A la Une

Coup dur pour Total? – La CNPC disposée à remplacer Total dans le projet gazier iranien

Qui compense le manque à gagner, est-ce les Etats-Unis d’Amérique? Est-on entrain de voir se décliner dans une stratégie fine et sournoise d’appauvrissement des pays européens que les USA mettent en place?

La CNPC, une société d’Etat chinoise, s’apprête à assumer le rôle de premier plan détenu par Total dans un gigantesque projet gazier en Iran, au cas où le géant français de l’énergie déciderait de quitter au milieu des sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre la République islamique.

Reuters dans un rapport cité des sources de l’industrie comme disant qu’il n’était pas clair si la CNPC avait reçu des approbations de Pékin pour le faire. Cependant, ils ont dit que les chances que le mouvement pourrait peser sur les relations entre les Etats-Unis d’Amérique et la Chine étaient déjà élevées.

« La possibilité du retrait de Total est maintenant assez élevée, et dans ce cas, la CNPC sera prête à l’assumer pleinement », a indiqué Reuters citant un haut responsable du secteur pétrolier ayant connaissance du contrat.

Il a également cité un cadre ayant une connaissance directe du projet comme ajoutant que la planification a commencé « le jour où l’investissement a été approuvé. »

« La CNPC prévoyait une forte probabilité de réimposition des sanctions (des Etats-Unis d’Amérique) », a déclaré l’exécutif.

Toutes les sources ont parlé sous couvert d’anonymat parce qu’elles n’étaient pas autorisées à parler aux médias.

Reuters avait également annoncé en décembre dernier que la CNPC avait déjà entamé des négociations avec l’Iran pour remplacer Total à South Pars.

Selon les termes de l’accord de développement de la Phase 11 de South Pars, la CNPC pourrait reprendre la participation de 50,1% de Total et devenir opérateur du projet.

La CNPC détient déjà une participation de 30% dans ce domaine, tandis que la filiale pétrolière nationale iranienne Petropars détient les 19,9% restants.

Jusqu’à présent, le géant pétrolier chinois, qui exploite déjà deux champs pétrolifères en Iran, a dépensé environ 20 millions de dollars pour planifier le développement de ce champ, a indiqué Reuters citant les sources.

L’agence de presse a également cité une autre source proche de Total affirmant que la société française analysait l’impact de nouvelles sanctions et si elle pouvait obtenir une dérogation lui permettant de conserver sa participation.

La CNPC est prête à utiliser son unité bancaire Bank of Kunlun Ltd comme véhicule de financement et de compensation si elle prend en charge l’opération de South Pars, a indiqué un haut responsable pétrolier.

La banque a été utilisée pour régler des dizaines de milliards de dollars d’importations de pétrole lors des sanctions de l’ONU contre Téhéran entre 2012 et 2015, a ajouté le responsable.

La plupart des règlements de la banque pendant cette période étaient en euros et renminbi chinois. Le Trésor des Etats-Unis d’Amérique a sanctionné Kunlun en 2012 pour avoir fait des affaires avec l’Iran.

Si la CNPC va de l’avant, elle devra également développer des équipements cruciaux, tels que des compresseurs de grande puissance nécessaires pour développer des gisements de gaz de cette envergure, à elle seule.

Les principaux fabricants comme la société GE des Etats-Unis d’Amérique et l’allemand Siemens pourraient se voir interdire de fournir à l’Iran des sanctions des USA, a conclu Reuters.

Traduction : MIRASTNEWS

Source: Press TV

Zangeneh: La sortie de Trump n’affectera pas l’industrie pétrolière iranienne

Le ministre du Pétrole, Bijan Zangeneh, la menace de nouvelles sanctions contre l’Iran est une chose du passé.

L’Iran affirme que son industrie pétrolière est dans une bien meilleure forme qu’auparavant et peut supporter les sanctions que les Etats-Unis d’Amérique prévoient lui imposer.

Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zangeneh, a déclaré que menacer l’Iran de sanctions contre son industrie pétrolière était un problème du passé, soulignant que le pays avait déjà été capable de se protéger contre de telles menaces ces dernières années.

Zangeneh faisait allusion à une annonce antérieure du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump selon laquelle, il sortirait l’Amérique d’un accord nucléaire de 2015 avec l’Iran et passerait à réimposer ce qu’il a décrit une série de sanctions sévères contre le pays.

Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zangeneh

Ils incluraient une interdiction d’acheter du pétrole iranien ainsi que des restrictions sur les investissements dans le secteur énergétique du pays.

L’accord nucléaire – le Plan d’action global commun ou le PAGC – prévoyait de supprimer les sanctions contre l’Iran en échange de certaines mesures prises par le pays pour restreindre certains aspects de ses activités dans le domaine de l’énergie nucléaire.

Au cours des dernières années, Trump a critiqué l’ancienne administration du président Barack Obama pour avoir scellé le JCPOA avec l’Iran – ce qu’il a toujours décrit comme un accord erroné.

Mardi, il a signé une note qui a déclenché des procédures pour sortir son pays d’un accord que l’Amérique avait signé avec l’Iran avec ses alliés européens – la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France – ainsi que la Russie et la Chine.

« Je crois que le retrait de l’Amérique du JCPOA ne mènera à aucun développement significatif en ce qui concerne les exportations de pétrole et de condensat de l’Iran », a déclaré Zangeneh à la télévision nationale iranienne jeudi soir.

« Les recettes en devises de l’Iran seraient maintenues comme prévu dans le projet de loi sur le budget national ».

Il a déclaré que les Etats-Unis d’Amérique dans le passé menaçaient parfois l’Iran de différentes sanctions, y compris celles concernant ses importations d’essence. « Ces menaces ont rejoint l’histoire maintenant », a souligné le vétéran dans son interview.

« L’Iran se porte très bien dans le secteur de l’essence, même si la consommation augmente d’environ 9% chaque année », a déclaré Zangeneh.

« Ils ne peuvent pas nous mettre sous pression à travers cela (sanctionner les importations d’essence). »

Il a indiqué que l’Iran produisait déjà environ 88 millions de litres d’essence par jour, ajoutant qu’une capacité supplémentaire de plus de 20 millions de litres par jour serait matérialisée avant mars 2019.

Zangeneh a également souligné que l’Iran avait été en mesure d’augmenter sa production de gaz naturel de 150 millions de mètres cubes par jour au cours de l’année dernière, ajoutant que 240 millions de mètres cubes supplémentaires seraient matérialisés avant mars 2019.

Traduction : MIRASTNEWS

Source: Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :