A la Une

Les Etats-Unis d’Amérique risquent de perdre leurs positions sur le marché européen de l’énergie, voici pourquoi

© REUTERS / Agencja Gazata/Cezary Aszkielowicz

L’appétit de la Chine pour le gaz naturel augmente, ce qui pousse les exportateurs états-uniens d’Amérique de gaz naturel liquéfié à se tourner vers l’Asie. Dans le même temps, Washington risque de détériorer sa position relativement faible sur le marché européen de l’énergie en raison de sa frénésie tarifaire et de sanctions.

Tandis que Washington tente de couper les livraisons de gaz par pipeline de la Russie vers l’Europe, il semble que les Etats-Unis d’Amérique pourraient perdre le marché européen de l’énergie.

L’une des raisons de cette tendance est la forte demande de gaz naturel liquéfié (GNL) en Asie. Selon Reuters, les prix asiatiques spot du GNL ont atteint leur plus haut niveau en 4 ans en juin 2018: « Les prix au comptant de la livraison de GNL-AS en juillet ont bondi à 11,60 $ par million d’unités thermiques britanniques (MMBtu) cette semaine, en hausse de 1,80 $ par mois. », a noté le média, ajoutant que les prix d’août s’échangeaient jusqu’à 10 cents de plus.

La demande croissante de gaz de la Chine

L’appétit croissant de la Chine pour les hydrocarbures liquéfiés est alimenté par le passage du pays à des sources d’énergie plus propres. Comme le prédit S & P Global Platts, la forte demande chinoise continuera vraisemblablement à pousser les marchés à parier sur les prix à plus de 9 $ / MMBtu jusqu’au premier trimestre 2019.

Alors que le «pouvoir de la Sibérie» de la Russie devrait débuter en 2020 et atteindre la capacité prévue d’ici 2025, Pékin devient de plus en plus dépendant du gaz liquéfié. Selon le Financial Times, le pays a importé près de 60% de plus de carburant en surfusion au cours des quatre premiers mois de 2018 par rapport à la même période en 2017.

Bien que l’Australie, le Qatar et la Malaisie restent les principaux fournisseurs de GNL en Asie de l’Est, les Etats-Unis d’Amérique sont prêts à suivre le mouvement: « Les niveaux de prix élevés devraient conduire une part record de cargaisons des Etats-Unis d’Amérique vers les consommateurs en Asie de l’Est cet été, avec la Corée du Sud, la Chine et le Japon susceptibles d’importer la majorité de ces volumes », note S & P Global Platts.

En avril, le premier lot de GNL des Etats-Unis d’Amérique est arrivé en Chine à travers le canal de Panama reconstruit. En général, les États-Unis d’Amérique ont livré environ 196 milliards de pieds cubes (bcf) à l’Asie de l’Est cette année. À titre de comparaison, les exportateurs états-uniens d’Amérique de GNL ont expédié environ 65 milliards de pieds cubes vers l’Asie par rapport à la même période l’an dernier. Étant donné que le total des exportations états-uniennes d’Amérique de GNL en 2018 a légèrement dépassé 406 milliards de pieds cubes, cela signifie que «près de la moitié des ventes états-uniennes d’Amérique de marchandises ont ciblé les acheteurs d’Asie de l’Est cette année».

Terminal GNL Golden Pass sur la voie navigable Sabine-Neches à Sabine Pass, Texas
© Photo: goldenpassterminal.com

Guerre tarifaire entre les États-Unis d’Amérique et la Chine: pourquoi le GNL états-unien d’Amérique demeure-t-il inchangé?

Malgré l’accélération de la guerre commerciale sino-américaine, Donald Trump s’engageant à introduire de nouveaux tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars de produits chinois si Pékin continue à prendre des mesures tactiques, la Chine n’a pas soumis le GNL états-unien d’Amérique à des taxes supplémentaires. Auparavant, en réponse à l’imposition de droits de douane de 25% sur des importations de 50 milliards de dollars, Pékin a inclus dans sa liste de rétorsions presque tous les produits états-uniens d’Amérique liés à l’énergie.

« Le GNL est clairement considéré comme un bien essentiel par le gouvernement chinois », a déclaré Nicholas Browne, responsable du gaz Asie-Pacifique et du GNL pour Wood Mac, cité par Bloomberg. « Compte tenu de cela, en cas d’escalade, le GNL est susceptible de rester en dehors des limites de tous les tarifs supplémentaires. »

Marché de l’Union européenne: GNL des États-Unis d’Amérique contre le gazoduc de la Russie

Alors que la Chine absorbe de plus en plus les hydrocarbures liquéfiés, le marché gazier européen perd son appétit pour les exportateurs états-uniens d’Amérique, bien que la hausse de Brent ait fait monter les prix du gaz naturel cette année.

Les livraisons des Etats-Unis d’Amérique de GNL vers l’Europe sont devenues insignifiantes si on les compare aux ventes de gaz russe par Gazprom.

Selon le site Internet de Gazprom Export, la société russe a livré en 1944 un total de 194,4 milliards de mètres cubes de gaz aux pays européens, tandis que les exportateurs états-uniens d’Amérique ont expédié seulement 2,26 milliards de m3 de GNL sur le continent l’année dernière.

L’Europe de l’Ouest continue de consommer la plus grande partie du gaz russe des gazoducs à un rythme croissant. Selon les dernières données de la Commission européenne, 37% du gaz naturel importé provient de la Russie, tandis que la Norvège et l’Algérie en représentent respectivement 33 et 11%.

Pour leur part, l’Allemagne et l’Autriche ont récemment augmenté la consommation d’hydrocarbures russes: selon certaines estimations, la Russie satisfait actuellement 40% des besoins de l’Allemagne, tandis que les importations autrichiennes de gaz naturel russe ont presque doublé au cours des quatre premiers mois de 2018.

La répression des Etats-Unis d’Amérique contre Nord Stream 2 pourrait créer une crise en Europe

Le gazoduc Nord Stream 2 de Gazprom, qui relie la Russie à l’Allemagne, devrait répondre aux besoins de l’UE. Cependant, Washington est en colère à propos du projet, bien que les Etats-Unis d’Amérique soient pratiquement incapables d’offrir une alternative à leurs partenaires européens: le GNL des Etats-Unis d’Amérique est en train de perdre du gaz russe en termes de prix et d’abordabilité.

Il semble que les tentatives des États-Unis d’Amérique pour mettre fin à l’effort russo-européen puissent devenir la goutte d’eau pour les États membres de l’UE, laissant l’alliance transatlantique de longue date en lambeaux. L’UE a déjà signalé son insatisfaction face à la guerre tarifaire de l’administration Trump et à la reprise des sanctions contre l’Iran. La pression continue de Washington peut encore aliéner l’Europe de son allié outre-mer, rendant ses offres commerciales peu attrayantes pour les Européens.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :