A la Une

« Les sanctions les plus fortes de l’histoire »: Pompeo adresse 12 demandes à l’Iran, annonce une « pression sans précédent » + Notre avis

© Raheb Homavandi / Reuters

Les Etats-Unis d’Amérique veulent-ils réellement la guerre chaude?

Notre avis

Alors que les Etats-Unis d’Amérique sont entrés en Syrie par effraction avec des centaines de milliers de gangs terroristes étrangers, il semble qu’ils aient choisi maintenant la voie de la guerre avec des sanctions, après en avoir infligé à Cuba, à la Russie ou la Corée du Nord, d’autres suivront. La Chine semble avoir échappé pour l’instant au protectionnisme grâce à sa témérité et à l’évolution de la situation politique dans le monde.

En vérité même si la plupart dans le monde s’en prennent à la Corée du Nord, soit pour faire plaisir aux USA, soit pour des raisons de sécurité, le résultat est le même: le renforcement de la tendance à l’unipolarisme. Donc dans une telle configuration, la seule réponse crédible des pays soutenant la Syrie est de relever le défi dans la fermeté, sans tergiverser pour faire échouer les plans diaboliques qui se dessinent.

Il y a dans cette phase exigence de solidarité et d’unité des peuples et des nations dans la prise de décision et l’action pour des pays comme la Russie, l’Iran, l’Inde, la Chine et d’autres qui sont épris de liberté, de justice et de paix véritables. Car les Etats-Unis d’Amérique veulent embrouiller la situation en mettant tous les problèmes qu’ils ont aidé à créer avant ou après l’accord nucléaire iranien dans le même sac, alors qu’ils sont à la base avec leurs alliés du chaos engendré en Syrie, au Yémen ou en Irak.

Pourquoi ne parlent-ils pas de leur situation d’enlisement en Afghanistan? Y étaient-ils allés pour s’éterniser et coloniser le peuple et la nation ou pour des raisons précises? C’est irresponsable et intolérable de se comporter comme un État voyou alors qu’ils sont reconnus pour être jusqu’à preuve du contraire la première puissance mondiale dotée de puissantes armes nucléaires.

Il vaut mieux courageusement, maintenant, affronter ensemble l’hydre, que jamais, en répondant coup sur coup sur l’ensemble de leurs décisions et actes. Sinon chacun subirait dans son coin à tour de rôle, tôt ou tard, comme dans des rôles à tenir dans un film pour satisfaire les désirs et humeurs de l’empire Oncle Sam.

Car les Etats-Unis d’Amérique conscients de leur positionnement dans la géopolitique mondiale savent se jouer des instruments internationaux comme l’ONU qu’ils utilisent à leur guise pour atteindre des objectifs  personnels, sans respecter ni tenir compte des règles et normes communes élaborées et mises en place, pourtant ensemble, qu’ils renient ou tordent souvent à l’envi avec des méthodes douteuses quand bon leur semble.

Avez-vous vu la plus grande puissance militaire mondiale aller en guerre seule depuis un certain temps? Non, sauf quand il s’agit de très petits États comme le Panama. C’est toujours avec un groupe de prédateurs comme en Libye ; et eux se concertent souvent à l’abri des regards, dans l’obscurité la plus totale, sur certains sujets. Il faut donc sortir de la torpeur, se réveiller et s’activer avant d’être happé, car le droit international ne suffit plus! Et rien ne s’obtient sans lutte ni prise de risque. Ensemble la victoire est à portée de mains, sinon il sera trop tard.

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Téhéran aura du mal à « maintenir son économie en vie » s’il ne se conforme pas à une liste de 12 demandes des Etats-Unis d’Amérique, y compris le retrait iranien de la Syrie, a promis lundi le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique Mike Pompeo.

Parlant à la Heritage Foundation, un groupe de réflexion de droite de Washington, Pompeo a dressé une liste de 12 «exigences de base» pour l’Iran. Les demandes appellent l’Iran à se retirer de Syrie, à « libérer tous les citoyens des Etats-Unis d’Amérique », mettre fin au soutien des rebelles Houthi au Yémen, arrêter « l’enrichissement » de l’uranium, et promettre de ne jamais traiter le plutonium. L’Iran doit également permettre «un accès sans restriction à tous les sites nucléaires à travers le pays», a déclaré Pompeo.

Il a promis que les Etats-Unis d’Amérique imposeraient les « sanctions les plus fortes de l’histoire » si l’Iran ne respectait pas ces exigences.

Joyce Karam

@Joyce_Karam

Demands from , Pompeo:
•Close heavy water reactors
•Allow IAEA inspectors everywhere
•End ballistic missile
•Release US citizens
•End support to Hezbollah, Hamas, IJ, Houthis, Taliban
•Iran must withdraw from Syria
•Iran must support Iraq Gov, disarm Shia militias

Pompeo a déclaré que « l’aiguillon des sanctions sera douloureux » et que l’Iran aura du mal à « garder son économie vivante » si Téhéran « ne change pas son cours du chemin inacceptable et improductif qu’il a choisi ».

« Grâce à nos collègues du département du Trésor, les sanctions reviennent à leur plénitude et de nouvelles sont à venir … Celles-ci finiront par être les sanctions les plus fortes de l’histoire », a déclaré Pompeo.

Le secrétaire d’Etat a également promis que les Etats-Unis d’Amérique « traqueront les activistes iraniens et leurs mandataires du Hezbollah opérant dans le monde entier, et nous les écraserons, l’Iran n’aura plus jamais carte blanche pour dominer le Moyen-Orient ».

S’adressant directement au peuple iranien, Pompeo a affirmé que « le président [Hassan] Rouhani et le ministre des affaires étrangères [Javad] Zarif … sont vos dirigeants élus. Ne sont-ils pas les plus responsables de vos luttes économiques? » Il a ajouté: « Les Etats-Unis pensent que vous méritez mieux. »

Pompeo a également dit qu’il est sûr qu’au fil du temps, les alliés de Washington se réchaufferont à la position désormais impopulaire de l’administration Trump sur l’Iran.

La stratégie de Washington est d’affaiblir économiquement l’Iran, plutôt que de s’engager dans une guerre réelle, a déclaré le Dr. Said Sadik, professeur de sociologie politique à l’université des Etats-Unis d’Amérique du Caire, en réponse à l’intervention de Pompeo. « Ce que les Etats-Unis font maintenant, c’est augmenter les sanctions en essayant de miner le pouvoir de l’Iran sur le plan économique, avec l’espoir que cela provoquerait des troubles et des émeutes en Iran, qu’il ferait cesser le gouvernement iranien d’aider ses alliés ou étendre son influence dans la région. C’est fondamentalement ce qu’ils veulent. »

Sadik a ajouté: « Je ne pense pas qu’ils veulent une guerre parce que la guerre est très chère et dangereuse dans ce domaine stratégique … Ce qu’ils veulent, c’est affaiblir l’Iran financièrement, économiquement, avec l’espoir que le gouvernement iranien ne sera pas aussi puissant dans la zone comme il est maintenant. »

Le discours vient après que Trump a annoncé plus tôt ce mois qu’il se retirait de l’accord nucléaire de 2015. Les alliés européens avaient plaidé avec Trump pour ne pas se retirer de l’accord historique, qui imposait des restrictions strictes sur le programme nucléaire iranien en échange d’un allègement des sanctions. Le président iranien Hassan Rouhani a qualifié le retrait des Etats-Unis d’Amérique de l’accord d’« expérience historique pour l’Iran », ajoutant que « en quittant l’accord, l’Amérique a officiellement miné son engagement en faveur d’un traité international ».

L’Iran dit qu’il s’attend à ce que l’UE continue à honorer l’accord, malgré le retrait de Washington de l’accord. Les inspections de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ont confirmé à plusieurs reprises que l’Iran respecte pleinement ses obligations en vertu de l’accord.

Traduction: MIRASTNEWS

Source : RT

Le président iranien, Hassan Rohani. ©President.ir

Le président iranien Hassan Rohani a critiqué la stratégie de Mike Pompeo sur l’Iran, affirmant que le monde ne peut accepter que Washington prenne des décisions unilatérales pour toutes les nations.

En réaction aux propos du secrétaire d’État américain, le président Rohani a déclaré que le monde d’aujourd’hui n’accepte pas que les États-Unis décident pour la terre entière.

Comme prévu, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a annoncé, ce lundi 21 mai, la nouvelle stratégie américaine envers l’Iran.

« Les pays du monde jouissent du droit d’exercer leur indépendance. Le monde n’accepte pas la politique de pression. Cet homme qui était hier encore à la tête du centre d’espionnage, a été nommé secrétaire d’État et veut imposer ses décisions. Qui êtes-vous pour décider pour le sort de l’Iran et du monde entier?», a déclaré le président iranien lors d’un discours devant des professeurs d’universités et de médecins, ajoutant que l’actuel gouvernement au pouvoir aux États-Unis répète les propos d’il y a quinze ans de l’ancien président américain, George W. Bush.

« L’ère de tels propos est révolue … Nous allons continuer notre chemin avec le soutien de notre nation », a conclu le président Rohani.

Le chef de la diplomatie américaine a annoncer ce lundi des conditions très strictes envers l’Iran en vue d’un «nouvel accord » et a aussi énuméré douze conditions pour conclure un éventuel « nouvel accord » avec l’Iran.

Bahram Qassemi, le porte-parole de la diplomatie iranienne. (Photo d’archives).

Lors de sa conférence de presse, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qassemi, a répondu à des questions sur la période faisant suite au retrait Trump du PGAC et les fausses informations selon lesquelles l’Iran aurait reçu une série de propositions.

« Nous ne négocierons aucun sujet au-delà du Plan global d’action conjoint (PGAC) », a affirmé le ministre iranien des Affaires étrangères, qualifiant de mensonges les informations diffusées selon lesquelles l’Iran aurait reçu de nouvelles propositions, informations qui ne visent qu’à envenimer le climat contre l’Iran.

« De telles informations sont infondées et elles sont l’œuvre des think tanks sionistes, des puissances internationales qui sèment le chaos et des individus malveillants contre le peuple iranien qui ne cherchent qu’à saboter les négociations entre l’Iran et les autres signataires du Plan global d’action conjoint », a rétorqué Bahram Qassemi, le porte-parole de la diplomatie iranienne.

« Après le retrait unilatéral et illégal des États-Unis de cet accord international, la RII, en tant que partie prenante au PGAC, a affirmé en réponse à la demande des autres parties de rester dans cet accord que, si elles pouvaient garantir les droits du peuple iranien dans le cadre de ce plan, elle continuerait d’adhérer à cet accord, ajoutant que les autres sujets évoqués sont infondés et non pertinents », a indiqué Bahram Qassemi.

Sur la base du cadre déjà défini, seules les questions liées au PGAC seront examinées lors la première commission mixte sans les États-Unis qui se tiendra dans les prochains jours sur la proposition l’Iran.

Les responsables européens, chinois et russes prévoient de discuter d’un nouvel accord avec l’Iran la semaine prochaine à Vienne, afin de fournir à l’Iran une aide financière en contrepartie de la limitation de son programme de missiles balistiques et de ses activités régionales, a rapporté Fars News.

Le quotidien allemand Welt Am Sonntag a prétendu ce dimanche 20 mai que les autorités devraient se réunir la semaine prochaine sous la direction d’Helga Schmid, une haute responsable de l’UE, à Vienne, la capitale de l’Autriche, pour discuter des mesures à prendre après le retrait, le 8 mai, du président américain Donald Trump du PGAC.

Certains analystes disent que par son discours, Mike Pompeo a transformé en une mission impossible la tâche déjà très difficile de faire adhérer les alliés des États-Unis à une reprise des sanctions contre l’Iran.

Source: Press TV

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Le rêve américain mort-né – Sortir de Syrie? Dévoilé tout à l’AIEA? Pourquoi la liste des USA de 12 points pour Téhéran est un « ultimatum » censé échouer – MIRASTNEWS
  2. Pompeo dit que l’Iran «terroriste» a transformé la Syrie en «zone de destruction». Qu’est-ce qu’ont fait les Etats-Unis d’Amérique jusque-là? – MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :