A la Une

Le cas de Skripal n’est plus l’affaire: comment la Russie pourrait bientôt devenir la chérie de l’UE

© AP Photo / Misha Japaridze

L’ex-espion Sergei Skripal a été libéré de l’hôpital de Salisbury le 18 mai. Parlant à Sputnik, Adam Garrie, directeur chez Eurasia Future, a émis l’opinion que l’enquête britannique sur l’intoxication des Skripals finira avec rien à montrer et a expliqué pourquoi l’Europe pourrait bientôt alléger les sanctions anti-russes et ouvrir ses marchés à la Chine.

Peu importe combien Londres veut utiliser l’affaire Skripal comme un bâton pour battre la Russie avec, elle a besoin de Moscou dans son prochain combat pour l’accord nucléaire iranien abandonné par Donald Trump le 8 mai, a opiné Adam Garrie, analyste géopolitique et directeur d’Eurasia Future.

« Maintenant l’Europe devra travailler avec la Russie et la Chine si elle veut vraiment préserver le JCPOA (accord nucléaire iranien), l’Europe (y compris la Grande-Bretagne) devra peut-être assouplir les sanctions de manière significative, car le JCPOA ne peut être sauvé par la seule Europe. L’Europe devra travailler avec la Russie et la Chine, ce qui signifie abandonner les sanctions contre la Russie et ouvrir les marchés de l’UE à la Chine », a déclaré l’analyste à Sputnik.

Le 17 mai, le Premier ministre Theresa May a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Macron à Sofia. Les trois « ont réaffirmé leur ferme engagement à faire en sorte que l’accord soit respecté » et « se sont engagés à travailler avec les autres parties à l’accord à cette fin ».

Sain et sauf: Sergei Skripal libéré de l’hôpital

Le lendemain, l’ancien espion Sergei Skripal, qui aurait été attaqué à Salisbury, en Angleterre, avec l’agent neurotoxique A-234 le 4 mars avec sa fille Yulia, a été libéré de l’hôpital. Plus tôt, Yulia et Nick Bailey, l’agent de police qui a également été exposé à la substance toxique, ont quitté l’hôpital de Salisbury.

« Dans l’intérêt de la sécurité de Sergei et de Yulia, nous ne discuterons d’aucun arrangement de protection ou de sécurité en place », a déclaré vendredi un porte-parole de Scotland Yard.

L’empoisonnement mystérieux des Skripals a provoqué une dispute diplomatique entre le Royaume-Uni et la Russie, puisque Londres s’est précipitée pour reprocher à Moscou l’incident. La direction britannique a insisté sur le fait que les deux ont été empoisonnés par « Novichok », l’autre nom de la substance toxique, se référant à la série A230 (A232, A234) des agents neurotoxiques développés en Union soviétique dans les années 1970.

Depuis l’effondrement de l’URSS, les formules du groupe d’agents n’ont pas été un secret pour la communauté internationale: il s’est avéré que des scientifiques allemands et tchèques ont eu entre leurs mains sur la substance, entre autres.

Ainsi, selon la logique de Londres, on pourrait facilement reprocher à Berlin une série d’attaques meurtrières de sarin en Syrie, en citant le fait que le composé organophosphoré synthétique hautement toxique a été découvert par des scientifiques allemands à IG Farben en 1938.

Cependant, les spécialistes de Porton Down ont martelé le dernier clou dans le cercueil des arguments britanniques en déclarant qu’ils ne pouvaient pas identifier l’origine du poison.

« Le Royaume-Uni n’a jamais été intéressé par une approche rationnelle pour découvrir ce qui s’est passé à Salisbury », a souligné Garrie. « Ils étaient intéressés par une guerre informationnelle (infowar) prêt à l’emploi pour la génération de la restauration rapide avec l’avantage plus important d’avoir une excuse pour renouveler les anciennes sanctions et en adopter de nouvelles. »

L’analyste géopolitique a noté qu’il n’était pas non plus surprenant qu’aucune ressource médiatisée britannique n’ait remis en question le raisonnement discutable de Londres: « Le fait qu’aucun des grands médias britanniques n’ait rien dit non plus, montre que le journalisme dans les médias mainstream (traditionnels) ne fait que rapporter les dires plutôt que d’analyser pourquoi ils le disent et encore plus important, d’enquêter sur ce qu’ils ne disent pas. »

Selon Garrie, l’affaire Skripal est encore une autre page de la saga des sanctions anti-Russie de l’Ouest. Le fond du problème est que «les sanctions contre la Russie ont aidé à soutenir une industrie financière de l’ouest basée aux États-Unis d’Amérique qui est sérieusement menacée par le monde multipolaire».

« Cependant, la stratégie derrière cela était très à courte vue », a souligné l’analyste. « Tout ce qu’il a finalement fait est de convaincre les pays comme la Russie, l’Iran, la Turquie, la Chine, le Venezuela et beaucoup d’autres d’abandonner les institutions financières occidentales, de commercer dans leur propre monnaie et de considérer la Chine comme une superpuissance économique bien plus rationnelle que les États-Unis d’Amérique. »

Il a estimé que « le CryptoRuble de la Russie, qui est sur le point de sortir, est un signe supplémentaire que la Russie utilise le pouvoir de la technologie pour créer des moyens de transactions qui ne reposent pas sur des institutions occidentales ».

« De plus, les sanctions ont rendu l’industrie agricole russe « encore merveilleuse », ce que de nombreux politiciens de l’opposition en Russie souhaitaient depuis des années, notamment ceux du Parti libéral démocrate de Russie (LDPR) et du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF). »

© Sputnik / Alex McNaughton
Un policier près du pub Mill à Salisbury, où les traces de l’agent neurotoxique utilisé pour empoisonner l’ancien colonel de la Direction générale des renseignements Sergei Skripal et sa fille Yulia ont été trouvées

Le récit Skripal du Royaume-Uni: «L’acte de fiction le moins créatif de la mémoire récente»

Bien que l’enquête sur l’intoxication des Skrips se poursuive, Garrie estime que « cela ne donnera rien ».

L’analyste a expliqué que «tout le canard était conçu pour accomplir trois choses dans l’immédiat»: «Premièrement, détourner l’attention du rôle de la Russie pour aider la Syrie à vaincre le terrorisme Takfiri et ensuite détourner l’attention de la réalité L’élection présidentielle de 2018 où, comme tous ceux qui suivent la politique russe, le président a remporté à une large majorité, troisièmement, de décourager les Européens de se rendre en Russie pour la Coupe du monde en dépeignant le peuple russe et l’Etat russe comme sinistres.»

Cependant, il a expliqué que «dans un jour et l’âge où le « récit de la Russie » est tellement saturé, la plupart des gens qui se soucient de suivre le récit ont déjà pris leur décision.» Par conséquent, l’affaire Skripal n’a rien changé de manière significative.

La plupart des Européens et des Nord-Américains se soucient davantage de leurs emplois, salaires, sports et prix, plutôt que de la géopolitique, a-t-il ajouté, ajoutant que le tapage autour de la Russie produisait un résultat inattendu: « Parmi ceux qui suivent le « récit de la Russie », beaucoup de gens jusqu’alors ambivalents aux États-Unis d’Amérique, au Royaume-Uni, en France, etc., sont en fait devenus plus, plutôt que moins, friands de la Russie. »

D’autre part, a poursuivi Garrie, le gouvernement britannique a du mal à détourner l’attention du public du Brexit ainsi que de graves problèmes économiques et sociaux au pays.

« Je suis sûr qu’un bon auteur de fiction pourrait trouver quelque chose de nouveau pour détourner l’attention de ces terribles scandales, mais comme le gouvernement britannique n’arrive pas à trouver un tel auteur, ils sont simplement revenus à la diabolisation de la Russie. C’est l’acte de fiction le moins créatif de la mémoire récente », a-t-il dit.

© Sputnik / Morad Saeed
Fabrication de munitions dans la ville de Douma

Ce qui hante les vieilles puissances impériales en Syrie

Dans le même temps, tout n’est pas rose pour les dirigeants britanniques en Syrie, alors que l’armée arabe syrienne progresse sur le terrain au milieu des rapports sur la prétendue accumulation militaire des forces armées états-uniennes d’Amérique, britanniques et françaises dans le nord de la Syrie.

Pendant ce temps, les forces gouvernementales syriennes ont attiré à plusieurs reprises l’attention de la communauté internationale sur les armes et substances chimiques fabriquées par l’OTAN, y compris celles qui auraient été produites à Porton Down, au Royaume-Uni.

« Tout le monde occidental, à quelques exceptions près, a quelque chose à cacher en Syrie », a souligné Garrie. « Ils ont ouvertement soutenu les factions Takfiri en Syrie contre un gouvernement laïque et progressiste … Quand on se rend compte alors combien d’argent et combien d’armes ces gouvernements occidentaux ont donné aux Takfiris, le scandale s’approfondit. »

L’analyste a souligné que c’était la Russie qui avait joué un rôle important dans la défaite des terroristes soutenus par l’Occident en Syrie. Par conséquent, ce seront les entreprises russes qui, avec la Chine, l’Iran et d’autres vont reconstruire la République arabe.

« Les puissances occidentales ont investi beaucoup d’argent dans les gens qu’elles pensaient pourraient conquérir et elles n’ont pas obtenu de retour sur cet investissement, ce qui n’est pas étonnant, elles sont si opposées à la Russie », a-t-il déclaré.

En outre, « la base méditerranéenne de la Russie à Tartous ne va nulle part et cela effraie un Etat britannique qui a exploité la Turquie au cours du 19ème siècle et l’a forcée à combattre plusieurs fois la Russie pour essayer de l’enfermer dans la mer Noire. Maintenant, la Turquie et la Russie sont partenaires et la base méditerranéenne de l’eau chaude de la Russie continuera à hanter les vieilles puissances impériales qui n’ont jamais voulu que les soldats russes se lavent les pieds dans les eaux chaudes du sud. »

Les vues et opinions exprimées par Adam Garrie et Ekaterina Blinova sont celles des contributeurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Sputnik.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Trackback / Pingback

  1. Moscou prouve que le Royaume-Uni a l’intention de mener des opérations secrètes à l’étranger – Zakharova – MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :