A la Une

Pompeo dit que l’Iran «terroriste» a transformé la Syrie en «zone de destruction». Qu’est-ce qu’ont fait les Etats-Unis d’Amérique jusque-là?

Notre commentaire

Pompeo venant de la CIA dit les choses à l’envers, car il connait et maîtrise bien le sujet. Il utilise des échappatoires puisqu’il était à la manœuvre à la CIA et sait donc ce qu’ils ont concocté comme mixture. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a été nommé à ce poste. Il attribuera toujours aux autres ce que les Etats-Unis d’Amérique ont réellement fait.

Voilà un pays qui s’invite seul à votre table chez vous, mange et casse tout, et accuse les invités et les propriétaires de l’avoir fait. A y regarder de près, les Etats-Unis d’Amérique forcent le passage à la guerre chaude si les autres parties sont conséquentes et décident de relever le défi.

MIRASTNEWS

Le secrétaire d’État des USA Mike Pompeo a accusé l’Iran de « perpétuer » la guerre syrienne de sept ans, provoquant une crise de réfugiés et provoquant des attaques terroristes en Europe, en soutenant le « régime Assad meurtrier ». Est-il exact?

Ces accusations sont intervenues dans le cadre de l’ultimatum en 12 points adressé par Pompeo à la République islamique, lundi, dans lequel le nouveau responsable a claqué son « financement de la terreur » et ses « activités déstabilisantes ». Mais Washington a-t-il l’autorité morale d’accuser Téhéran de mauvaise intervention, et a-t-il dans sa propre influence apporté plus de paix? La Syrie est un bon exemple.

Department of State

@StateDept

.@SecPompeo: has cont. to pump thousands of fighters into Syria to prop up the murderous Assad regime…Iran perpetuates a conflict that has displaced more than 6 million Syrians inside the country and over 5 million to seek refuge outside its borders.

Qui a une meilleure excuse pour être en Syrie?

L’Iran est un allié de longue date de Damas et est légalement en Syrie à la demande du président Bashar Assad, qui – quelle que soit l’opinion de son temps au pouvoir – est le leader internationalement reconnu de son pays. En soi, l’implication de Téhéran en Syrie est du bon côté du droit international.

Les Etats-Unis d’Amérique, d’autre part, ont été décrits comme un « envahisseur illégal » par Assad lui-même. Washington a financé les efforts pour renverser le gouvernement depuis 2011 et a positionné des troupes en Syrie depuis 2015. Les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas un pays voisin directement touché par le conflit et n’ont pas de mandat international, sauf en tant que leader d’une coalition d’interventionnistes qu’ils ont assemblé eux-mêmes.

« Ceux qui sont entrés en Syrie sans la permission du gouvernement syrien sont ceux qui doivent quitter le pays », a déclaré lundi soir l’Iran.

Quelles factions ont-elles soutenues?

Washington a défendu son intervention pour des raisons humanitaires et morales, affirmant qu’elle a aidé les « bons » et ceux qui sont confrontés à la persécution. Malheureusement, les Américains ont trouvé difficile de s’attacher à une faction respectable. Les manifestations initiales en faveur de la démocratie ont été de courte durée [si jamais la CIA et autres agence étrangère n’étaient pas derrière pour manipuler comme en Libye. MIRASTNEWS], les rebelles «modérés» de l’Armée syrienne libre ont toujours été une proportion relativement dérisoire de la coalition anti-Assad et, en tout cas, semblent avoir été détournés par des extrémistes religieux.

LIRE PLUS: Le rêve américain mort-né – Sortir de Syrie? Dévoilé tout à l’AIEA? Pourquoi la liste des USA de 12 points pour Téhéran est un « ultimatum » censé échouer

Lors du récent affrontement dans la Ghouta orientale, les rebelles que les Etats-Unis d’Amérique soutenaient auraient inclus Tahrir al-Sham, la branche locale d’Al-Qaïda, et les djihadistes salafistes du Mouvement Nour al-Din al-Zenki. Ce n’est ni un secret ni un cas isolé, avec de nombreux exemples de soutien américain ou de protection des branches d’Al Nusra contre les forces russes ou syriennes. Peut-être que les partenaires les plus honorables de l’Amérique étaient les Kurdes, mais ils ont leurs propres intérêts en Syrie et, de toute façon, ont été rapidement «lâchés» par les États-Unis d’Amérique une fois qu’ils ont servi leur objectif de vaincre l’État islamique.

En revanche, l’Iran a toujours soutenu une partie dans le conflit. Bien que la guerre syrienne ait été sans aucun doute brutale, peu de gens, même au Pentagone, argumenteraient que le traitement des civils dans les zones contrôlées par le gouvernement est comparable aux mini-théocraties dominées par la charia ou à l’anarchie libre. Peut-être que l’utilisation systématique d’armes chimiques pourrait niveler le score, mais cela reste une accusation très contestée contre les forces gouvernementales, et certainement pas d’initiative iranienne.

Quel camp est le plus responsable des «combattants étrangers» en Europe?

C’est la plus fragile des revendications de Pompeo. Les terroristes durcis par la Syrie qui « ont traversé l’Europe et menacé d’attaques terroristes » ces dernières années ne sont pas des chiites aimant l’Iran, mais leurs rivaux sunnites, inspirés par le côté religieux de la lutte dans le pays attisé par le Pentagone.

Le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique a déclaré que cela était peut-être dû au fait qu’ils sont devenus des réfugiés, mais il est certainement intenable de blâmer un seul camp pour avoir créé des réfugiés dans ce conflit. Pompeo n’aurait pas non plus fait l’éloge de l’Iran et de la Syrie pour avoir tué plus d’islamistes radicaux en fuite, juste pour les empêcher de commettre des actes de terreur en Europe plus tard. Peut-être un coup d’œil en direction de l’Arabie saoudite, rival régional, serait plus approprié ici, si une partie spécifique doit être blâmée.

Quel camp a donc «contribué à faire de ce pays 71 000 miles carrés de zone de destruction» et «déplacé plus de six millions de Syriens à l’intérieur du pays et provoqué plus de cinq millions de réfugiés hors de ses frontières»?

LIRE AUSSI: « Les sanctions les plus fortes de l’histoire »: Pompeo adresse 12 demandes à l’Iran, annonce une « pression sans précédent » + Notre avis

Personne ne sait combien de personnes ont été tuées en Syrie depuis 2011, l’ONU se contentant de faire référence à des « centaines de milliers » après avoir admis qu’elle ne pouvait plus évaluer de manière vérifiable le nombre de morts en 2014. Il est donc impossible de parler d’un nombre précis de tués de différents côtés, ou des circonstances qui ont conduit chacun à la violence.

Mais une fois qu’il est devenu clair, quelques années après le début du conflit, que les Etats-Unis d’Amérique soutenaient des forces radicales qui n’allaient probablement jamais établir la paix, une fois que Washington a déclaré qu’il n’accepterait aucune circonstance pour qu’Assad reste, et une fois le solde équilibré. Les États-Unis d’Amérique sont de plus en plus responsables de la poursuite du bain de sang.

Soutenant des forces intransigeantes, fixant a priori des conditions impossibles (quelque chose qu’il a sans doute refait avec l’Iran) et poursuivant des causes perdues, les Etats-Unis d’Amérique ont étiré douloureusement la guerre, sans objectifs clairs – contrairement à l’Iran qui lutte pour une résolution claire.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

L’UE condamne la stratégie iranienne de Pompeo: elle ne rendra pas la région plus sûre face à la menace nucléaire

© REUTERS / Leonhard Foeger

La promesse du secrétaire d’État des Etats-Unis d’Amérique, Mike Pompeo, d’imposer les «sanctions les plus sévères de l’histoire» à Téhéran après le retrait de Washington de l’accord nucléaire iranien a provoqué un tollé de la part des responsables européens.

UE: « Pas d’alternative »

La chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, a commenté les éventuelles sanctions sans précédent contre l’Iran promis par le secrétaire d’Etat des USA, Mike Pompeo, et a déclaré qu’il n’y avait « pas d’alternative » au plan d’action global.

« Le discours du Secrétaire d’Etat Pompeo n’a pas démontré comment la sortie du JCPOA a rendu ou rendra la région plus sûre de la menace de prolifération nucléaire ou comment elle nous met dans une meilleure position pour influencer la conduite de l’Iran dans les zones hors JCPOA », a souligné Mogherini.

LIRE PLUS: Le sort de l’accord nucléaire iranien avec l’UE, la Russie et la Chine – analystes

Elle a rappelé que l’accord nucléaire iranien est « le résultat de plus d’une décennie de négociations complexes et délicates », vantant le PAGC comme « le meilleur résultat possible, en trouvant le juste équilibre ».

« Cet accord appartient à la communauté internationale, après avoir été approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies et la communauté internationale, il attend de toutes les parties qu’elles tiennent les engagements qu’elles ont pris il y a plus de deux ans », a souligné M. Mogherini.

EN SAVOIR PLUS: La paix avec un prix: l’Iran promet à l’UE d’adhérer à l’accord du nucléaire sur une seule condition

Elle a également souligné l’adhésion de l’Iran au PAGC, réitérant que l’Agence internationale de l’énergie atomique a confirmé dix fois que l’Iran avait livré « tous ses engagements liés au nucléaire » conformément à l’accord.

Royaume-Uni: «Perspective d’un nouveau traité géant»

Quelques heures avant le discours de Pompeo sur l’Iran, le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a déclaré que le plan de Washington visant à renforcer les vis contre la République islamique ne fonctionnera pas.

« Si vous essayez maintenant de replier tous ces problèmes – les missiles balistiques, la mauvaise conduite de l’Iran, l’activité perturbatrice de l’Iran dans la région et la question nucléaire – si vous essayez de les transformer en négociations géantes, je ne vois pas cela être très facile à réaliser, à quelque chose comme un calendrier raisonnable », a déclaré Johnson.

Il a averti qu’après la sortie de Washington de l’accord nucléaire iranien, « la perspective d’un nouveau traité iranien sera très, très difficile ».

En même temps, il a noté qu’il n’était «pas totalement pessimiste au sujet de la situation».

« En fin de compte, il y a un accord à faire qui donne à l’Iran un meilleur accès économique à l’Occident, mais aussi le contraint. […] Je pense que finalement, nous reviendrons au genre d’ajouts au JCPOA que nous avons d’abord envisagé, mais cela peut prendre beaucoup de temps », a souligné M. Johnson.

Allemagne: « Pas de surprise »

Pour sa part, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a déclaré que Berlin avait « pris en compte la position des Etats-Unis d’Amérique » et que « cela n’était pas surprenant ».

Il a rappelé que lors de sa visite à Washington plus tard cette semaine, il rencontrera Pompeo pour discuter de la question.

LIRE ÉGALEMENT: «Des décisions concrètes»: l’Europe face à Trump au milieu de l’Iran

« La situation n’a pas changé pour nous: lors de son sommet à Sofia, l’UE a donné un signal unifié que nous voulons maintenir l’accord nucléaire iranien », a souligné Maas.

Il a averti que « sans cet accord, nous pourrions courir le risque que l’Iran puisse redémarrer un programme nucléaire ».

Iran: «Menaces illégales»

Le ministère iranien des Affaires étrangères a à son tour utilisé un langage sévère lorsqu’il a commenté le discours de Pompeo.

« L’Iran rejette les allégations et les mensonges dans cette soi-disant nouvelle stratégie et condamne l’ingérence ouverte du secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique dans […] ses affaires intérieures et les menaces illégales contre un Etat membre des Nations Unies », a indiqué le ministère.

Le communiqué décrivait les propos de Pompeo comme une « tentative naïve » visant à détourner l’attention de la communauté internationale de la violation de JCPOA par Washington.

EN SAVOIR PLUS: La fin de l’ère Petrodollar? Comment l’affaire iranienne de Trump mine le dollar

Selon la déclaration, « le gouvernement des USA sera responsable des conséquences de toute persécution ainsi que des actions illégales et violentes contre la nation iranienne. »

« Les remarques insignifiantes, insultantes et secondaires du nouveau secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique et son attitude inacceptable envers la grande nation iranienne civilisée témoignent du désespoir et de la position d’impuissance des responsables du gouvernement des USA sur les Iraniens », pouvait-on lire dans le communiqué.

La nouvelle stratégie iranienne de Washington

Dans son discours «After the Deal: une nouvelle stratégie iranienne» à la Heritage Foundation à Washington, Pompeo a promis que les États-Unis d’Amérique appliqueraient des pressions financières sans précédent sur Téhéran par le biais de sanctions.

LIRE PLUS: Pourquoi les signataires européens ne sont pas prêts à quitter l’Iran

Rappelant que « l’aiguillon des sanctions » ne sera pas facile tant que l’Iran ne changera pas de cap, Pompeo a précisé que les nouvelles sanctions seraient « les plus fortes de l’histoire » et que Téhéran se battrait pour « maintenir son économie en vie ».

Il a averti que toute entité faisant des affaires avec Téhéran serait « tenue pour responsable » par les Etats-Unis d’Amérique, exprimant l’espoir que les nouvelles sanctions anti-iraniennes seront accueillies avec le soutien des alliés des Etats-Unis d’Amérique au-delà de l’Europe.

Début mai, le président Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis d’Amérique de l’accord nucléaire iranien, ce qui a déclenché une vague de froid dans les relations de Washington avec ses alliés européens et ses co-signataires, dont l’Union européenne, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni. Royaume, Iran, Russie et Chine.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Comment on Pompeo dit que l’Iran «terroriste» a transformé la Syrie en «zone de destruction». Qu’est-ce qu’ont fait les Etats-Unis d’Amérique jusque-là?

  1. josephhokayem // 10 juin 2018 à 19:33 // Réponse

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

    J'aime

1 Trackback / Pingback

  1. Pompeo dit que l’Iran «terroriste» a transformé la Syrie en «zone de destruction». Qu ’est-ce qu’ont fait les Etats-Unis d’Amérique jusque-là? | Raimanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :