A la Une

Des terroristes Takfiri attaquent des villes chiites assiégées dans l’Idlib en Syrie

La photo montre de la fumée qui s’échappe des immeubles de la ville d’Al-Foua, dans la province d’Idlib en Syrie, à majorité chiite, le 6 décembre 2016, à la suite d’un bombardement de militants. (Photo par l’AFP)

Le piège tendu par la coalition occidentale conduite par les Etats-Unis d’Amérique et Israël est de convaincre la Russie que la guerre est vraiment finie, donc l’Iran et le Hezbollah devraient partir de la Syrie afin de laisser le champ libre, permettant ainsi aux terroristes de rebondir et de revenir en force. Les Etats-Unis d’Amérique et leur coalition veulent rester dans ce pays étranger contre la volonté des dirigeants élus du pays et ont le culot de demander à ceux qui ont été officiellement invités par ces mêmes autorités à venir les aider à vaincre les terroristes, de quitter le pays. Accepteraient-ils eux-mêmes que leurs pays respectifs soient occupés par d’autres? MIRASTNEWS

Les terroristes Takfiri ont attaqué les villes syriennes de Kefraya et al-Foua, à majorité chiite et assiégées, provoquant des affrontements meurtriers avec des combattants pro-Damas, selon un groupe de surveillance basé au Royaume-Uni.

Le soi-disant Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a rapporté que les terroristes de Hay’at Tahrir al-Sham «bombardaient lourdement» les villes de la province d’Idlib, dans le nord-ouest du pays, et y avaient pénétré samedi soir.

« C’est l’attaque la plus féroce depuis environ trois ans », a déclaré Rami Abdel Rahman, directeur de la SOHR, à l’Agence France-Presse.

Les combats, qui se poursuivaient dimanche, avaient tué six combattants pro-Damas et au moins trois éléments Takfiri, a-t-il ajouté.

Environ 10 000 personnes vivent à Kefraya et à Foua, encerclées par des terroristes depuis mars 2015.

L’année dernière, le gouvernement syrien et les militants ont conclu un accord, connu sous le nom de «Four Towns Agreement», qui a permis l’évacuation des résidents des deux villes.

En retour, les habitants de deux villes tenues par des militants près de Damas, Madaya et Zabadani, ont été autorisés à évacuer vers des territoires sous le contrôle de terroristes ou du gouvernement syrien.

Samedi, le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konashenkov, a averti que les dernières poches du groupe terroriste Daesh Takfiri en Syrie faisaient des ravages et ne perpétraient des actes de terreur que dans les zones contrôlées par les forces militaires des Etats-Unis d’Amérique.

LIRE AUSSI : Les Etats-Unis d’Amérique suggèrent une plus longue présence en Syrie au milieu des gains de l’armée sur le champ de bataille – patrouilles russes (video)

Les terroristes Takfiri ont perdu une grande partie du territoire qu’ils occupaient jadis en Syrie, étant donné que les forces gouvernementales ont gagné sur le terrain.

En avril, les forces syriennes ont réussi à reprendre les régions de la Ghouta orientale et de l’Est Qalamoun près de la capitale.

Pendant des années, ces zones ont servi de rampe de lancement à des attaques terroristes meurtrières contre des civils à Damas.

Les forces syriennes ont ensuite émigré pour libérer d’autres zones tenues par les militants dans les provinces de Homs et de Hama.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Des avions de chasse de l’aviation syrienne. (Photo d’archives)

L’aviation syrienne a bombardé plusieurs positions des terroristes takfiristes près d’Idlib.

L’agence de presse officielle syrienne SANA a fait part, ce dimanche 10 juin, d’une opération antiterroriste visant les takfiristes qui étaient positionnés dans la banlieue d’Idlib.

Dans la foulée, des avions de combat de l’aviation syrienne ont bombardé plusieurs territoires contrôlés par les terroristes dans trois localités près d’Idlib, afin d’empêcher leur arrivée à Foua et Kefraya.

Les forces de défense nationale syriennes combattent les terroristes de Tahrir al-Cham, qui veulent s’emparer des villes de Foua et de Kefraya dans la province d’Idlib, frontalière avec la Turquie.

Les terroristes de Tahrir al-Cham, qui tentaient de s’infiltrer dans ces deux villes à population chiite via les axes de Binnish, de Ram Hamdan ou d’al-Sawaghia, ont connu d’importantes pertes matérielles et humaines.

14 000 terroristes, rassemblés, entraînés et équipés en Turquie, ont investi, le 28 mars 2015, aux termes d’un vaste assaut, la province d’Idlib dans le nord-ouest de la Syrie, à la frontière avec la Turquie.

Source: Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :