A la Une

L’Autriche préfère la croissance économique aux crises – Kurz au côté de Poutine : «Il est bien mieux d’avoir des bénéfices mutuels que des pertes mutuelles»

© Leonhard Foeger Source: Reuters
Vladimir Poutine et Sebastian Kurz

Pas besoin pour l’Europe d’acheter du gaz des Etats-Unis d’Amérique au triple du prix, nous continuerons les importations en provenance de Russie – Autriche

© Issei Kato / Reuters

Les Etats-Unis d’Amérique alimentent de force l’Europe en gaz naturel liquéfié, ce qui est trois fois plus cher qu’en Russie, a déclaré le président autrichien Alexander Van der Bellen après la signature d’un contrat d’approvisionnement en gaz avec Moscou jusqu’en 2040.

Alors que les politiciens des Etats-Unis d’Amérique accusent l’Europe d’être dépendante du gaz russe, ils oublient que «le gaz liquéfié des USA est deux ou trois fois plus cher que le gaz russe. Dans de telles circonstances, il est absurde, en termes purement économiques, de remplacer le gaz russe par du GNL des USA», a déclaré M. Van der Bellen lors d’une conférence de presse après sa rencontre mardi à Vienne avec le président russe Vladimir Poutine.

Poutine a noté que l’Autriche est un centre de transport important pour le gaz russe exporté vers l’Europe. « L’Autriche est devenue l’une des principales et, pour ne pas dire, l’une des plus importantes unités de transport de gaz russe vers l’Europe occidentale et joue un rôle important pour assurer la sécurité énergétique de tout le continent européen », a déclaré M. Poutine.

Il a rappelé que la Russie a exporté plus de 200 milliards de mètres cubes de gaz naturel vers l’Autriche au cours des 50 dernières années. Après la réunion, le russe Gazprom et l’autrichien OMV ont signé un contrat d’approvisionnement en gaz jusqu’en 2040.

Avant le voyage de Poutine en Autriche, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a également parlé de l’importance des livraisons de gaz russe dans son pays. « Je voudrais souligner la coopération fructueuse des deux entreprises très importantes – OMV et Gazprom – qui me semble extrêmement bénéfique pour les deux parties », a déclaré la chancelière à l’agence de presse TASS dans une interview.

OMV et Gazprom mettent actuellement en œuvre le gazoduc Nord Stream 2, qui vise à doubler la capacité du Nord Stream existant. Le projet a rencontré l’opposition des Etats-Unis d’Amérique, qui cherchent à augmenter les exportations de GNL vers l’Europe.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Pour l’Autriche le bien être de la nation et de la population est au dessus des crises préfabriquées!

En déplacement en Autriche, le président russe Vladimir Poutine a tenu une conférence de presse avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz. Défavorable aux sanctions européennes contre Moscou, Vienne se présente comme un «pont entre les nations».

Le président russe Vladimir Poutine, en visite officielle en Autriche, a rencontré le chancelier autrichien Sebastian Kurz ce 5 juin dans la capitale Vienne.

«Même en ces temps difficiles, nous avons réussi à maintenir notre coopération, qu’elle soit politique ou économique», a déclaré le chancelier autrichien en ouverture de la conférence de presse.

L’Autriche a réitéré sa volonté, à contre-courant du climat tendu entre Bruxelles et Moscou, de retrouver une forme de coopération entre les deux pays.

«Nous avons observé une augmentation des échanges entre nos deux pays : l’an dernier, ils ont augmenté de 40,5% et ils continuent de croître», a poursuivi Vladimir Poutine. L’Autriche a également souligné sa volonté de faire bouger les lignes au sein de l’Union européenne (UE) concernant les sanctions contre la Russie : «L’Autriche va participer activement à l’évolution de la position de l’UE. Nous espérons que grâce à un dialogue plus intense, nous pourrons avoir des progrès dans les relations entre l’UE et la Russie.»

«Il est bien mieux d’avoir des bénéfices mutuels que des pertes mutuelles», a aussi précisé Sebastien Kurz qui a insisté sur le rôle international de la Russie : «La Russie, en tant que superpuissance, a une importance dans la résolution des conflits en Syrie ou à l’Est de l’Ukraine et porte une grande responsabilité. Nous espérons qu’elle va contribuer […] à la paix.»

Poutine plaide contre les sanctions

Lors d’une précédente conférence de presse le même jour avec son homologue autrichien Alexander Van der Bellen, Vladimir Poutine a déclaré : «Les sanctions et toutes les restrictions politiquement motivées, le protectionnisme […] ne sont pas bons pour régler des questions politiques.»

«Elles sont nuisibles à tous, à ceux qui les met en place comme à ceux qu’elles visent […] Tout le monde a intérêt à ce que ces sanctions soient levées. Nous aussi», a encore poursuivi le président russe, qui s’est dit prêt à «coopérer» avec ses «amis européens».

En fonction depuis le 18 décembre 2017, le chancelier conservateur autrichien a de tout temps promu un dialogue avec le président russe et manifesté son souhait d’améliorer les relations russo-européennes. Il avait déjà rencontré Vladimir Poutine au cours d’une visite officielle à Moscou fin février 2018.

Sebastian Kurz a également récemment fait valoir une position de neutralité dans l’affaire de l’empoisonnement de l’ex-agent double Sergueï Skripal, en refusant d’expulser des diplomates russes, contrairement à 14 autres pays de l’Union européenne. Le jeune chancelier (31 ans) avait expliqué le 4 avril dernier au cours d’une interview sur la chaîne de télévision autrichienne Puls 4 : «Nous entretenons actuellement de bonnes relations avec la Russie. Nous sommes un pays neutre et nous accueillons les quartiers généraux de nombreuses organisations internationales, telles que l’ONU ou l’OSCE. Des centaines de diplomates viennent chez nous pour pouvoir s’entretenir en terrain neutre. C’est pourquoi nous pouvons développer ce rôle de pont entre les nations.»

Le président russe Vladimir Poutine a accordé un entretien à la télévision publique autrichienne ORFA, diffusé la veille de son déplacement dans le pays. A la question du journaliste qui souhaitait savoir si sa visite en Autriche était une occasion pour la Russie d’inciter le gouvernement autrichien à mener «une politique bienveillante» à l’égard de Moscou après l’affaire Skripal, Vladimir Poutine a estimé qu’un «Etat européen aussi respecté que l’Autriche», n’avait pas «besoin d’incitations».

Il a par ailleurs fait savoir que Moscou était disposé à renforcer la coopération avec les pays européens «qui déclarent publiquement qu’ils sont prêts et disposés à coopérer [avec la Russie]».

Source: RT France

«Laissez-moi parler !» : interrompu, Poutine répond en allemand à un journaliste autrichien (VIDEO)

Dans une interview accordée à la télévision autrichienne, diffusée la veille de sa rencontre avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz à Vienne, le président russe a eu fort à faire pour développer ses idées sans être coupé par son interlocuteur.

A l’occasion de sa première visite à l’étranger depuis sa réélection, Vladimir Poutine a accordé le 4 juin une interview à la télévision autrichienne, diffusée la veille de son arrivée à Vienne. Mais Amin Wolf, le journaliste autrichien chargé de conduire l’entretien avec le président russe, était vraisemblablement soucieux de faire au plus vite, l’interrompant plusieurs fois. «Nous avons si peu de temps et tellement de questions», a objecté le journaliste. «Si vous me laissiez terminer, vous comprendriez ce que je veux dire», a expliqué avec pédagogie le chef d’Etat russe, ajoutant : «Soyez patient.»

Aussi, après avoir demandé à plusieurs reprises cordialement à son interlocuteur de le laisser développer ses réponses, Vladimir Poutine a décidé de passer du russe à l’allemand, une langue qu’il maîtrise et qu’il utilise notamment dans ses échanges avec la chancelière allemande, Angela Merkel. «Seien Sie so nett, lassen Sie mich etwas sagen», a ainsi demandé dans la langue de Goethe le président russe («S’il vous plaît, soyez gentil, laissez-moi parler»)

Sur le fond, Vladimir Poutine s’est félicité de la qualité de la relation entre la Russie et l’Autriche. Plus largement, tout en rappelant que Moscou privilégiait la stabilité du continent européen, notamment pour le bien des échanges commerciaux, Vladimir Poutine a de nouveau écarté les accusations selon lesquelles la Russie chercherait à s’ingérer dans les affaires des pays européens.

RT France

@RTenfrancais

à la télévision autrichienne : la ne cherche pas à «diviser» l’, son principal partenaire commercialhttps://francais.rt.com/international/51302-vladimir-poutine-interview-television-autriche-russie-pas-diviser-union-europenne 

A la question du journaliste qui souhaitait savoir si sa visite en Autriche était une occasion pour la Russie d’inciter le gouvernement autrichien à mener «une politique bienveillante» à l’égard de Moscou après l’affaire Skripal, Vladimir Poutine a estimé qu’un «Etat européen aussi respecté que l’Autriche n’a[vait] pas besoin d’incitations». Le président russe a par ailleurs fait savoir que Moscou était disposé à renforcer la coopération avec les pays européens «qui déclarent publiquement qu’ils sont prêts et disposés à coopérer [avec la Russie]».

Lire aussi : Kurz au côté de Poutine : «Il est bien mieux d’avoir des bénéfices mutuels que des pertes mutuelles»

Source: RT France

La superpuissance russe est la clé du règlement de la Syrie et des conflits en Ukraine – Kurz à Poutine en Autriche

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz (D) et le président russe Vladimir Poutine. © Leonhard Foeger / Reuters

La Russie est cruciale pour apporter la paix en Syrie et en Ukraine, a déclaré le leader autrichien Sebastian Kurz à son homologue russe Vladimir Poutine, ajoutant qu’il espère que Moscou contribuera à la paix dans le Donbass, ouvrant la voie à la levée des sanctions européennes.

« La Russie, en tant que superpuissance, a un rôle important en Syrie et dans l’est de l’Ukraine, et la Russie a une grande responsabilité », a déclaré le chancelier Kurz à l’issue d’un entretien mardi avec le président russe Vladimir Poutine. « Nous espérons que la Russie contribuera à ce que les gens vivent enfin pour voir ce qu’ils voulaient voir depuis longtemps: la paix ».

« Nous avons les plus grands espoirs de progrès dans l’est de l’Ukraine, de sorte que, avec la mise en œuvre progressive des accords de Minsk, des sanctions soient progressivement levées contre la Russie », a déclaré la chancelière. « C’est le scénario que nous voulons réaliser pour notre continent ».

Après les pourparlers, Poutine a déclaré aux journalistes que l’Autriche s’était déclarée prête à rejoindre les efforts humanitaires en Syrie.

« Si l’Europe veut que le flux des migrants de Syrie et des pays voisins diminue, il est nécessaire d’aider les gens à retourner chez eux; pour les aider à remettre la vie sur les rails dans leur pays », a déclaré le président russe.

L’armée de l’air russe a été envoyée pour la première fois en Syrie en septembre 2015 à la demande du président du pays, Bashar el-Assad. La campagne de bombardement réussie contre l’Etat Islamique (EI, IS, anciennement ISIS / ISIL) et d’autres groupes djihadistes, soutenant les avancées des forces gouvernementales, et l’établissement d’une zone de désescalade ont permis à la plus grande partie du territoire syrien d’être libérée des terroristes.

LIRE PLUS: Poutine propose un statut spécial pour les républiques du Donbass en Ukraine

En revanche, en Ukraine, Moscou ne se considère pas comme faisant partie du conflit. Le Kremlin a nié à maintes reprises les affirmations occidentales selon lesquelles il a soutenu les rebelles dans les régions de Donetsk et de Lougansk avec des armes, de l’argent et de la main-d’œuvre dans leur lutte contre Kiev. En dépit de ne pas être partie à la guerre, la Russie travaille activement à la paix dans le Donbass, négociant l’accord de paix de Minsk-2 avec la France et l’Allemagne en février 2015, qui a entraîné une forte diminution de la violence dans la zone de conflit.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :