A la Une

Le président iranien souligne le rôle clé de la Russie dans la survie de l’accord nucléaire alors que Poutine souligne son soutien

Le président iranien Hassan Rouhani (à gauche) et son homologue russe Vladimir Poutine se rencontrent en marge d’un sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) dans la ville portuaire chinoise de Qingdao le 9 juin 2018. (Photo par president.ir)

Le président iranien Hassan Rouhani affirme que la Russie joue un rôle clé dans le maintien de l’accord nucléaire que Téhéran a signé avec les grandes puissances mondiales en 2015, après le retrait des Etats-Unis d’Amérique de l’accord.

Rouhani a fait ces remarques lors d’une réunion avec le président russe Vladimir Poutine en marge d’un sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) dans la ville portuaire chinoise de Qingdao samedi.

Le président iranien a salué le rôle de leader de Moscou dans l’accord nucléaire, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global commun (PAGC), qui a été signé entre l’Iran et le groupe de pays P5 + 1, comprenant la Russie.

« Sur la base des rapports de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’Iran a rempli ses engagements dans le cadre du PAGC », a déclaré Rouhani.

« Après la sortie unilatérale et illégale des Etats-Unis d’Amérique, Moscou a un rôle important à jouer dans le renforcement du Plan d’action et dans l’accomplissement des engagements des parties opposées », a-t-il ajouté.

L’Iran s’entretient avec la Russie alors que la Chine s’engage à respecter les liens commerciaux

Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) serre la main du président iranien Hassan Rouhani lors d’une réunion en marge du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Qingdao, en Chine, le 9 juin 2018. (Photo Reuters)

Le président Hassan Rouhani a déclaré qu’il souhaitait plus de discussions avec la Russie sur le retrait « illégal » des Etats-Unis d’Amérique de l’accord nucléaire iranien, alors que la Chine s’engageait à poursuivre ses échanges commerciaux avec Téhéran.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que Pékin s’était toujours opposée à l’imposition de sanctions unilatérales contre d’autres nations sur la base des lois nationales.

Chunying a déclaré à IRNA que Chin et l’Iran ont toujours maintenu leurs liens économiques et commerciaux, et continueront de telles relations basées sur les règles et règlements internationaux. Elle a déclaré que les puissances mondiales doivent être les modèles et les pionniers du respect des accords internationaux.

Beijing, a-t-elle dit, a été claire sur sa position vis-à-vis de l’accord nucléaire et estime que suivre les accords internationaux est l’un des principes clés des lois internationales. (…)

Le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump a annoncé le 8 mai que Washington s’éloignait de l’accord nucléaire conclu entre l’Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, les Etats-Unis d’Amérique, la Grande-Bretagne, la France, la Russie et la Chine.

Trump a également déclaré qu’il rétablirait les sanctions nucléaires des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran et imposerait « le plus haut niveau » d’interdictions économiques à la République islamique.

Dans le cadre du PAGC, l’Iran s’est engagé à limiter son programme nucléaire en échange de l’élimination des sanctions nucléaires imposées à Téhéran.

Le directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano, a réaffirmé lundi l’accès de l’agence à tous les sites nucléaires requis en Iran, et a appelé Téhéran à assurer une « coopération opportune et proactive » avec les inspections dans le cadre de l’accord nucléaire.

« Comme indiqué dans mon dernier rapport au Conseil des gouverneurs, l’agence a effectué des accès complémentaires au titre du Protocole additionnel à tous les sites et emplacements en Iran que nous devions visiter », a déclaré M. Amano dans sa déclaration liminaire à la première réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA depuis le retrait des Etats-Unis d’Amérique de l’accord nucléaire.

Dans un discours à une réunion trimestrielle du Conseil des gouverneurs à Vienne en mars, Amano a de nouveau confirmé la conformité de l’Iran avec l’accord nucléaire, avertissant que tout effondrement de l’accord serait une « grande perte ».

« A partir d’aujourd’hui, je peux affirmer que l’Iran met en œuvre ses engagements liés au nucléaire … Si le JCPOA échouait, ce serait une grande perte pour la vérification nucléaire et pour le multilatéralisme », a-t-il déclaré.

L’Iran et la Russie poursuivent leur lutte anti-terroriste: Rouhani

Ailleurs dans son discours, Rouhani a déclaré que l’Iran et la Russie devaient poursuivre la coopération multilatérale dans les domaines de la sécurité et des questions régionales.

« La coopération entre l’Iran et la Russie dans la lutte contre Daech et d’autres groupes terroristes dans la région a été efficace et fructueuse et cette coopération sera poursuivie », a déclaré le président iranien.

Poutine se lève pour JCPOA

Le président russe, pour sa part, a critiqué l’initiative unilatérale et illégale des Etats-Unis d’Amérique de se retirer de l’accord nucléaire.

Il a ajouté que la Russie continuerait à négocier avec les autres parties pour soutenir l’accord nucléaire.

Poutine a également souligné l’importance des consultations Téhéran-Moscou pour promouvoir la stabilité régionale et a déclaré que les deux parties continueraient la coopération sur les questions régionales, en particulier le règlement de la crise en Syrie.

Il a en outre jeté le poids de la Russie derrière l’adhésion complète de l’Iran à l’OCS.

L’Iran est actuellement membre observateur de l’OCS, bien qu’il cherche depuis longtemps à devenir membre à part entière.

L’OCS a été créée en 2001 à Shanghai par les dirigeants du Kazakhstan, de la Chine, du Kirghizistan, de la Russie, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan pour réprimer l’extrémisme dans la région et renforcer la sécurité aux frontières.

L’organisation intergouvernementale cherche à renforcer la confiance mutuelle et les liens de bon voisinage entre les pays membres, à contribuer à la stabilité régionale et à faciliter la coopération dans différents secteurs, y compris les questions politiques, commerciales, économiques et énergétiques.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :