A la Une

OMS: Le Congo fait face au risque «très élevé» de l’épidémie d’Ebola

Dans cette photo prise le 13 juin 2017, des agents de santé travaillent dans une unité de quarantaine d’Ebola le 13 juin 2017 à Muma, après qu’un cas d’Ebola ait été confirmé dans leur village. (Photo par l’AFP)

Une épidémie d’Ebola en République Démocratique du Congo a un risque élevé de propagation interne, a prévenu l’Organisation Mondiale de la Santé vendredi avant une réunion pour savoir si elle devait être déclarée événement international.

Dans un communiqué, l’agence des Nations Unies a déclaré que le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, convoquerait un comité d’urgence pour discuter de la question.

La nouvelle épidémie d’Ebola, déclarée publiquement le 8 mai avec 23 décès à ce jour, a été signalée pour la première fois dans une zone rurale de la province de l’Equateur dans le nord-ouest du vaste pays mais s’est maintenant étendue à la ville de Mbandaka.

La population de Mbandaka a été estimée entre 700 000 et 1,2 million de personnes.

Peter Salama, responsable de l’intervention d’urgence à l’OMS, a déclaré que la propagation dans une ville compliquait la lutte contre le virus Ebola, qui dépend de l’identification et de l’isolement des cas suspects.

La ville est située sur les rives du fleuve Congo qui relie la capitale Kinshasa, à des centaines de kilomètres au sud, ainsi qu’aux pays voisins, ce qui augmente le risque d’une épidémie nationale et régionale, selon des responsables de l’OMS.

Le virus Ebola est mortel et hautement contagieux, ce qui le rend difficile à contenir – en particulier dans les environnements urbains où les gens sont mobiles et ont plus de contacts avec les autres.

Faute d’un arsenal de médicaments pour traiter le virus, les médecins isolent les patients et retracent les personnes qui ont été en contact avec eux.

Dans cette photo distribuée par l’UNICEF le 13 mai 2018, les travailleurs de la santé portent des équipements de protection lorsqu’ils se préparent à soigner des patients Ebola à l’hôpital de Bikoro – l’épicentre de la dernière épidémie d’Ebola en République Démocratique du Congo – le 12 mai 2018 (Photo par l’AFP)

L’OMS a révisé son évaluation du risque de propagation de l’épidémie à «très élevé» au niveau national et «élevé» pour les pays voisins.

Globalement, le risque de propagation de l’épidémie est classé comme «faible».

L’épidémie actuelle concerne la même souche du virus qui a frappé trois pays d’Afrique de l’Ouest en 2013-15 et déclenché une panique internationale.

Il a ensuite tué plus de 11 300 personnes, dans l’épidémie la plus meurtrière d’Ebola.

L’OMS a été violemment critiquée pour sa gestion de l’épidémie de 2013 et s’est engagée à améliorer les interventions d’urgence.

Il n’existe pas de médicament autorisé pour traiter ou prévenir le virus Ebola, bien qu’un vaccin expérimental soit arrivé en RDC mercredi et ait été autorisé à être utilisé par le gouvernement de Kinshasa.

AFP

Traduction : MIRASTNEWS

Source: Press TV

Ce type de virus meurtrier a été fabriqué en laboratoire par une certaine grande puissance malfaisante selon des spécialistes. Est-il largué intentionnellement? (MIRASTNEWS)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :