A la Une

Le nouveau front des Etats-Unis d’Amérique tend à s’étendre de Deir ez-Zor à Palmyre

Un combattant de l’armée syrienne. ©AFP

Les Américains sont décidés à couper la voie de communication entre l’Irak et la Syrie. La guerre USA/Résistance en vue.

« Les USA tentent de prendre le contrôle des zones frontalières entre l’Irak et la Syrie afin couper le pont entre ces deux pays, » a confié un expert syrien des questions militaires à Sputnik.

Le général Mohammed Abbas s’est attardé sur les derniers agissements US en Syrie et a prévu que les conflits pourraient s’étendre d’al-Tanf vers la partie orientale de Soueïda jusqu’à Palmyre.

Selon cet expert des questions militaires, les USA tentent à tout prix de s’emparer de Palmyre, car cette ville revêt d’une importance stratégique et sécuritaire.

Il a ensuite affirmé que les USA continuent de soutenir les groupes armées qui l’aident à mettre en œuvre ses plans dans la région. Selon lui, tous ces groupes armés sont en contact avec la société américaine BlackWater.

Les récentes attaques dans le sud-est de Deir-ez-Zor près des stations de pompage T-2 et T-3 de la base de Hmeimem, prouve l’intention des forces US de créer un nouveau front dans le sud de la Syrie à Deraa et dans le nord à Idlib.

L’est de la Syrie a été la scène de violents affrontements entre les terroristes et l’armée syrienne, où 35 terroristes ont été tués et plusieurs autres ont été blessés.

Les USA multiplient les attaques 

Ce samedi 2 juin, les terroristes ont mené une vaste offensive contre l’armée syrienne et le Hezbollah dans les zones frontalières du sud-ouest de la province de Deir-ez-Zor et l’est de la province de Homs.

Selon les dernières informations, les éléments de Daech ont entamé leurs opérations contre les forces de l’armée syrienne et de l’axe de la résistance dans la région intermédiaire entre Hmeimem et la station pétrolière de pompage T-2.

Appuyées par les forces de la résistance installées dans les zones occupées, les forces syriennes sont parvenues à intercepter les agissements des terroristes dans différentes zones afin de se préparer à toute éventuelle confrontation.

Lors de violents combats qui ont éclaté à 06h00 du matin (heure locale) avec les éléments de Daech, les forces de l’axe de la Résistance ont déjoué le plan des terroristes pour pénétrer dans cette zone.

35 membres de Daech ont été tué et plusieurs d’autres ont été blessés. Après ces lourdes défaites, les terroristes ont été contraints de battre en retraite et se sont enfuis vers les déserts orientaux.

En occupant la région intermédiaire entre Hmeimem et la station pétrolière de pompage T-2, les terroristes cherchaient à couper la voie aux forces de la résistance, de la ville de Palmyre vers Abou Kamal et s’approcher ainsi des frontières avec l’Irak.

À travers des attaques dans le sud-ouest de la province de Deir ez-Zor et dans l’est de la province de Homs, les terroristes tentent de briser le siège de cet axe et de rejoindre leur frère d’armes qui ont subi de lourds échecs dans le sud de Homs.

Au cours de ces dernières heures, les chasseurs syriennes ont survolé le sud-est de Deir ez-Zor ainsi que l’est de Homs afin d’intercepter et de viser les positions des terroristes encerclés dans ces régions.

Source: Press TV

Rapport de la guerre syrienne – 1er juin 2018: Les tensions entre les Etats-Unis d’Amérique et la Turquie augmentent au sujet de Manbij

Les tensions entre les Etats-Unis d’Amérique et la Turquie continuent de croître au sujet de ce que l’on appelle le problème Manbij dans le nord de la Syrie.

Le 30 mai, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Davutoglu, a déclaré qu’une feuille de route pour la coopération sur Manbij avait été établie par Ankara et Washington. Il a déclaré que les unités de protection du peuple kurdes (YPG) pourraient même se retirer de Manbij avant la fin de l’été dans le cadre de la feuille de route convenue.

Cependant, les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis d’Amérique, les YPG sont leur noyau, ont indiqué qu’ils prévoient de se retirer de Manbij.

Le 31 mai, la porte-parole du département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, Heather Nauert, a déclaré que les Etats-Unis d’Amérique n’avaient aucun accord avec la Turquie sur Manbij. La déclaration de Nauert était particulièrement étrange parce que le 25 mai, l’ambassade des USA en Turquie a déclaré que les parties avaient esquissé les principaux contours de la feuille de route.

Ces développements ont encore une fois mis en évidence un profond malentendu entre Washington et Ankara sur la situation dans le nord de la Syrie.

Dans le même temps, les FDS sont confrontées à des problèmes de consolidation du contrôle politique dans les zones capturées en raison des tensions arabo-kurdes provoquées par la domination des YPG au sein des FDS.

Le 31 mai, Aharar al-Sham a affronté la Brigade du Nord, Ahrar al-Sharqiyah et la division du Sultan Murad dans la ville de Jarabulus dans la partie de la Syrie sous contrôle turc. Au moins 3 civils et quelques militants ont été tués dans les affrontements causés par un désaccord sur des questions d’argent. Les 6 et 26 mai, des affrontements inter-militants ont également été signalés dans une autre ville tenue par les Turcs: al-Bab. Ces incidents démontrent une mauvaise situation de sécurité dans les zones saisies par la Turquie et ses mandataires pendant l’opération Bouclier de l’Euphrate.

La deuxième division côtière de l’Armée syrienne libre, soutenue par la Turquie, a mené des attaques de missiles guidés antichars contre deux groupes de soldats de l’armée syrienne dans le village d’al-Ziyarah, au nord de Lattaquié. Un officier de l’AAS a déclaré à SouthFront qu’un soldat avait été tué et trois autres blessés dans l’incident.

Le nombre de victimes était faible car les militants utilisaient des ATGM Fagot avec des ogives anti-chars hautement explosives, conçues pour être utilisées contre des cibles blindées.

Plus tôt ce mois-ci, l’armée turque a établi un point d’observation dans le nord de Lattaquié pour surveiller la zone de désescalade qui s’y trouve. Cependant, cela n’empêche pas les militants de mener des attaques à la chaîne contre l’AAS.

Traduction : MIRASTNEWS

Source South Front

Rapport de guerre syrienne – 31 mai 2018: 9 200 habitants de la Ghouta orientale rejoignent l’armée syrienne

Plus de 9 200 habitants de la région de Ghouta orientale près de Damas ont rejoint l’Armée arabe syrienne (AAS) et plusieurs groupes pro-gouvernementaux depuis la libération de la région le 14 avril, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme le 30 mai.

En vertu de l’accord de réconciliation conclu dans la région, 18-42 ans, les hommes ont eu une période de six mois pour régler leur statut légal et adhérer à l’AAS s’ils n’ont pas accompli leur service obligatoire.

Le 9 mai, le nombre de sections locales ayant rejoint les forces gouvernementales était d’environ 4 000 selon Damascus Voice, un média syrien pro-opposition.

Les Etats-Unis d’Amérique envisagent d’abandonner la base d’Al-Tanaf près de la frontière syro-irakienne en vertu d’un accord avec la Russie, qui obligera également les forces soutenues par l’Iran et le Hezbollah à se retirer de la frontière avec la Jordanie et de la ligne de contact avec Israël, a rapporté le magazine Newsweek le 30 mai. Plus tôt, des rumeurs similaires ont été alimentées par les médias saoudiens et israéliens.

Le 30 mai, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a fait une déclaration sur la situation dans le sud de la Syrie. Il a dit que toutes les forces non-syriennes doivent se retirer de la zone de désescalade, qui a été établie par les Etats-Unis d’Amérique, la Russie et la Jordanie en juillet 2017. Certaines sources ont lié cette déclaration aux rumeurs susmentionnées.

Très probablement, la situation peut devenir plus claire après la visite cette semaine du ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman et d’autres officiels israéliens à Moscou ou après le début d’une opération militaire dans le sud de la Syrie par l’AAS.

Les unités mobiles de l’Etat islamique ont mené de nouvelles attaques contre les positions des forces gouvernementales dans l’est de la Syrie, les engageant près de la station de pompage T3 et du village de Humaymah. Cependant, les deux attaques ont été repoussées.

L’activité de l’Etat islamique dans l’est de la Syrie est l’une des raisons pour lesquelles les efforts de l’AAS pour résoudre le problème des militants à Daraa dès que possible. Ensuite, les troupes gouvernementales seront en mesure de traiter avec les terroristes restants de l’EI dans le désert de Homs.

Traduction : MIRASTNEWS

Source South Front

1 Comment on Le nouveau front des Etats-Unis d’Amérique tend à s’étendre de Deir ez-Zor à Palmyre

  1. josephhokayem // 25 juin 2018 à 17:54 // Réponse

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :