A la Une

« Aucun leader n’est éternel »: Macron fait entendre un ton hostile à Trump, les Etats-Unis d’Amérique peuvent être expulsés du G7

PHOTO DE FICHIER © Jonathan Ernst / Reuters

Pour Trump il s’agit d’une blague de mauvais goût, il n’y croit pas étant donné qu’il a plusieurs cartes entre ses mains!

Si Donald Trump ne se soucie pas d’être « isolé », le G7 pourrait être mieux d’être G6, explique Emmanuel Macron. Le président français a critiqué son homologue des Etats-Unis d’Amérique pour des tarifs « improductifs » et pour empêcher d’autres pays de traiter avec l’Iran.

Quand les journalistes ont demandé à Macron jeudi si le problème avec Trump était qu’il « ne se souciait pas » d’être isolé, Macron a frappé un ton hostile, rappelant aux médias qu’aucun président « n’est pour toujours ».

« Les six pays du G7 sans les États-Unis d’Amérique sont un marché plus gros que celui du marché des Etats-Unis d’Amérique », a déclaré M. Macron, aux côtés du premier ministre canadien Justin Trudeau, ajoutant « peut-être que le président des USA ne se soucie pas d’être isolé aujourd’hui, mais cela ne nous dérange pas d’être à six, si besoin est. » Les commentaires de Macron surviennent alors que les dirigeants des pays du G7 s’apprêtent à se rencontrer lors d’un sommet commercial au Canada, dont les analystes s’attendent à une confrontation avec les accords commerciaux, étant donné que les Etats-Unis d’Amérique ont « les pires accords commerciaux ».

Le dirigeant français a également critiqué la récente décision de Trump d’imposer des droits d’importation sur l’acier et l’aluminium en provenance d’Europe, du Canada et du Mexique.

« Je voudrais dire à M. Trump que les mesures prises sont contre-productives. Nous ne pouvons pas nous engager dans une guerre commerciale contre des amis », a-t-il déclaré en qualifiant l’initiative des Etats-Unis d’Amérique d’« unilatérale et illégale ».

« Une guerre commerciale n’épargne personne. Elle commencera d’abord à blesser les travailleurs des Etats-Unis d’Amérique, et le coût des matières premières augmentera, et les industries deviendront moins compétitives », a averti M. Macron.

Macron avait déjà essayé de trouver un ton plus conciliant avec Trump et a même été surnommé le « whisperer Trump » par certains dans les médias. Maintenant, il a ajouté qu’il n’y aurait pas «d’hégémonie mondiale» et que les six autres pays, à l’exclusion des États-Unis d’Amérique, représentent «une véritable force au niveau international» aujourd’hui.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

Isn’t it Ironic? Getting ready to go to the G-7 in Canada to fight for our country on Trade (we have the worst trade deals ever made), then off to Singapore to meet with North Korea & the Nuclear Problem…But back home we still have the 13 Angry Democrats pushing the Witch Hunt!

La tonalité publique de plus en plus hostile fait suite à une conversation téléphonique entre Macron et Trump la semaine dernière. Selon des sources, CNN, était « vraiment mauvais » et « terrible ». Interrogé sur ces rapports, Macron a comparé l’appel à « saucisse ». Otto von Bismarck, un homme d’État prussien du XIXe siècle, a déclaré que «si nous expliquions aux gens comment les saucisses étaient fabriquées, il est peu probable qu’elles continueraient de les manger».

« J’aime bien que les gens voient le repas fini, mais je ne suis pas convaincu que les commentaires de la cuisine aident à livrer le repas ou à le manger », a déclaré M. Macron.

Malgré les premiers espoirs, Macron n’a pas eu l’influence sur Trump que certains attendaient. Il a été contraint de surveiller le retrait du président de l’accord sur le climat de Paris et a déchiré l’accord nucléaire iranien, que l’Europe avait désespérément espéré que les Etats-Unis d’Amérique respecteraient. La décision de Trump d’imposer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium de l’Union européenne, du Canada et du Mexique semble toutefois avoir été la goutte d’eau.

Peut-être que tout a commencé à dégringoler lors d’une visite d’État française à Washington en avril, lorsque Trump a publiquement brossé un « petit morceau de pellicule » de la veste du président français, annonçant aux journalistes dans la salle que c’était juste une tentative de « lui faire parfait. »

Trump ne devrait pas empêcher «d’autres personnes» de garder l’accord avec l’Iran

Macron a également déclaré aujourd’hui que les Etats-Unis d’Amérique ne devraient pas empêcher les autres pays de maintenir l’accord nucléaire de 2015 en Iran, avertissant que Washington de ne pas pousser l’Iran à se retirer de l’accord.

« Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’accord [sur l’Iran] signé par votre prédécesseur, n’empêchez pas d’autres personnes de le garder et ne le repoussez pas. C’est la meilleure option que nous avons aujourd’hui « , a déclaré Macron lors de la conférence de presse conjointe avec Trudeau.

Cependant, le dirigeant français n’a apparemment pas exclu d’amender l’accord par ce qu’il a appelé à conclure un « accord plus large » avec la République islamique, qui couvrirait en particulier ses activités dans la région. « Nous devrons travailler tous ensemble sur un accord plus large avec l’Iran et [d’autres] pays de la région, nos alliés », a-t-il dit, se référant apparemment aux monarchies du Golfe. [Ici Emmanuel Macron triche en essayant d’amadouer les USA, car ce n’est pas l’objet de l’accord nucléaire avec l’Iran. C’est un autre problème créer par les prédateurs en Syrie et ailleurs. MIRASTNEWS]

« Nous devons regarder l’avenir là-bas, nous devons regarder ce qui se passe en Syrie, en Irak et au Liban et nous devons trouver un moyen de travailler dans ce contexte extrêmement tendu », a-t-il ajouté. Dans le même temps, le président a également salué la décision de Trump de tenir une réunion avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

« Nous serons tous derrière lui [Trump] et nous le soutiendrons dans cette initiative essentielle et dans la lutte pour la dénucléarisation mondiale », a déclaré M. Macron, commentant la question, ajoutant la mise en garde qu’il voulait que Trump soit aussi «crédible sur la situation nucléaire en Iran».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Merkel suggère d’européaniser les sièges des Etats membres au Conseil de sécurité l’ONU

© Stoyan Nenov Source: Reuters
La chancelière allemande Angela Merkel donne une conférence de presse au sommet UE-Balkans occidentaux à Sofia, en Bulgarie, le 17 mai 2018.

Dans un discours devant sa famille politique, Angela Merkel a lancé sa campagne pour les élections européennes. La chancelière allemande a notamment plaidé pour que l’Union européenne «parle d’une seule voix» au Conseil de sécurité de l’ONU.

Depuis Munich, où elle participait le 6 juin à un sommet des droites européennes réunies autour du parti populaire européen (PPE), la chancelière allemande a exposé ses cinq priorités pour l’Europe, et formulé quelques propositions inédites. Elle a notamment suggéré l’idée que l’UE devrait «européaniser» sa présence au Conseil de sécurité de l’ONU.

Concrètement, la chancelière a évoqué la création d’un groupe tournant de dix Etats membres travaillant avec le veto français et la Commission européenne pour «parler d’une seule voix européenne». Ces dix pays devraient faire partie, selon elle, des discussions à l’ONU «en continu» auprès des autres pays de l’Union, afin qu’un conseil des ministres européens des Affaires étrangères puisse être convoqué plus rapidement.

L’Allemagne n’a pas de siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU mais, selon la chancelière, «le monde est en train d’être réorganisé». Dressant un tableau des bouleversements géopolitiques actuels, Angela Merkel a affirmé que l’«époque où l’Europe pouvait compter sur les autres [était] révolue» et qu’un «nouvel ordre mondial émerge[ait]».

Autre proposition : la chancelière allemande a réclamé «en urgence» un livre blanc sur la sécurité européenne, pour mesurer au plus près le niveau des menaces pesant sur l’Union. Elle a également annoncé le même jour devant le Bundestag un accord au sein de la coalition gouvernementale pour augmenter les dépenses de la défense et les porter à 1,5% du PIB pour 2025. L’Otan a, à ce propos, salué le 7 juin comme «un pas dans la bonne direction» les plans présentés par l’Allemagne pour augmenter de 80% ses dépenses pour la Défense, en souhaitant que ce geste apaise les tensions au sein de l’Alliance.

La répartition du poids financier de l’Alliance est un des sujets de contentieux entre les Etats-Unis et les Européens. Le président Donald Trump exige que tous les pays de l’Otan respectent leur engagement et il attend des décisions concrètes pour le prochain sommet de l’Alliance les 11 et 12 juillet à Bruxelles.

Lire aussi : Défense européenne, l’éternelle rêverie française

Source: RT France

La Ministre des Affaires étrangères allemande refuse d’étouffer les tensions entre l’UE et les Etats-Unis d’Amérique alors que la guerre des mots se réchauffe

© REUTERS / John MacDougall

À la veille du sommet du G7 au Canada, Heiko Maas a fustigé le président des Etats-Unis d’Amérique et son administration à propos de leurs récentes décisions politiques, qui portent préjudice à l’Europe. Ses remarques sont venues peu de temps après que le président français Macron ait visé Trump, mentionnant l’isolement possible des Etats-Unis d’Amérique.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, qui représente les sociaux-démocrates au gouvernement, a déclaré au journal Süddeutsche Zeitung qu’il existait des différences entre Berlin et Washington et que son pays « ne pouvait pas se taire ». Il a souligné le retrait unilatéral de Donald Trump de l’accord de Paris sur le climat, l’accord avec l’Iran et l’imposition de droits d’importation sur l’acier et l’aluminium, auquel l’Europe s’est vigoureusement opposée, craignant des conséquences négatives. Selon Maas, le président américain « a consciemment pris en compte l’impact immédiat sur l’Europe, suite à ses décisions ».

Maas a spécifiquement souligné le retrait de l’accord avec l’Iran, affirmant qu’il était particulièrement critique pour les relations internationales et la fiabilité.

« Nous avions l’habitude de pouvoir compter sur des accords, et cela a fondamentalement changé », a-t-il déclaré aux médias.

Maas a souligné que la politique de Trump apporte des changements profonds, car il a rejeté multilatérales les règles du jeu, poursuivant les intérêts des Etats-Unis d’Amérique avec des actions unilatérales. Bien que le ministre des Affaires étrangères ait assuré que les Etats-Unis d’Amérique « restent notre partenaire le plus proche de l’Europe », il a déclaré que l’Union européenne devrait envisager de trouver de nouveaux partenaires. Le principe clé de cette mission serait de conclure une « alliance avec ceux qui veulent préserver l’ordre mondial multilatéral ». Il a souligné que le Canada ainsi que des pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie étaient des partenaires potentiels.

Les remarques de Maas sont survenues quelques jours avant le prochain sommet des principales économies du monde, le G7, qui se déroulera dans la ville canadienne de La Malbaie, et reprendront les mots durs du président français Emmanuel Macron et de la chancelière allemande Angela Merkel.

Merkel a déclaré dans sa session de questions-réponses au Bundestag, commentant la politique de Trump: « Il est inutile de réparer nos différends au hasard. » Le président français était plus menaçant et a laissé entendre qu’il quitterait le G7 pour créer une autre alliance qui exclurait les Etats-Unis d’Amérique.

Emmanuel Macron

@EmmanuelMacron

The American President may not mind being isolated, but neither do we mind signing a 6 country agreement if need be. Because these 6 countries represent values, they represent an economic market which has the weight of history behind it and which is now a true international force https://twitter.com/emmanuelmacron/status/1004812268381573122 

LIRE PLUS: Trump revient en France, au Canada, alors que Macron parle de ‘G6’ face aux États-Unis d’Amérique

Le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a également vivement critiqué la stratégie commerciale de Washington, appelant l’Union européenne à rester solidaire contre les démarches hostiles des Etats-Unis d’Amérique. Selon lui, « les Etats-Unis d’Amérique ont décidé de respecter les règles de l’ordre multilatéral pour protéger unilatéralement leurs propres intérêts économiques avec des sanctions et des droits d’importation sans tenir compte de l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France, ses alliés les plus anciens et les plus proches ».

« Nous ne parlerons pas avec un pistolet pointé sur notre poitrine », a-t-il déclaré lors de la conférence de Berlin.

Au cours du sommet au Canada, les dirigeants du G7 sont censés se concentrer sur des sujets tels que l’égalité des sexes et le changement climatique. Toutefois, les récents changements des Etats-Unis d’Amérique peuvent les inciter à ajouter des tarifs et l’accord sur l’Iran à l’ordre du jour. Outre les membres du G7, les participants étaient l’Argentine, le Bangladesh, Haïti, la Jamaïque, le Kenya, les Îles Marshall, la Norvège, le Rwanda, le Sénégal, les Seychelles, l’Afrique du Sud et le Vietnam. Les dirigeants iraniens ont été invités à une session de sensibilisation.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Trackback / Pingback

  1. « Aucun leader n’est éternel »: Macron fait entendre un ton hostile à Trump, les Etats-Unis d ’Amérique peuvent être expulsés du G7 | Raimanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :