A la Une

L’Etat syrien cherche à reprendre le sud-ouest – Retour massif de syriens chez eux (video)

Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid al-Moualem s’exprime lors d’une conférence de presse à Damas. Reuters

Les commandants arabes faisant défection désapprouvent les FDS soutenus par les États-Unis d’Amérique en Syrie orientale

TEHERAN (AFP) – Deux hauts commandants arabes des Forces démocratiques syriennes  (FDS) soutenues par les Etats-Unis d’Amérique ont déserté les milices après des dissensions entre les milices arabes et kurdes des FDS dans l’est de Deir Ezzor, a rapporté samedi un média arabe.

Le réseau d’information Al-Manar a rapporté que Ibrahim Al-Jasim al-A’asi nom de guerre Abou al-Hareth et Mohammad al-Jabr nom de guerre Abu al-Jabr al-Sha’eiti deux commandants supérieurs de Deir Ezzor, affilié aux Conseil militaire des FDS ont fait défection des SDF.

Abu al-Jabr, ancien commandant en chef du Conseil militaire de Deir Ezzor à l’opération d’Asefeh et Abu al-Hareth, commandant du deuxième régiment des FDS, ont remis leurs armes et ont fait défection des FDS.

Les sources sur le terrain ont confirmé la défection des deux commandants sur le terrain et ont déclaré que leur départ était dû à la politique des FDS de repousser les commandants arabes de la milice du processus décisionnel.

Des rapports pertinents ont indiqué en septembre 2017 que 50 troupes kurdes stationnées dans le nord de la Syrie ont fait défection des FDS, formées par les Etats-Unis d’Amérique sous prétexte de combattre l’EIIL, pour protester contre les pratiques discriminatoires dans l’envoi des Arabes et des Kurdes en première ligne.

« Les forces kurdes sont arrivées dans la ville de Jarabulus dans le nord d’Alep après avoir fait défection de leurs camarades du parti musulman Saleh », a déclaré à la FNA un membre kurde dissident de l’Union démocratique des Kurdes syriens.

Selon la source, le groupe de 50 forces kurdes qui a fait défection a fui Kobani et s’est dirigé vers Jarabulus où la Turquie a déployé ses forces.

« Le fossé dans les unités kurdes s’est élargi après que les FDS ont montré une attitude discriminatoire envers l’envoi de Kurdes et de militants soutenus par la Turquie aux avant-postes de la bataille contre l’EIIL », a ajouté la source.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Farsnews

Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Moualem, a déclaré qu’à part Daech et les rebelles, les Etats-Unis d’Amérique doivent se retirer d’une base stratégique dans le sud-ouest du pays.

Le régime syrien veut reprendre le territoire des insurgés dans le sud-ouest à travers un règlement dans lequel les combattants acceptent la règle de l’Etat ou de partir, a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères.

Walid al-Moualem a également déclaré que les Etats-Unis d’Amérique doivent se retirer de la base de Tanf dans le sud-est. Damas n’a pas engagé de discussions sur le sud, et tout accord sur cette région doit inclure le retrait des forces états-uniennes d’Amérique, a-t-il dit.

Le sud-ouest, près des frontières avec la Jordanie et Israël, reste l’une des grandes parties de la Syrie encore hors du contrôle du régime, qui a récupéré des pans entiers du pays avec l’aide des avions russes et des milices soutenues par l’Iran.

Les factions rebelles détiennent des étendues des provinces de Quneitra et de Deraa dans le sud-ouest, limitrophes des hauteurs du Golan occupées par Israël, tandis que les troupes du régime syrien et les forces alliées contrôlent les territoires voisins.

Depuis l’année dernière, un accord de « désescalade », que la Russie, les Etats-Unis d’Amérique et la Jordanie ont négocié, a contenu des combats là-bas. Washington a exprimé sa préoccupation au sujet des informations faisant état d’une offensive imminente de l’armée, avertissant de « mesures fermes et appropriées » en réponse à toute violation du cessez-le-feu.

Passage frontalier stratégique

Les forces états-uniennes d’Amérique sont basées dans une poche du désert sud plus à l’est à Tanf, un poste frontalier stratégique avec l’Irak.

Moualem a déclaré que les forces du régime syrien avaient largué des tracts appelant les insurgés du sud-ouest à rendre leurs armes et à s’installer avec l’Etat, ou à partir.

« Nous cherchons, dans un premier temps, à résoudre ce problème de la manière dont nous avons l’habitude de travailler, à savoir des rapprochements, si cela ne fonctionne pas, c’est une conversation différente », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Damas.

La Russie a déclaré que seules les troupes du régime syrien devraient être à la frontière sud avec la Jordanie et Israël, qui a mené des frappes aériennes en Syrie pour juguler ce qu’elle craint, c’est l’influence croissante de l’Iran.

Téhéran soutient les efforts de Moscou pour imposer le contrôle du régime syrien sur le sud, a déclaré un haut responsable iranien de la sécurité cité samedi.

Moualem a ajouté que Damas avait communiqué avec les Forces démocratiques syriennes (SDF) soutenues par les États-Unis d’Amérique, mais qu’aucun processus de négociation n’avait débuté sur le sort de leur territoire dans le nord et l’est du pays.

Il a déclaré que la ville de Raqqa, que les milices des FDS ont saisie de Daesh avec le soutien des Etats-Unis d’Amérique, « doit être reconstruite et libérée » de toute présence étrangère.

Muallem a également critiqué une feuille de route USA-Turquie pour la « sécurité et la stabilité » dans la ville de Manbij, qui est sous le contrôle des FDS, près de la frontière turque.

Les FDS sont dominées par le YPG, qui est la filiale syrienne du PKK, un groupe terroriste désigné par la Turquie et les Etats-Unis d’Amérique, et combat l’Etat turc depuis plus de 30 ans. Les États-Unis d’Amérique soutiennent les YPG en Syrie depuis fin 2014 et cela a soulevé des tensions entre les deux pays.

L’Agence Anadolu a rapporté que les Etats-Unis d’Amérique et la Turquie étaient parvenus à s’entendre sur un plan la semaine dernière lorsqu’une délégation des USA a rencontré des homologues turcs à Ankara.

L’agence publique turque Anadolu a cité une source qui a été témoin des pourparlers entre les deux pays.

Selon les termes de ce plan en trois étapes, les YPG se retireront de Manbij dans les 30 jours suivant la signature de l’accord, a indiqué mercredi le rapport.

La source a déclaré que les Etats-Unis d’Amérique ont trouvé favorable la proposition turque du plan en trois étapes et ont souligné la visite du ministre des Affaires étrangères turc Mevlut Cavusoglu à Washington le 4 juin, où les derniers mots seront prononcés.

Les forces militaires turques et états-uniennes d’Amérique vont commencer la supervision conjointe à Manbij 45 jours après la signature de l’accord le 4 juin, date à laquelle Cavusoglu rencontrera son homologue des USA Mike Pompeo, et une administration locale sera formée dans 60 jours, selon le rapport Anadolu.

Cependant, Heather Nauert, porte-parole du département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, a démenti ces informations mercredi, affirmant que les deux pays continuaient à avoir des conversations et qu’il n’y avait pas d’accord.

« Pas seulement à Manbij mais aussi à Afrin et sur chaque centimètre du sol syrien, nous considérons la Turquie comme un agresseur », a déclaré M. Moualem.

« Ni les Etats-Unis d’Amérique ni la Turquie n’ont le droit de négocier sur une ville syrienne », a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Le 20 janvier, la Turquie a lancé l’opération Olive Branch à 14h00 GMT pour nettoyer la région syrienne d’Ypres / PKK.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : TRT WORLD

L’armée syrienne découvre le grand tunnel des terroristes dans le sud de Damas

Téhéran (FNA) – Les troupes de l’armée syrienne, au cours de l’opération de ratissage dans les quartiers de Babylla, ont récemment découvert un autre grand tunnel et dépôt d’armes à l’intérieur de la banlieue sud de Damas. [VIDÉO]

Source : Farcenews

L’Arabie saoudite en pourparlers avec les FDS pour former une nouvelle force dans le nord de la Syrie

L’Arabie saoudite a entamé des pourparlers avec l’une des milices arabes des FDS, autrement dominée par l’organisation terroriste YPG. Reuters

Quelques semaines après que le président Trump ait suggéré que les forces des Etats-Unis d’Amérique se retirent de la Syrie et soient remplacées par une armée arabe, les responsables militaires saoudiens ont rencontré une faction arabe des FDS, dominée par les YPG, pour discuter d’une nouvelle force.

Des conseillers militaires saoudiens ont rencontré les FDS à la base des USA de Harab Isk, dans la ville de Kobani, dans le nord de la Syrie, pour des discussions de coalition avec le groupe, plusieurs semaines après Washington a déclaré qu’il cherchait à remplacer les troupes américaines en Syrie avec une force arabe.

L’Agence Anadolu (AA) a rapporté que les consultants militaires saoudiens avaient rencontré les Forces Al Sanadid, une milice arabe des FDS, un groupe parapluie établi et dominé par l’organisation terroriste YPG / PKK.

Les responsables saoudiens avaient mis en place des postes de contrôle à Hasakeh et Qamishli pour recruter des combattants et promettaient 200 dollars aux nouvelles recrues de la force, qui ferait partie de la «Fédération démocratique de la Syrie du Nord», déclarée unilatéralement par les YPG.

Les forces Al Sanadid sont une milice formée par la tribu arabe Shammar, qui est connue pour avoir une position anti-wahhabite qui cherche la dissolution de l’Arabie saoudite, où elle est la secte dominante.

Bien que le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump ait proposé le retrait immédiat des 2 000 soldats états-uniens d’Amérique de la Syrie, le Pentagone a souligné le désir des Etats-Unis d’Amérique de rester.

Pendant ce temps, les responsables saoudiens ont indiqué qu’ils étaient prêts à envoyer des troupes en Syrie dans le cas d’une telle demande et ont déclaré que les Etats-Unis d’Amérique devraient rester dans le pays « au moins à mi-parcours, sinon à long terme ».

« Nous sommes en discussion avec les Etats-Unis d’Amérique et avons été depuis le début de la crise syrienne sur l’envoi de forces en Syrie », a déclaré le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al Jubeir, après que des informations aient été publiées en avril.

« Il y a des discussions sur … quel genre de force doit rester dans l’est de la Syrie et d’où cette force proviendrait, et ces discussions sont en cours. »

L’Agence Anadolu a également signalé que les YPG / PKK ont envoyé des messages encourageants à l’Arabie Saoudite sur leurs comptes de médias sociaux.

Les tentatives saoudiennes pour maintenir le pied dans la région

Ce n’est pas la première fois que l’Arabie Saoudite interagit avec les FDS. Il y a eu des rapports d’Arabie Saoudite envoyant des camions d’aide aux YPG / PKK via l’Irak, y compris le mois dernier.

En octobre 2017, après la prise de contrôle de Raqqa par les YPG, le ministre saoudien des affaires du Golfe, Thamer al Sabhan, a visité la ville pour discuter de sa reconstruction avec des responsables états-uniens d’Amérique et des membres des FDS.

Et en 2016, il a déclaré qu’il pourrait envoyer des troupes au sol pour la coalition anti-Daech dirigée par les Etats-Unis d’Amérique. « Le royaume est prêt à participer à toutes les opérations au sol que la coalition pourrait accepter de mener en Syrie », a déclaré à l’époque le porte-parole militaire, le général de brigade Ahmed al Asiri. Plus récemment, le prince héritier Muhammad bin Salman a également déclaré que l’Arabie Saoudite pourrait participer à la réponse militaire déclarée par Trump suite à l’attaque chimique d’avril 2018 par le régime syrien.

Alliés de longue date, les États-Unis d’Amérique et l’Arabie saoudite se sont rapprochés de l’influence croissante de leur ennemi commun, l’Iran, au Moyen-Orient.

Les dernières mesures prises par l’Arabie saoudite en Syrie pourraient être une tentative pour maintenir son influence déclinante dans la région, a déclaré un haut responsable diplomatique turc à TRT World, faisant référence aux efforts échoués de l’Arabie saoudite au Yémen, au Liban et en Irak et la Syrie.

Depuis le début de la guerre en Syrie, l’Arabie saoudite a fourni un soutien matériel et monétaire à divers groupes d’opposition et, jusqu’à récemment, a rejeté l’idée d’une Syrie avec Assad.

Cependant, les groupes d’opposition n’ont cessé de perdre du terrain face à Assad et ses partisans iraniens et russes, et même avec les efforts saoudiens visant à rassembler divers groupes d’opposition à Riyad pour une représentation à Genève, n’a pas porté beaucoup de fruits.

La seule autre zone qui a maintenu le territoire capturé est les FDS soutenues par les États-Unis d’Amérique dans le nord de la Syrie. Alors que le régime autorisait tacitement les FDS à détenir des territoires dans le nord, notamment dans la lutte contre Daech, il a maintenu qu’il voulait reprendre le contrôle de l’ensemble de la Syrie.

Jeudi, Bashar al-Assad a déclaré que le régime avait commencé à « ouvrir des portes pour les négociations » avec les FDS, et que les Etats-Unis d’Amérique devraient quitter la Syrie.

« C’est la première option. Sinon, nous allons recourir à … libérer ces zones par la force. Nous n’avons pas d’autres options, avec les Américains ou sans les Américains », a-t-il dit.

« Les Américains devraient partir, d’une façon ou d’une autre ils vont partir », a-t-il poursuivi.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : TRT WORLD

Des centaines de civils déplacés retournent chez eux à Idlib après l’ouverture d’un nouveau passage par le gouvernement

Téhéran (FNA) – Des centaines de civils déplacés sont rentrés chez eux dans l’est d’Idlib après que le gouvernement syrien ait ouvert une traversée dans la ville d’Abu Dhuhour. [VIDÉO]

Source : Farcenews

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :