A la Une

L’apprenti-sorcier: Les prix du du pétrole montent en flèche en raison du retrait de Trump de l’Iran: Démocrates

Le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump s’exprime avant de signer la loi sur la croissance économique, l’allègement de la réglementation et la protection des consommateurs dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche à Washington le 24 mai 2018. (Photo AFP)

Les démocrates du Sénat des Etats-Unis d’Amérique ont critiqué Donald Trump pour n’avoir pas pris de mesures pour faire baisser les prix du pétrole, affirmant que la décision du président de se retirer de l’accord nucléaire iranien multinational est un facteur d’augmentation des prix du gaz.

Le leader démocrate du Sénat, Charles Schumer, a tenu mercredi une conférence de presse au Capitole à Washington pour presser Trump à inciter l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à adopter des mesures pour faire baisser les prix, a rapporté Reuters.

Schumer a déclaré que les prix de l’essence avaient grimpé de 25% depuis l’entrée en fonction de Trump en janvier 2017. Les grandes erreurs de politique étrangère de Trump, telles que l’imposition de sanctions au Venezuela et l’abandon de l’accord nucléaire iranien, ont aidé les prix du pétrole.

Le 8 mai, Trump a annoncé sa décision de retirer les Etats-Unis d’Amérique de l’accord nucléaire malgré les efforts des alliés européens pour le convaincre de rester dans l’accord de 2015.

Trump a également signé un mémorandum présidentiel pour imposer le «plus haut niveau de sanctions» contre l’Iran et a déclaré que les États-Unis d’Amérique puniraient les entreprises et les pays qui violent ces sanctions.

Schumer a critiqué Trump sur le retrait de l’accord nucléaire et a exhorté le président à « résister à l’OPEP » sur la question des prix.

« Il est temps pour ce président de résister à l’OPEP », a-t-il déclaré.

« Il s’entretient avec les Saoudiens et les EAU et tous ces autres pays riches en pétrole. Pourquoi ne leur demande-t-il pas de baisser leurs prix? », a déclaré Schumer, ajoutant que « Trump devrait renoncer à ses copains de l’industrie pétrolière. »

Dans une lettre à Trump, Schumer et d’autres Démocrates, y compris Rob Menendez et Ed Markey ont appelé le président à envoyer le secrétaire à l’Énergie Rick Perry à une réunion de l’OPEP le 22 juin à Vienne pour soulever la question des prix du pétrole.

« L’influence des Etats-Unis sur une réunion de l’OPEP est fondamentalement nulle », a déclaré Thomas Cape, analyste senior chez Evercore ISI à New York.

En raison des décisions politiques controversées de Trump, le prix de l’essence en Amérique a grimpé de 19% cette année à 2,95 $ le gallon, le plus haut niveau depuis novembre 2014.

Le haut dirigeant du géant pétrolier français Total prévoit une nouvelle tendance à la hausse des prix du pétrole, affirmant qu’il ne serait pas surpris de voir un baril de brut atteindre la barre des 100 dollars dans les mois à venir.

Patrick Pouyanné a déclaré lors d’un événement tenu par un think tank de Washington la semaine dernière que de nouveaux développements géopolitiques continuaient d’affecter les marchés pétroliers internationaux, citant des questions comme une interdiction potentielle de la vente de pétrole iranien en raison du retrait des Etats-Unis d’Amérique de l’accord nucléaire iranien ainsi qu’à l’incapacité du Venezuela à exploiter correctement ses réserves de pétrole en raison de problèmes économiques.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Syrie : l’Arabie saoudite et le Qatar renforcent Daech

Daech héliporté par les USA à Deir ez-Zor en Syrie. (Archives)

Des voix s’élèvent au sein des instances américaines contre les décisions unilatérales de la Maison-Blanche.

Jeudi lors d’une réunion de la commission des relations étrangères du Sénat américain prévue pour examiner le budget du département d’État, Rand Paul s’est adressé au secrétaire d’État Mike Pompeo pour dire : « L’Arabie saoudite et le Qatar font partie de principaux sponsors et des protecteurs du terrorisme en Syrie. »

Critiquant les 12 conditions américaines pour un nouvel accord avec l’Iran, il a poursuivi : « Pourquoi demande-t-on à l’Iran de retirer ses troupes de Syrie alors que les Saoudiens et les Qataris sont à l’origine des problèmes dans ce pays ? »

Dans une autre partie de ses propos, le sénateur républicain a évoqué l’affaire du Yémen et s’est adressé à Pompeo en ces termes : « Vous avez appelé l’Iran à renoncer à soutenir le mouvement d’Ansarallah, mais vous n’avez pas exigé de l’Arabie saoudite qu’elle mette fin à ses frappes contre son voisin du Sud. La catastrophe humaine qui s’est produite dans ce pays, le plus pauvre de la péninsule arabique, est le fruit de l’intervention militaire saoudienne. »

Il a également fait allusion au thème phare du Plan global d’action conjoint, signé en juillet 2015 entre l’Iran et les 5+1, pour dire : « Nous pouvons peut-être durcir les sanctions, mais il se peut que cette démarche reste stérile parce que c’est une décision unilatérale. »

Source: Press TV

EN SAVOIR PLUS:

Les stocks existent en dépit des affirmations d’Amazon qui nous empêche d’accéder à notre compte, écrivez-nous à: mossinguej@yahoo.fr

Un livre prémonitoire qui a anticipé les évènements et vous révèle tout: GÉOÉCONOMIE ET GÉOSTRATÉGIE DE L’ÉNERGIE: CHAOS ET ENJEUX RÉELS Broché – 2015

À Deir ez-Zor, une offensive éclair des terroristes de Daech, soutenus par les avions de combat US, a coûté la vie à des soldats syriens et en a blessé d’autres.

Selon SANA, les régions occupées dans le sud de la province de Homs ont connu une nuit particulièrement agitée mercredi soir après des mois de calme relatif. Pouvez-vous nous expliquer ce qui se passe à Deir ez-Zor ? Est-ce le retour de Daech ?

Ayssar Midani, analyste des questions internationales, nous donne plus de détails sur la situation en Syrie.

Source: Press TV

Les défenses aériennes syriennes interceptent des missiles près de Homs

Une capture d’image d’une vidéo publiée le 10 mai 2018 par le bureau des médias de l’armée syrienne et diffusée sur les chaînes de télévision syriennes officielles, montrant des systèmes de défense aérienne syriens interceptant des missiles israéliens. (Photo par l’AFP)

Les systèmes de défense aérienne syriens ont repoussé une attaque de missiles sur un aéroport près de la ville de Homs, moins d’un jour après que des jets de coalition dirigés par les Etats-Unis d’Amérique ont visé plusieurs positions militaires syriennes dans la province orientale de Dayr al-Zawr.

« Un de nos aéroports militaires dans la région centrale a été exposé à une attaque de missiles hostiles, et nos systèmes de défense aérienne ont affronté l’attaque et l’ont empêchée d’atteindre son but », a rapporté jeudi l’agence de presse syrienne SANA.

L’agence de presse avait précédemment déclaré que des sons d’explosions avaient été entendus près de l’aéroport de Dabaa, situé à environ 20 kilomètres au sud-ouest de Homs, près de la frontière libanaise.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme basé en Grande-Bretagne, « six missiles » ont ciblé l’aéroport militaire syrien, qui a cité des combattants postés par des groupes de défense populaire alliés aux forces gouvernementales.

« Les missiles auraient été tirés par Israël », a ajouté le soi-disant groupe de surveillance.

L’AFP a cité une source proche de la frontière libano-syrienne affirmant que des avions de guerre avaient survolé l’espace aérien libanais et que « certaines personnes attendent toujours de nouvelles frappes ».

Plus tôt dans la journée, SANA a rapporté qu’un certain nombre de positions militaires syriennes entre Albu Kamal et Hmeimeh ont été touchées « dans une agression par des avions de la coalition américaine ».

Interrogé sur l’attaque du jeudi soir, le porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Kone Faulkner, a affirmé que la frappe n’avait pas été menée par les forces des Etats-Unis d’Amérique.

Les attaques surviennent au milieu des rapports sur la libération totale des quartiers au sud de la capitale syrienne, Damas, des griffes du groupe terroriste Takfiri Daesh.

Les troupes de l’armée syrienne et les combattants pro-gouvernementaux se battaient depuis le 19 avril pour reprendre la zone couvrant le camp de Yarmouk et les districts adjacents de Qadam, Tadamun et al-Hajar al-Aswad.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :