A la Une

L’Occident ne crée-t-il que des monstres? – Il semble être sous le choc après le «coup de poignard dans le dos» de l’Ukraine

© Fotolia / aviavlad

L’Occident sous le choc après le «coup de poignard dans le dos» de l’Ukraine

Kirill Vychinski, rédacteur en chef du site RIA Novosti Ukraine, a été accusé de haute trahison, interpellé et placé en détention à Kherson en Ukraine où se trouve le «parquet ukrainien de la Crimée» en charge de l’enquête.

La direction de l’agence de presse Rossiya Segodnya (partenaire médiatique de RIA Novosti Ukraine) et le ministère russe des Affaires étrangères ont fermement réagi à l’arrestation du rédacteur en chef du site RIA Novosti Ukraine. Même l’OSCE et le département d’État américain ont été contraints de réagir — certes de manière plus souple et retenue — en exprimant leur «préoccupation» et en appelant à «respecter la procédure».

Pourquoi cette situation constitue-t-elle un scandale mondial? Kirill Vychinski est accusé d’être un protagoniste de ce que le monde occidental appelle la «guerre hybride de la Russie». Selon les services ukrainiens, Vychinski menait une «activité médiatique subversive»: il visitait la Crimée et préparait des «reportages visant à justifier l’annexion». De plus, il aurait reçu une récompense publique russe. Enfin, il faisait partie du «réseau de structures médiatiques subordonnées à la Fédération de Russie».

C’est seulement à première vue qu’il n’y a rien d’exceptionnel dans cette situation — oui, la bataille contre les «forces médiatiques» russes insaisissables dans les pays dits civilisés ne cesse pas depuis quelques années, et oui, l’ardeur de cette bataille ne faiblit pas.

Mais il y a une grande et terrible différence. Les «civilisés», même dans leur état actuel, se battent contre la Russie virtuelle essentiellement dans ce même champ médiatique. Ils organisent des désinformations et des campagnes d’intox, ils submergent la Russie et ses médias d’accusations audacieuses et compliquent leur travail sur leur territoire. Dans des cas extrêmes, ils retirent la licence des médias visés.

Mais en l’occurrence, dans un État inconditionnellement pro-occidental et officiellement démocratique, la position politique publique du journaliste est qualifiée de trahison. Et il risque de 12 à 15 ans de prison ferme.

En fait, cela crée un précédent: sur le continent européen, un citoyen qui n’a espionné personne et qui accomplissait simplement son devoir professionnel dans l’espace médiatique est assimilé à un saboteur. Et il est envoyé derrière les barreaux pour ses activités professionnelles.

Encore une fois. Une activité professionnelle journalistique indésirable pour un régime concret au pouvoir en Europe est qualifiée de trahison et de crime grave. Sachant que visiblement, le journaliste n’est pas accusé de violer une loi concrète mais du fait que son activité légale est profitable à la Russie (selon les services ukrainiens).

Imaginons une seconde ce qui serait arrivé si la Russie avait fait la même chose. Quelle longue liste de collaborateurs de médias étrangers, de structures médiatiques russes «pro-occidentales» et simplement de blogueurs joyeux pourrait être dressée! Et quel cri d’indignation s’élèverait jusqu’au ciel aussi bien dans le pays qu’en dehors si les forces de l’ordre russes (sans aller jusqu’aux arrestations) engageaient des poursuites contre ces citoyens!

Ce ne sont pourtant pas les candidats qui manquent. Beaucoup d’entre eux (contrairement à Kirill Vychinski) travaillent officiellement pour des médias étrangers, défendent publiquement des pays ouvertement hostiles envers la Russie et ont reçu des récompenses publiques d’États étrangers. Ces «combattants des légions médiatiques étrangères» se comptent par centaines.

Néanmoins, il est impossible de s’imaginer que la Russie se mette à persécuter ceux qui blâment son gouvernement, glorifient ses adversaires et collaborent avec les structures médiatiques étrangères.

Précisément parce que la Russie est un État à part entière avec une vision civilisée de l’espace médiatique. De plus, elle est un acteur à part entière et autonome — et donc responsable — de la politique internationale. C’est pourquoi elle n’emprisonne personne pour sa position politique ou son «travail médiatique pour des États étrangers».

Évidemment, cela n’empêche pas les structures et les personnes spécialement éduquées de hurler à la persécution des critiques du gouvernement en Russie (après tout, ils ont fait un martyr de la liberté du réalisateur Kirill Serebrennikov poursuivi pour des crimes purement économiques).

Mais ce n’est pas par peur des hurlements que la Russie n’emprisonne pas des «agents d’influence». Comme le montre la pratique, elle n’a pas du tout besoin de faire quoi que ce soit pour être accusée et même fermement châtiée.

La Russie ne persécute pas ces «agents d’influence» parce qu’elle a parfaitement conscience du risque de «blocage médiatique». Nous avons déjà connu des périodes dans l’histoire quand, dans l’espace public, régnait un point de vue purement public. Ce qui entraînait forcément des conséquences catastrophiques — les gens cessaient de croire en la «seule vérité vraie» dont les porte-paroles étaient apeurés par la critique et la concurrence.

Alors que le risque du «précédent Vychinski» et du ravage de RIA Novosti Ukraine est qu’un régime démonstrativement non-autonome, qui s’accroche à l’Occident de toutes ses forces, a fait passer la guerre médiatique dans la sphère des répressions réelles.

Autrement dit, selon les motifs habituels des jeux médiatiques occidentaux: l’éducation publique pro-occidentale a organisé une véritable chasse aux sorcières. En d’autres termes, Kiev a reproduit à sa manière le culte du cargo, incarnant à son niveau la «lutte contre l’influence russe». Et mettant ainsi ses patrons en porte-à-faux.

C’est pourquoi les structures occidentales, notamment responsables de l’«arbitrage juridique», sont sous le choc et confuses.

Parce que d’un côté les représentants du pouvoir de Kiev sont en quelque sorte «leurs propres enfants de salaud».

Mais de l’autre, avec sa simplicité barbare, Kiev balaie les fondements de l’influence mondiale occidentale et du «soft power».

Parce qu’à notre époque médiatique, il est difficile de passer pour des autorités morales et des défenseurs de la liberté d’expression quand ses propres marionnettes inlassablement félicitées pour le progrès de la démocratie capturent des journalistes dans l’esprit des dictatures bananières caricaturales du XXe siècle.

Et on ignore comment l’Occident collectif sortira de ce piège tendu par son allié.

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur.

Victor Marakhovski

Source: Sputnik News – France

LIRE AUSSI:

Le comportement d’Hillary Clinton qualifié d’«humiliation» pour la nation américaine

© AFP 2018 Gregg Newton

Hillary Clinton semble être incapable d’accepter le fait qu’elle a perdu la présidentielle de 2016, estime Betsy McCaughey, ancienne gouverneur adjointe de l’État de New York. Selon la politicienne, les actions de l’ex-candidate dénigre l’ensemble du pays.

Hillary Clinton se disqualifie et déshonore les États-Unis en tentant d’expliquer les causes de son échec à la présidentielle américaine de 2016, a déclaré Betsy McCaughey, ancienne gouverneur adjointe de l’État de New York, interrogée par la chaîne Fox.

La politicienne a rappelé qu’auparavant Mme Clinton avait attribué la responsabilité de sa défaite à l’ancien directeur de la CIA James Comey, à Vladimir Poutine, à Bernie Sanders, son concurrent lors des primaires, à Jill Stein, candidate du Parti vert, à Barak Obama et même au «racisme» et au «sexisme».

«Elle a évoqué tant de causes de sa défaite. Mais en fait, dans son livre elle a déclaré avoir accepté le fait que tout simplement des millions d’Américains ne l’aimaient pas.Malheureusement, en réalité, elle ne l’a pas accepté puisqu’actuellement elle est victime d’une crise globale en se déplaçant d’un pays à l’autre, d’une ville à l’autre et en invoquant différentes causes pour sa défaite dans cette course», a-t-elle martelé.

Selon Mme McCaughey, ces actions déshonorent non seulement l’ancienne candidate elle-même mais aussi l’ensemble du pays.

«C’est humiliant non seulement pour elle, mais aussi pour l’ensemble de notre nation», a-t-elle déploré.

En novembre 2016, lors de la présidentielle américaine, Hillary Clinton qui représentait le parti démocrate a été devancé par son rival du parti républicain Donald Trump, selon le vote des grands électeurs. Il n’a toutefois pas obtenu la majorité des suffrages populaires.

Source: Sputnik News – France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :