A la Une

Téhéran appelle Pyongyang à agir avec prudence

Les membres de la presse nord-coréenne arrivent à Singapour, en vue du sommet Kim-Trump. ©AFP

L’Iran à la Corée du Nord: ne faites pas confiance au ‘broyeur-d’accord-en-premier-le-chef d’Etat’ Trump

© AP Photo / Ronald Zak

Le dirigeant suprême nord-coréen Kim Jong-un devrait savoir que les Etats-Unis d’Amérique ont l’habitude de « quitter les traités et de violer leurs engagements » avant de faire confiance à Washington, a annoncé lundi le ministère iranien des Affaires étrangères.

Quelques heures seulement avant que le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump ne rencontre le chef suprême de la Corée du Nord, le ministère iranien des Affaires étrangères a prévenu qu’avant tout accord, Kim devrait savoir que Washington est connu pour avoir rompu des accords.

Un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré lors d’une réunion hebdomadaire avec des journalistes lundi que l’Iran voyait le sommet de Trump-Kim avec « un grand pessimisme », rapporte le Times of Israël.

Soulignant la méfiance de Téhéran, le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a qualifié Trump d’« habituel briseur d’accord » dans un tweet publié lundi sans mentionner explicitement de noms.

Javad Zarif

@JZarif

While the G7 were busy fighting among themselves in Quebec—and unsuccessfully trying to appease the habitual Deal-Breaker-in-Chief—the Summit in Qingdao illustrated something altogether different: respectful cooperation among nations committed to multilateralism. https://twitter.com/JZarif/status/1006132847411957761 

Le matin du 12 juin, Trump et Kim devraient se rencontrer à Singapour. Les deux dirigeants sont déjà présents dans la ville-Etat d’Asie du Sud-Est, et le ministre singapourien des Affaires étrangères a été vu en train de prendre des selfies avec le leader de la Corée du Nord, souvent isolée.

Ankit Panda

@nktpnd

Singaporean Foreign Minister Vivian Balakrishnan takes a selfie with Kim Jong Un in Singapore’s Merlion Park.

Les États-Unis d’Amérique cherchent à dénucléariser la péninsule coréenne selon des modalités qui confèrent aux autorités états-uniennes d’Amérique et internationales un vaste pouvoir d’inspection des réacteurs nucléaires en Corée du Nord à chaque fois qu’ils choisissent de vérifier certaines parties d’un éventuel accord de dénucléarisation.

En 2015, l’Allemagne et l’Iran se sont joints aux membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies – États-Unis, Royaume-Uni, France, Chine et Russie – pour adopter le Plan d’action global commun, mieux connu sous le nom d’accord nucléaire iranien, mieux connu sous le nom d’accord nucléaire iranien, qui a permis aux inspecteurs de l’Association internationale de l’énergie atomique d’auditer les installations nucléaires de l’Iran et assurer le respect des restrictions sur l’enrichissement de l’uranium en échange de la levée des sanctions.

Téhéran a été jugé conforme par le secrétaire à la Défense des Etats-Unis d’Amérique, James Mattis, l’AIEA, et par tous ceux qui ont vérifié les installations en question. Néanmoins, trois ans après l’accord signé par son prédécesseur, Trump a décidé de quitter l’accord le mois dernier.

L’Atlantic rapporte que l’un des associés personnels de Trump a déclaré à la publication ce week-end que la « Doctrine Trump » sur le gouvernement est assez simple: « Les gens critiquent [Trump] pour s’opposer à tout ce qu’Obama a fait, mais nous sommes justifiés d’annuler ses politiques, il y a la doctrine d’Obama et la doctrine du « F* ck Obama », nous sommes la doctrine « F*ck Obama ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, ce lundi 11 juin, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qassemi, a évoqué diverses questions d’ordre régional ou international, sans omettre d’évoquer la rencontre prévue entre le président américain et le leader nord-coréen.

À l’approche de la très attendue rencontre entre le président américain et le dirigeant de la Corée du Nord, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qassemi, a éclairci la position de la RII envers les questions liées à la péninsule nord-coréenne.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qassemi. ©Tasnim

Qassemi a affirmé que Téhéran saluerait tous les pas franchis dans le sens du bien-être du peuple nord-coréen et pour aider au développement de la Corée du Nord, et d’ajouter :

« Eu égard aux antécédents des États-Unis surtout de la personne de M. Trump qui, depuis son arrivée à la Maison Blanche, a fait preuve de multiples cas d’infraction aux traités internationaux notamment le Plan global d’action conjoint [PGAC, accord sur le nucléaire iranien], nous restons pessimistes.»

Il faudrait rappeler en passant qu’à en croire le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, l’unique issue envisagée par Washington en ce qui concerne la rencontre Kim-Trump serait la dénucléarisation de la Corée du Nord.

La Corée du Nord devra donc agir avec prudence. Nous soutiendrons tous les pas favorisant la paix et la sécurité sur la péninsule coréenne et qui défendent les intérêts du peuple nord-coréen, mais nous restons méfiants quant aux véritables intentions des États-Unis. »

Qassemi n’a pas manqué, non plus, de parler de la crise syrienne. Il a affirmé qu’il n’y avait aucune nouvelle prise de position, côté russe, sur la présence iranienne en Syrie, et d’ajouter :

« Les positions de Téhéran et Moscou sur la Syrie sont claires. Nos concertations se poursuivent dans le cadre du processus d’Astana. Les présidents russe et iranien ont d’ailleurs eu une rencontre dimanche. Notre présence en Syrie a été à la demande du gouvernement syrien et avec pour but de contribuer à la lutte contre le terrorisme. Ce que disent certains médias au nom des autorités russes n’a pas été confirmé lors de négociations entre les deux parties et nous continuerons donc notre collaboration avec la Syrie comme il se doit, jusqu’à ce que ce pays retrouve complètement le calme et la sécurité. »

Et en ce qui concerne l’accord nucléaire, le porte-parole de la diplomatie iranienne a affirmé que si les Européens souhaitaient vraiment que l’Iran reste dans l’accord, ils devraient faire aboutir, dans les plus brefs délais, leurs efforts et mesures dans le cadre de leurs engagements pris par le PGAC. « Ceci concerne bien évidemment, la Russie et la Chine également », a-t-il précisé.

Qassemi a pourtant rappelé que la patience de l’Iran avait des limites, vu l’expérience du passé et les manquements de l’autre partie envers ses engagements. « Je ne peux pas donner de date précise mais je peux dire que l’Europe n’a plus beaucoup de temps », a-t-il ajouté.

Source: Press TV

‘La Doctrine F*ck Obama’: des initiés expliquent le Credo Présidentiel de Trump

© AP Photo / Pablo Martinez Monsivais

Des sources proches du président des Etats-Unis d’Amérique ont apparemment rapporté des approches divergentes sur la façon de capturer succinctement son approche politique, mais tous les coups portés à la « Trump Doctrine » sont révélateurs d’une manière ou d’une autre.

Un article récent publié dans l’Atlantique affirme avoir trouvé la véritable image de l’approche du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump envers la politique, souvent dépeinte comme irréfléchie, chaotique, autoritaire et capricieuse: Trump suit la «doctrine F*ck Obama».

S’exprimant avec des amis personnels de Trump et des responsables de l’administration, Jeffrey Goldberg de l’Atlantique rapporte que Trump est d’accord pour que sa présidence soit définie comme une annulation des réalisations de l’ancien président Barack Obama.

« Les gens critiquent » le 45ème président « pour s’opposer à tout ce qu’Obama a fait », a déclaré un responsable de l’administration Trump, « mais nous sommes justifiés d’annuler sa politique … Il y a la Doctrine Obama et la Doctrine F*ck Obama. Nous sommes la Doctrine F*ck Obama. »

Un autre officiel de la Maison Blanche a réfuté l’affirmation selon laquelle il pourrait être «trop tôt» pour déterminer si Trump a une philosophie politique cohérente lorsqu’il parle avec l’Atlantique. « Non, il y a certainement une doctrine Trump », a noté le haut fonctionnaire.

« La Doctrine Trump est, ‘Nous sommes l’Amérique, B*tch.’ C’est la doctrine Trump », a déclaré la source de la Maison Blanche. Un autre responsable des Etats-Unis d’Amérique a proposé une explication très proche de la doctrine: « Nous sommes l’Amérique, Bitches ». Lorsqu’on lui a demandé si le fonctionnaire était au courant de la chanson thème du film « Team America: World Police », « America, Fuck Yeah! » le fonctionnaire a répondu par l’affirmative.

D’autres descriptions lapidaires de la doctrine Trump par les officiels états-uniens d’Amérique actuels incluent: «Pas d’amis, pas d’ennemis» et «la déstabilisation permanente crée un avantage des Etats-Unis d’Amérique».

Sur le papier, les accomplissements de Trump correspondent sans doute le plus à l’idée qu’il est sorti pour défaire tout ce que son prédécesseur a fait ou a cherché à faire et alors certains. Certaines des réalisations d’Obama qui ont été attaquées par 45 comprennent la négociation de l’Accord Nucléaire 2015 de l’Iran, la signature de l’Accord de Paris sur le climat et la promulgation de la Loi sur les soins abordables (ACA), également connu sous le nom Obamacare.

Dans son empressement, le président a pris des tours de victoire trop tôt, comme lorsque, cherchant à faire sauter la loi sur les soins abordables en mai 2017, les républicains se sont rassemblés devant la Maison Blanche pour célébrer l’abrogation de l’ACA – sauf que le projet de loi d’abrogation n’a jamais été approuvé par le Sénat à la majorité du GOP après que le sénateur John McCain (R-AZ) ait voté contre la mesure, à la grande consternation de Trump.

Les archives de la Maison Blanche d’Obama ont baptisé le Partenariat transpacifique (TPP) « Accord commercial d’Obama ». Obama a en réalité conclu les négociations avec les 11 autres pays du TPP mais n’a pas pu obtenir l’appui nécessaire du Congrès pour que l’accord prenne effet avant son départ en janvier 2017. Trump a par la suite démêlé toute possibilité de participation des États-Unis d’Amérique à l’accord commercial multilatéral entre l’Amérique du Nord et l’Asie depuis son entrée en fonction.

Le TPP était «la pièce maîtresse du pivot stratégique du président Barack Obama vers l’Asie», a noté le Council on Foreign Relations. Le Japon, le Canada, l’Australie, le Chili et les autres membres du Partenariat transpacifique poursuivent ce que l’on appelle maintenant le «Partenariat transpacifique global et progressif» ou TPP-11.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :