fait que le président a de nouveau fait un geste condamné par les alliés des Etats-Unis d’Amérique mais susceptible d’aider Vladimir Poutine.

WASHINGTON – La décision du président Donald Trump de renoncer à l’accord nucléaire iranien affaiblira les relations des USA dans le monde et créera des problèmes auxquels la politique étrangère des Etats-Unis d’Amérique sera confrontée pendant des années, mais c’est aussi une aubaine pour le rival élu des USA: la Russie.

La décision de Trump conduira vraisemblablement au progrès des deux principaux objectifs du président russe Vladimir Poutine: scinder l’alliance des pouvoirs démocratiques dirigée par les États-Unis d’Amérique qui domine actuellement les affaires mondiales et renforcer le réseau alternatif russe, qui comprend l’Iran et ses partenaires à travers le Moyen-Orient.

Une séparation entre les États-Unis d’Amérique et leurs trois alliés les plus puissants – la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni – était claire immédiatement après l’annonce de Trump. Les dirigeants des trois derniers pays ont publié une déclaration commune exprimant « regret et inquiétude » et disant qu’ils veulent soutenir l’accord iranien, qui a promis à l’Iran une certaine liberté vis-à-vis des sanctions internationales en échange des limites et garanties de transparence de son développement nucléaire. Ils ont réitéré ce que les propres conseillers militaires de Trump et le nouveau secrétaire d’Etat ont dit: l’Iran respecte l’accord.

« L’Amérique s’éloigne de nos principaux alliés, ce qui a des implications extrêmement importantes et préjudiciables », a déclaré le représentant John Garamendi (D-Calif.), Un membre éminent du Comité des forces armées.

Les États-Unis d’Amérique se sont engagés dans l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran, l’Allemagne, la France, la Russie, la Chine et le Royaume-Uni. Tous les autres pays envisagent de rester dans l’accord.

Les États-Unis d’Amérique et l’Europe ont toujours eu des différends. Mais l’inquiétude est que quelque chose de fondamental est en train de changer.

Le fait que Trump ait renié les engagements passés des États-Unis d’Amérique sur l’Iran et le changement climatique, ainsi que sa volonté de mener une guerre commerciale avec l’Europe et de déformer continuellement l’OTAN, a fait qu’il est difficile pour les partenaires étrangers de l’Amérique de les considérer comme des amis.

Que le président ait fait son annonce mardi malgré les avertissements des plus hautes voix de la sécurité nationale et des experts indépendants de son propre parti rappelle aux autres pays qu’ils ne peuvent pas supposer que les partisans de la diplomatie traditionnelle des Etats-Unis d’Amérique et des normes internationales seront en mesure de maintenir les relations des USA sur la bonne voie. La promesse implicite d’un service extérieur expérimenté, essentiellement bureaucratique, est d’apporter professionnalisme et réflexion à long terme à toute politique qu’un élu souhaite poursuivre. Mardi, les diplomates des Etats-Unis d’Amérique n’avaient même pas de plan pour les prochaines étapes après le discours de Trump.

Les Européens préféreraient que les États-Unis d’Amérique continuent de fonctionner comme ils le faisaient traditionnellement, a déclaré Federiga Bindi, ancien fonctionnaire du gouvernement italien et agrégé supérieur à la School of Advanced International Studies de l’Université Johns Hopkins. « Je pense qu’avec [l’annonce de l’accord avec l’Iran] ils commencent à voir qui est vraiment Trump. Les États-Unis d’Amérique ne vont jamais se remettre de cela. »

L’administration Trump a essayé d’adoucir le coup de l’annonce. Le président a parlé de développer la future politique de l’Iran aux côtés des partenaires étrangers. Et un communiqué de la Maison Blanche a déclaré que les sociétés étrangères qui ont commencé à travailler en Iran selon les termes de l’accord – y compris certaines grandes entreprises européennes – auraient un délai de grâce avant d’être potentiellement frappées par les sanctions des Etats-Unis d’Amérique que Trump veut réappliquer.

Mais cela n’a fait que souligner à quel point les priorités des Etats-Unis d’Amérique divergent maintenant de celles de ses alliés de longue date. Les dirigeants européens sont attachés à l’accord avec l’Iran parce qu’ils croient que cela empêche la propagation des armes nucléaires et ils savent que l’Iran ne restera pas à moins de recevoir des avantages économiques. Alors, ces mêmes dirigeants, a déclaré Bindi, doivent essayer de protéger leurs entreprises contre les sanctions des Etats-Unis d’Amérique, en les aidant, par exemple, à créer des moyens de faire des affaires en Iran qui ne peuvent pas être dérangés par les régulateurs états-uniens d’Amérique. Mais il y a seulement tellement de temps dans la journée. Il est peu probable que les officiels européens se concentrent sur la « meilleure entente » que Trump a promise, notamment parce que le président ne semblait pas se préoccuper des mois de travail qu’eux et leurs homologues états-uniens d’Amérique ont engagé dans des négociations d’accords parallèles qu’il avait suggérés pourrait aider à le convaincre de rester dans l’accord.

Pendant ce temps, à Moscou, Poutine a entamé son quatrième mandat cette semaine avec une chance de montrer que contrairement aux États-Unis d’Amérique, la Russie respecte les promesses internationales comme l’accord avec l’Iran.

Cet accord a été utile à la Russie car elle voulait éviter que davantage de pays ne se dotent d’armes nucléaires et que, par conséquent, l’un de ses atouts soit moins précieux. « Cela n’a jamais vraiment été à l’aise avec le la sortie potentielle de l’Iran », a déclaré Michael Stephens du Royal United Services Institute de Londres.

Mais un monde dans lequel la crédibilité des Etats-Unis d’Amérique est dans le caniveau et l’accord est en lambeaux n’est pas un scénario de cauchemar pour Poutine.

Alors que les États-Unis d’Amérique mettent plus de pression économique sur l’Iran, la république islamique aura plus de mal à se faire des amis. Cela laisse Téhéran à Moscou. Bien que les deux soient des partenaires mal à l’aise, ils ont coopéré pour combattre les initiatives internationales qui pourraient défier leurs propres intérêts. En Syrie, par exemple, ils se battent côte à côte et présentent un front uni dans les organisations mondiales pour défendre leur ami commun, le président syrien Bashar Assad.

Les durs (hard-liners) à Téhéran veulent approfondir cette relation. Dans le processus, ils cherchent à renforcer le sens de la résistance droite à l’Occident qui maintient le nationalisme agressif parmi leurs bases et assure que leur pays reste une société autocratique à la Poutine, plutôt que de gagner plus d’exposition aux libertés occidentales que beaucoup d’Iraniens ordinaires ont réclamé.

Un Iran plus isolé et paranoïaque signifie «les Russes gagnent géostratégiquement», a déclaré Reza Marashi, directeur de recherche au National Iranian American Council et ancien fonctionnaire du Département d’Etat.

Les Etats-Unis d’Amérique, a-t-il ajouté, renforcent une perception que les Russes veulent se renforcer: aujourd’hui, Washington pourrait dominer la moitié sud du Moyen-Orient, mais le nord – incluant des zones clés en Syrie, Irak, Iran et Turquie – est sous l’influence de Moscou.

Et cela joue précisément dans ce que Poutine désire profondément – faire de la Russie, 27 ans après la chute de l’Union soviétique, une fois de plus l’équivalent des États-Unis d’Amérique.

 headshotAkbar Shahid Ahmed

Traduction : MIRASTNEWS

Source : HuffPost

1 Trackback / Pingback

  1. La sortie de l’accord iranien de Trump est une victoire pour la Russie | Raimanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :