A la Une

Syrie: une nouvelle coalition terroriste est née

Les terroristes de l’ASL. (Archives)

Rappel c’est dans l’ASL que l’on a vu des mangeurs de cœurs humains en Syrie pendant la guerre, avant que n’apparaisse Daesh!

Des groupes armés de l’Armée syrienne libre (ASL) ont formé une coalition militaire dans une zone de désescalade en Syrie afin de mettre un terme « à leur divergence domestique ».

Sept groupes armés affiliés à l’ASL ont mis sur pied, vendredi 11 mai, une coalition dans une localité située dans la banlieue nord-ouest de Deraa baptisée le « volcan chaud ».

Dans un communiqué, ces groupes ont annoncé que l’objectif de la formation de cette nouvelle coalition militaire était de mettre un terme aux désaccords et discordes internes.

« Eu égard à la délicate situation actuelle, il revient aux groupes militaires opérant dans la région du sud de coordonner leurs forces et converger leurs points de vue pour contrer les dangers qu’ils connaîtront dans l’avenir », lit-on dans le communiqué.

L’objectif de la formation de cette nouvelle coalition est de rendre service au régime de Tel-Aviv et aux États-Unis.

Source: Press TV

Syrie: Est-ce le résultat du voyage récent de Netanyahu en Russie? – aucune négociation sur la livraison des S-300

Le système de défense antiaérien russe S-300. ©Sputnik

Vladimir Kugin, le conseiller du président russe pour la coopération technique militaire, souligne que des négociations sur la livraison de systèmes de missiles antiaériens à la Syrie n’avaient pas eu lieu.

Dans une interview accordée au journal russe Izvestia, le représentant officiel du Service fédéral russe de coopération militaro-technique a démenti toute allégation concernant les négociations avec Damas sur la livraison de S-300 à la Syrie.

Il a ajouté que Moscou n’avait pas pour le moment l’intention d’entamer de négociations en la matière, soulignant que les militaires syriens disposaient de tous les moyens pour poursuivre leur combat.

Suite à la frappe du 14 avril menée par les Etats-Unis en coordination avec leurs alliés britanniques et français contre la Syrie, l’état-major général russe avait affirmé que Moscou pourrait revenir sur la question de la livraison de systèmes de missiles antiaériens S-300 à Damas ainsi qu’à d’autres pays.

Source: Press TV

Le président syrien durcit le ton contre la présence illégale des forces étrangères en Syrie

Un correspondant du quotidien grec I Kathimerini interviewe le président syrien Bachar al-Assad, le 10 mai 2018, à Damas. ©SANA

Le président syrien qualifie d’un « ennemi » celui qui s’infiltre dans son pays sans autorisation du gouvernement.

Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé, le jeudi 10 mai, que la Syrie ne disposait pas d’armes chimiques et que si elle en possédait, elle ne les utiliserait pas.

Dans un entretien qu’il a accordé au journal grec I Kathimerini, le président al-Assad a fait remarquer que l’attaque chimique présumée à Douma était une « pièce de théâtre » pour viser l’armée syrienne: « Les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et leurs alliés ont attaqué l’armée syrienne pour rehausser le moral des terroristes et l’empêcher de libérer davantage de zones en Syrie. »

Interrogé à propos des déclarations du président américain Donald Trump portant sur la fin de la mission des États-Unis en Syrie, Bachar al-Assad a assuré que la seule mission accomplie par les Américains était lorsqu’ils avaient aidé Daech à prendre la fuite de Raqqa et lorsqu’ils avaient détruit la Syrie.

« La seule mission menée par les États-Unis en Syrie, c’est le soutien aux terroristes sans prendre en compte les conséquences », a-t-il précisé.

Concernant le règlement de la crise en Syrie, le président syrien a dit qu’elle prendrait fin après l’arrêt du soutien étranger aux terroristes.

« Un jour, le gouvernement syrien mettra fin à ce conflit et unifiera la Syrie. Je ne sais pas quand, mais je l’espère prochainement », a-t-il dit.

Dans une autre partie de cette interview exclusive, le président al-Assad a indiqué qu’en tant que président, son allié c’est le peuple syrien et que les alliés les plus forts de la Syrie sont l’Iran et la Russie, en plus de la Chine qui l’avait soutenue au Conseil de sécurité. « Ces pays respectent la souveraineté et l’autonomie de la Syrie », a-t-il ajouté.

Concernant l’infiltration de l’armée turque dans les territoires syriens, il a affirmé que cette présence militaire constituait une occupation et qu’il faut faire la différence entre Erdogan qui soutient les terroristes et le peuple turc qui n’est pas « l’ennemi de la Syrie ».

« Il faut combattre toutes les armées qui nous attaquent, qu’elle soit turque, française ou autre. Elles sont nos ennemis tant qu’elles sont présentes en Syrie de manière illégale », a-t-il martelé.

Au sujet de l’éclatement d’une troisième Guerre mondiale en Syrie, il a répondu: « Non, pour une simple raison: la sagesse de la présidence en Russie. »

Il n’a pas souhaité une confrontation directe entre les forces des grandes puissances car les choses pourraient devenir incontrôlables.

Bachar al-Assad a exclu une Syrie démembrée car tous les courants de la société syrienne coexistent depuis le premier jour de la crise.

A propos du coût de la reconstruction de la Syrie, le président syrien a déclaré que cela coûterait des milliards de dollars, entre 200 et 400 milliards au minimum.

« Ce n’est pas encore précis parce que certaines zones sont sous contrôle des terroristes et il est impossible de donner une évaluation précise de ce chiffre », a-t-il expliqué.

Et de conclure: « La Grèce ne s’est jamais montrée hostile envers la Syrie. Elle a toujours soutenu le règlement politique. Il est normal que la Grèce commence à jouer son rôle au sein de l’Union européenne pour résoudre le problème en Syrie et protéger le droit international. »

Source: SANA

Trois localités du sud de Damas libérées des groupes terroristes

Les trois localités Bet Saham, Yalada et Bebella, sont désormais libres et le drapeau national est désormais hissé au-dessus du bâtiment de la municipalité de cette dernière.

Selon l’agence syrienne officielle Sana, les unités des forces de la sécurité intérieure sont entrées ce vendredi 11 mai dans ces villes situées au sud de la capitale syrienne.

Auparavant, tous les terroristes qui les occupaient ont été évacués vers le nord syrien, après avoir déposé leurs armes lourdes et moyennes, dans le cadre de l’opération visant à annoncer la zone du sud de Damas vide du terrorisme.
C’est le groupe Liwa Doha al-Islam (Brigade crépuscule de l’Islam) qui occupaient cette zone. En 2015, il avait rallié les rangs du groupuscule takfiriste Ahrar al-Cham.

Le correspondant de guerre de Sana a fait état de grandes quantités d’armes, de munitions et de mines, qui ont été saisies, dont certaines sont de fabrication israélienne.
Parmi les armements confisqués figurent des canons de calibre 60, 80 et 120 mm et d’autres de fabrication locale, des armes P90, P10 et N29, des mitrailleuses de calibres différents, des RPG, des fusils, des obus de mortier de fabrication locale, des roquettes, des engins explosifs et des mines israéliennes.

Pendant ces dernières années, le pilonnage des quartiers résidentiels de Damas se faisaient entre autre à partir de ces trois localités.

Source: Almanar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :