A la Une

Les premières frappes aériennes russes pilonnent le sud de la Syrie alors que l’assaut du gouvernement menace

L’avion d’attaque au sol russe Sukhoi Su-25 décolle de la base de Hmeimim en Syrie (photo du fichier AFP)

Les premières frappes aériennes russes frappent le sud de la Syrie alors que l’assaut du gouvernement menace

Les Etats-Unis d’Amérique ont réitéré plus tôt leur demande de respecter la zone de cessez-le-feu, avertissant que les violations auraient de «graves répercussions»

La Russie a bombardé les régions tenues par les rebelles du sud de la Syrie samedi soir pour la première fois depuis la signature d’un cessez-le-feu il y a près d’un an, a annoncé un groupe de surveillance, alors que les troupes gouvernementales alliées préparaient un assaut terrestre.

Le sud de la Syrie est un prix stratégique pour les acteurs locaux et mondiaux impliqués dans la guerre alambiquée de sept ans du pays.

Après la sécurisation de la capitale Damas, le président syrien Bachar al-Assad semble désireux de reprendre les provinces du sud de Daraa et de Sweida, toujours majoritairement détenues par les rebelles.

Il y a envoyé des renforts militaires pendant des semaines, largué des dépliants demandant la reddition des rebelles et intensifié les bombardements ces derniers jours.

Tard dans la nuit de samedi, ses alliés russes ont bombardé des villes tenues par les rebelles à Daraa pour la première fois depuis l’été 2017, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

« D’intenses frappes aériennes russes frappent des villes dans la campagne orientale de Daraa pour la première fois depuis que le cessez-le-feu a été convenu dans le sud de la Syrie l’année dernière », a déclaré le chef de l’Observatoire Rami Abdel Rahman.

L’Observatoire a indiqué que les avions de combat utilisés samedi, basés sur le type, l’emplacement, les munitions et les schémas de vol, étaient venus de la base de Hmeimim, exploitée par la Russie, sur la côte syrienne.

Marc Nelson @Marcnelsonart

.@StateDeptSpox, The |n regime & have begun an all-out attack on . Where are the ‘firm & appropriate measures’ promised by US since 26th May?

Le contrôleur basé en Grande-Bretagne a déclaré qu’au moins 25 frappes russes ont frappé les zones rebelles, mais n’ont pas eu de victimes.

Le 21 juin, les Etats-Unis d’Amérique ont réitéré leur demande de respecter la zone de cessez-le-feu, avertissant Assad et ses alliés russes que les violations auraient de « sérieuses répercussions » et accusant Damas de lancer des attaques aériennes, des tirs d’artillerie et de roquettes.

Une grande offensive risque une escalade qui pourrait entraîner les Etats-Unis d’Amérique dans la guerre. Le sud-ouest de la Syrie est un sujet de préoccupation stratégique pour l’allié des Etats-Unis d’Amérique, Israël, qui a intensifié cette année ses attaques contre les milices soutenues par l’Iran alliées à Assad.

La Russie, les Etats-Unis d’Amérique et la Jordanie se sont mis d’accord en juillet de l’année dernière sur la zone de désescalade dans les parties contrôlées par les rebelles au sud de la Syrie, ce qui aurait tasser les hostilités là-bas.

Depuis lors, les avions de guerre de Moscou – actifs en Syrie depuis 2015 – se sont abstenus de bombarder les positions rebelles dans le sud.

La violence augmente

Mais la violence a augmenté cette semaine alors que les forces gouvernementales syriennes cherchent à reprendre le sud militairement.

Les forces loyales à Assad ont commencé à intensifier leurs frappes aériennes et leurs tirs d’artillerie sur la zone le 21 juin.

Au moins 19 civils dans les zones tenues par les rebelles sont morts depuis lors, selon l’Observatoire.

Plusieurs civils ont également été tués dans les tirs de l’opposition sur les zones gouvernementales, l’agence de presse officielle SANA faisant état samedi de la mort de deux civils dans la ville de Daraa.

Environ 12 000 personnes ont été déplacées de la province de Daraa ces derniers jours, a indiqué l’Observatoire, et de nombreux réfugiés cherchaient refuge dans des camps de déplacés mal équipés plus à l’ouest.

Les Nations Unies ont averti que la violence croissante mettait en danger la vie de 750 000 personnes dans les régions rebelles du sud.

Samedi, les forces gouvernementales syriennes ont pris deux villages dans la province de Daraa, a indiqué l’Observatoire.

Syrian Coalition

@SyrCoalition

Towns & Villages in Province Declared ‘Disaster Areas’ Days after Start of Regime & ’s Bombingshttps://buff.ly/2KeVPfG 

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé le 22 juin à la fin immédiate de l’escalade militaire dans le sud-ouest de la Syrie, « préoccupé par les risques importants que ces offensives représentent pour la sécurité régionale ».

Guterres devait s’entretenir samedi à Washington DC avec le secrétaire d’Etat états-unien d’Amérique Mike Pompeo, a indiqué Haaretz.

« Les frappes russes ont commencé vers 22h30 heure locale (19:30 GMT) et se sont arrêtées après minuit », a déclaré Ibrahim Mohammad, un militant des médias dans la ville rebelle de Busr al-Harir à Daraa.

Il a dit que lui et d’autres résidents avaient pris leurs sous-sols et leurs abris anti-bombes dès qu’ils ont entendu les avions, décrivant un bruit sourd de bombardement pendant près de deux heures.

Dans un effort pour éviter une offensive meurtrière, les puissances internationales mènent des pourparlers visant à parvenir à un règlement négocié pour le sud de la Syrie.

« Toutes les parties devraient saisir l’opportunité de négocier un accord pour le retour conditionnel de l’Etat syrien au sud-ouest et éviter une conclusion militaire qui, pour toutes les parties et la population locale, serait pire », a écrit le groupe de réflexion International Crisis Group la semaine dernière.

« Les Etats-Unis d’Amérique, la Russie et la Jordanie, qui ont négocié un cessez-le-feu en 2017, devraient d’urgence prolonger cette trêve en vue d’un règlement plus large », a ajouté le rapport.

Plus tôt ce mois-ci, M. Assad a indiqué que des contacts étaient en cours entre la Russie, les Etats-Unis d’Amérique et Israël sur le front sud.

« Nous donnons une chance aux pourparlers politiques, mais s’ils échouent, il n’y aura pas d’autre choix que la libération par la force », a-t-il déclaré.

Le gouvernement a repris une grande partie de la Syrie à l’opposition depuis que la Russie est intervenue militairement de son côté en 2015.

Traduction: MIRASTNEWS

Source : MIDDLE EAST EYE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :