A la Une

Les Houthis affirment que les forces dirigées par l’Arabie Saoudite s’enlisent devant Hudaydah

http://PressTV.com/Default/Embed/565221

Les forces yéménites soutenues par l’Arabie saoudite, fidèles à l’ex-président Abd Rabbuh Mansour Hadi, tiennent une barricade dans la région d’al-Fazah, dans la province de Hudaydah au Yémen, le 16 juin 2018. (Photo: AFP)

Les combattants houthis du Yémen ont rejeté les informations selon lesquelles les forces armées saoudiennes ont saisi l’aéroport de la ville portuaire de Hudaydah, affirmant que les agresseurs sont en train de battre en retraite sur toutes les lignes de front.

Des militants et des mercenaires étrangers armés par l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis tentent de s’emparer de la ville bien défendue et de chasser les Houthis de leur unique port de la Mer Rouge dans la plus grande bataille de la guerre.

« La coalition saoudienne ne remportera pas la bataille à Hudaydah », a déclaré Mohammed Abdulsalam, porte-parole des Houthis, à la chaîne al-Mayadeen, basée au Liban.

L’Arabie Saoudite a mené dimanche des frappes aériennes sur l’aéroport, pour soutenir les forces qui tentaient de le saisir. L’agence de presse officielle SABA a déclaré que les avions de combat ont effectué cinq frappes sur Hudaydah – une corde de sécurité pour des millions de Yéménites.

Des troupes au sol, dont des Emiratis, des Soudanais et des Yéménites, ont encerclé l’enceinte principale de l’aéroport.

Mohammed al-Sharif, chef adjoint de l’aviation civile du Yémen, a déclaré que des images diffusées en ligne sur l’aéroport avaient été prises en octobre 2016.

Une clôture montrée comme preuve de la capture de l’aéroport est située près du district d’Al-Durayhimi, sur un terrain appartenant à un député yéménite, a rapporté l’agence de presse officielle Saba.

Ahmed Taresh, le chef de l’aéroport de Hudaydah, a également nié les nouvelles de la capture de l’aéroport, mais a déclaré qu’il a été complètement détruit dans les frappes aériennes menées par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite.

Abdulsalam a averti que l’offensive saoudo-émirienne contre la ville portuaire compromettrait les chances d’un règlement pacifique de la crise yéménite.

Les réfutations sont intervenues après que le bureau des médias des forces yéménites soutenues par l’Arabie, fidèles à l’ex-président Abd Rabbuh Mansour Hadi, ait déclaré sur Twitter qu’ils avaient « libéré l’aéroport international de Hudaydah de l’emprise des Houthis ».

Selon des informations parues dimanche, des forces soutenues par l’Arabie saoudite ont été encerclées dans le district d’al-Durayhimi Bayt al-Faqih et au moins 40 mercenaires saoudiens tués par des tirs de snipers yéménites ces deux derniers jours.

Al-Mayadeen, quant à lui, a cité des sources informées disant que les forces d’invasion s’étaient retirées de tous les fronts à l’ouest de Hudaydah.

Une source militaire yéménite a indiqué que les affrontements avaient fait 50 morts et détruit 13 de leurs véhicules blindés dans le sud de Hudaydah.

Les forces yéménites ont également réussi à confisquer un navire français ou états-unien d’Amérique au large de la côte de Hudaydah, a tweeté le président du Comité révolutionnaire houthi, Mohammed Ali al-Houthi.

Les Emirats arabes unis, un membre clé de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite qui mène la guerre contre le Yémen, ont lancé l’agression de Hudaydah mercredi malgré les avertissements selon lesquels cela aggraverait la crise humanitaire de la nation appauvrie.

Le journal Le Figaro a rapporté samedi que des forces spéciales françaises étaient présentes sur le terrain au Yémen pour soutenir l’opération.

Selon les Houthis, des navires de guerre britanniques et français étaient également en attente sur la côte ouest du Yémen pour lancer des missiles et des attaques aériennes sur Hudaydah.

Les combats de samedi ont fermé la sortie nord de la ville, bloquant une route clé à l’est de Sanaa et rendant plus difficile le transport des marchandises du plus grand port du Yémen vers les régions montagneuses.

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies et l’Organisation mondiale de la santé ont tous deux exprimé leur inquiétude face à la situation.

Plus de 70% des importations yéménites passent par les quais de Hudaydah et les combats ont fait craindre une catastrophe humanitaire dans un pays déjà au bord de la famine.

Samedi, l’envoyé de l’ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, est arrivé à Sanaa pour tenir des discussions d’urgence sur Hudaydah. Il était soupçonné d’avoir pour rôle de pousser les combattants houthis à céder le contrôle du port de la mer Rouge à un comité supervisé par l’ONU.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :