A la Une

Le Qatar accuse l’Arabie Saoudite de créer des perturbations dans le golfe Persique

Le ministre qatariote des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, assiste à un sommet au Palais Bayan à Koweït, au Koweït, le 14 février 2018. (Photo AP)

Le ministre qatari des Affaires étrangères a qualifié la prétendue menace militaire de l’Arabie saoudite contre le pays de « comportement imprudent », accusant Riyad de créer des « troubles » dans une région déjà frappée par la crise.

Selon un rapport du quotidien français Le Monde, le roi saoudien Salman a écrit une lettre au président français Emmanuel Macron, menaçant d’engager une action militaire contre le Qatar si Doha achetait le système de défense aérienne S-400 de Russie.

Le roi saoudien aurait exprimé sa « profonde inquiétude » sur les négociations en cours entre le Qatar et la Russie pour la vente des S-400, exhortant la France à intensifier ses pressions sur le Qatar afin d’empêcher le pays d’acheter le système antiaérien avancé.

« Nous demandons une confirmation officielle de la part du gouvernement français (à propos de la lettre) », a déclaré mardi le ministre qatari des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed ben Abdulrahman Al Thani, au réseau Al Jazeera, qualifiant le comportement saoudien de « comportement imprudent ».

« Il n’y a pas de menace militaire sérieuse à ce sujet, mais la façon dont il est utilisé pour justifier ou créer une perturbation dans la région est tout simplement inacceptable, il n’y a aucun grief légitime et menace Qatar », a-t-il ajouté.

Ni le bureau du président français, ni le bureau de communication du gouvernement saoudien n’ont répondu aux demandes de confirmation de la lettre du roi Salman.

En réponse à une question sur l’intention du Qatar d’aller de l’avant avec l’accord S-400, le ministre des Affaires étrangères a déclaré: « Le Qatar a ouvert toutes les possibilités pour ses achats de défense. Nous cherchons donc la meilleure qualité pour défendre notre pays et avoir toutes les options ouvertes cela. »

Le roi saoudien menace de mener une guerre contre le Qatar pour un éventuel accord sur la S-400: Rapport

La photo du fichier prise le Mai 9, 2017 montre des systèmes de missiles sol-air à moyenne et longue portée S-400 Triumph russes qui traversent la Place Rouge pendant le défilé militaire de la Victoire à Moscou. (Photo AFP)

Le roi saoudien Salman aurait menacé de prendre des mesures militaires contre le Qatar si Doha achetait le système de défense aérienne S-400 de Russie.

Selon un rapport du quotidien français Le Monde, le roi Salman a écrit une lettre au président français Emmanuel Macron, exprimant sa « profonde inquiétude » sur les négociations en cours entre le Qatar et la Russie pour la vente du système avancé d’armes antiaériennes.

Le roi saoudien a noté que l’acquisition de S-400 par Doha mettrait en péril les intérêts sécuritaires de Riyad, exhortant la France à intensifier ses pressions sur le Qatar afin d’empêcher le pays d’acheter le système de défense aérienne.

    « [Dans une telle situation], le royaume serait prêt à prendre toutes les mesures nécessaires pour éliminer ce système de défense, y compris l’action militaire », a déclaré le roi Salman dans la lettre.

La menace présumée du roi saoudien contre le Qatar intervient un jour après que l’ambassadeur saoudien en Russie, Rayed Krimly, a déclaré que les négociations entre Riyad et Moscou sur l’achat du système de missiles S-400 « progressaient bien », notant que les deux parties travaillaient sur les détails techniques du contrat. L’Arabie saoudite a signé des accords préliminaires pour l’achat du système S-400 à la Russie lors de la visite du roi Salman à Moscou en octobre dernier.

En janvier, l’ambassadeur du Qatar en Russie avait également déclaré que les négociations pour l’acquisition de S-400 étaient « à un stade avancé ».

Cette annonce intervient environ trois mois après que la Russie et le Qatar aient signé un accord de coopération militaire et technique lors d’une visite du ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, à Doha en octobre dernier.

En juin 2017, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis (EAU), Bahreïn et l’Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, dans le cadre d’un programme généralement considéré comme orchestré par Riyad. Les quatre pays ont accusé le Qatar de parrainer le « terrorisme » et de déstabiliser la région, une allégation fortement démentie par Doha.

Plusieurs pays africains ont également rompu leurs liens avec le Qatar pour soutenir le quatuor dirigé par l’Arabie saoudite.

Le quatuor dirigé par l’Arabie saoudite a présenté au Qatar une liste de revendications et lui a donné un ultimatum pour se conformer ou faire face aux conséquences. Les revendications comprenaient la fermeture du radiodiffuseur Al Jazeera basé à Doha, le retrait des troupes turques du territoire du Qatar, la réduction des liens avec l’Iran et la fin des relations avec le mouvement égyptien des Frères musulmans.

Le quatuor a également imposé des sanctions contre Doha, y compris des restrictions sur les avions qataris utilisant l’espace aérien des quatre pays. Pour continuer à faire pression sur le Qatar, l’Arabie saoudite a totalement fermé sa frontière terrestre avec son minuscule voisin, à travers lequel une grande partie de l’approvisionnement alimentaire du Qatar a l’habitude de traverser.

Le Qatar, cependant, a refusé de céder et a dénoncé les demandes comme déraisonnables, en disant que sa souveraineté avait été attaquée. En retour, les quatre pays boycotteurs ont promis d’imposer d’autres sanctions.

La collecte de fonds de Trump a promu des politiques anti-Qatar pour gagner des affaires lourdes: Rapport

Le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump (centre D) organise un déjeuner-causerie avec le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman (centre G) et des membres de sa délégation, à la Maison Blanche, à Washington, DC, le 20 mars 2018. (Photo: AFP)

Un haut responsable de la collecte de fonds pour le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump et son partenaire commercial auraient promu des politiques anti-Qatar aux plus hauts niveaux du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique en échange de lucratives faveurs commerciales des princes héritiers d’Arabie saoudite et des EAU.

Selon un rapport d’enquête publié lundi par l’Associated Press, Elliott Broidy et George Nader, deux hommes d’affaires libanais, ont entretenu des relations avec le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et le prince héritier des Emirats arabes unis, cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan qui cherchaient à changer la politique étrangère des USA en ce qui concerne leur grand rival Qatar.

L’enquête de l’AP reposait sur des entrevues avec plus de deux douzaines de personnes informées et des centaines de pages de courriels entre Broidy et Nader, y compris des sommaires de travail, des documents contractuels et des propositions.

Broidy et Nader ont mené leur campagne secrète pour influencer la Maison Blanche et le Congrès et ont défendu la politique anti-Qatar des monarchies du Golfe persique qui a finalement conduit au blocus de la petite nation.

Selon un rapport d’enquête publié par l’Associated Press à la fin du mois de mai, une collecte de fonds pour le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump et son partenaire commercial avait incité les plus hauts niveaux du gouvernement des USA à adopter des politiques anti-Qatar des monarchies du Golfe persique au plus haut niveau du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique depuis un an et demi en échange de faveurs commerciales lucratives des princes héritiers d’Arabie saoudite et des EAU.

Elliott Broidy et George Nader, hommes d’affaires Américano-Libanais, ont passé une année à entretenir des liens avec le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et le prince héritier des Emirats arabes unis, cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan.

Broidy et Nader ont mené leur campagne secrète pour influencer la Maison Blanche et le Congrès et ont défendu la politique anti-Qatar des monarchies du Golfe persique qui a finalement conduit au blocus de la petite nation.

Les Etats-Unis d’Amérique ont de solides alliances avec les deux royaumes arabes. Le Qatar abrite déjà la base aérienne stratégique Al Udeid de Washington, où sont stationnées plus de 11 000 forces militaires des Etats-Unis d’Amérique et de la coalition.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :