A la Une

Le Kremlin invite officiellement le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à se rendre en Russie

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, rencontre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Pyongyang, en Corée du Nord, le 31 mai 2018 (Agence Reuters).

Le président russe Vladimir Poutine a officiellement invité le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à se rendre dans la Fédération de Russie en septembre, a indiqué le Kremlin, quelques jours après la visite officielle du ministre russe des Affaires étrangères dans le pays péninsulaire.

Selon le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, lundi, l’invitation a été adressée au chef de l’État [de la Corée] du Nord dans une lettre personnelle remise par M. Lavrov à la fin du mois dernier.

Il a ajouté que l’une des occasions possibles pour la visite pourrait être le 4ème Forum économique de l’Est, qui se tiendra les 11 et 13 septembre à Vladivostok, la ville russe extrême-orientale près de sa frontière avec la Corée du Nord.

« Le temps montrera dans quelle mesure cela convient à la partie nord-coréenne », a déclaré M. Peskov lors d’une conférence de presse à Moscou, ajoutant que la question serait traitée par la voie diplomatique et qu’aucun détail précis sur la réunion n’avait encore été dévoilé.

Au cours des derniers mois, Kim s’est rendu deux fois en Chine pour rencontrer le président chinois Xi Jinping et a rencontré le président sud-coréen Moon Jae-in au village frontalier de Panmunjom dans la zone démilitarisée qui sépare les deux pays péninsulaires.

Le leader du Nord [de la Corée] rencontrera également le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump lors d’un sommet très attendu le 12 juin à Singapour. Trump a officiellement annulé la réunion le 24 mai avant de rétracter cette annulation juste un jour plus tard.

Trump a désapprouvé la visite de Lavrov à Pyongyang le 31 mai, remettant en question son but, mais a noté à l’inverse que « cela pourrait être très positif aussi ».

Le président russe Vladimir Poutine (D) serre la main du dirigeant nord-coréen Kim Jong-il, le père de Kim Jong-un, lors de leur rencontre à Vladivostok, en Russie, le 23 août 2002. (Photo par AP)

Avec la Chine, la Russie a fourni à la Corée du Nord ses besoins économiques et militaires de base pendant les années de sanctions intensives dirigées par les États-Unis d’Amérique contre Pyongyang. Les deux pays ont indiqué qu’ils ne resteraient pas complètement à l’écart en ce qui concerne l’actuelle vague de diplomatie sur les programmes nucléaires et de missiles de la Corée du Nord.

L’invitation du Kremlin reflète la méfiance de Moscou et de Pékin vis-à-vis de l’influence des Etats-Unis d’Amérique en Asie de l’Est et la volonté des deux puissances d’imprimer leur propre empreinte aux négociations sur le processus de dénucléarisation et de paix de la péninsule coréenne.

Le 21 avril, en pleine diplomatie avec la Corée du Sud, Kim a déclaré qu’il suspendrait les essais nucléaires et de missiles du Nord et fermerait un site d’essais nucléaires pour poursuivre la croissance économique et la paix dans la péninsule coréenne. et a également suscité l’espoir d’une détente entre les États-Unis d’Amérique et la Corée du Nord.

Séoul et Pyongyang s’étaient déjà rapprochés les uns des autres depuis janvier. Pendant près de sept décennies avant cela, et depuis une guerre dans les années 1950, les deux Corées étaient dans un état d’hostilité perpétuelle.

Traduction: MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :