A la Une

Les Etats-Unis d’Amérique et le Royaume-Uni financent 54 groupes de miliciens en Syrie

© AP Photo / Pablo Martinez Monsivais

Malgré le fait que le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump veuille « sortir de Syrie » pour « ramener nos troupes » il y a quelques mois, un nouveau rapport indique que l’armée états-unienne d’Amérique et une cohorte d’alliés comprenant Israël, la Grande-Bretagne, la France et la Jordanie et certains États du golfe Persique «soutiennent toujours quelque 54 groupes de milices en Syrie.

Les États-Unis d’Amérique, la Russie et les Nations Unies désignent tous le Front Al-Nusra, également connu sous le nom d’Al-Qaïda en Syrie, une organisation terroriste. Mais pour une raison quelconque, les combattants du groupe terroriste semblent « profondément ancrés aux côtés de ces milices soutenues par les Etats-Unis d’Amérique dans des villes stratégiques et des villages disséminés dans la partie sud de la Syrie », a rapporté dimanche The American Conservative.

«Les médias et les groupes de réflexion (think tanks) des Etats-Unis d’Amérique obscurcissent ce fait en qualifiant tous les combattants de l’opposition de « rebelles » ou de « modérés »,» note le rapport.

Le groupe terroriste a opéré sous d’autres noms, y compris Tahrir al-Sham, mais n’a pas changé son orientation pro-al-Qaïda.

Selon le rapport, le Front Nusra « combat ouvertement » avec le soi-disant « Front du Sud ». Le Front du Sud est «un groupe de 54 milices de l’opposition financées et commandées par une salle de guerre dirigée par les États-Unis d’Amérique, basée à Amman, en Jordanie, appelée le Centre des opérations militaires (COM, MOC)», a révélé l’article.

Le MOC fournit des renseignements, du financement, des armes, des salaires individuels et une formation à chacune des 54 milices. Tout en reconnaissant que les détails sur la salle de guerre dirigée par les Etats-Unis d’Amérique en Jordanie sont clairsemés, le conservateur états-unien d’Amérique cite des sources en Syrie pour soutenir l’affirmation selon laquelle les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas seuls à soutenir les milices violentes en Syrie. Un détail dans le rapport indique que MOC a été créé en février 2014.

L’armée syrienne libre alignée sur les Etats-Unis d’Amérique serait de mèche avec le Front Nusra, par lequel le Front Nusra opérera aux côtés de l’ASL. « Ils offrent leurs services et coopèrent avec nous, ils sont mieux armés que nous, ils ont des kamikazes et savent comment fabriquer des voitures piégées », a déclaré un combattant de l’ASL au National en 2014.

Plus intéressant encore, l’ASL compte sur le Front al-Nosra pour mener des offensives sous prétexte d’être des combattants de l’ASL, mieux accueillis dans la communauté internationale. «Dans de nombreuses batailles, al-Nusra participe, mais nous ne disons rien à la salle des opérations [MOC] et parfois nous dirons même que les combattants al-Nusra sont vraiment de l’ASL pour leur permettre de se déplacer plus facilement à travers les frontières», a déclaré un commandant de l’ASL au National.

Pas plus de 6 mois, en mars, Trump s’est exclamé: «Je veux sortir, je veux ramener nos troupes à la maison» lors d’une conférence de presse avec les chefs d’Etat lituanien, letton et estonien, a rapporté Politico. Le président a également laissé entendre que les Etats-Unis d’Amérique pourraient être en train de faire des offres à l’Arabie saoudite sur la Syrie. « L’Arabie Saoudite est très intéressée par notre décision », a déclaré Trump. « Et j’ai dit: bien, vous savez, voulez-vous que nous restions? Peut-être que vous allez devoir payer. »

Lors d’un rassemblement parmi les partisans de Trump à la fin de mars, le président des Etats-Unis d’Amérique a promis que « Nous sortirons de Syrie, le souhait, très bientôt. Laisser les autres s’occuper de cela« .

Au moins une raison pour laquelle les médias des Etats-Unis d’Amérique ne feront pas état de la coopération entre les forces soutenues par les États-Unis d’Amérique et le Front Nusra, est que le Conseil de sécurité des Nations Unies, dont les États-Unis d’Amérique sont un membre des représentants permanents, a adopté la résolution 2254 que les cessez-le-feu « ne s’appliqueront pas aux actions offensives ou défensives contre Daesh (ISIS), le Front al-Nosra et tous les autres individus, groupes, entreprises et entités associés » à ces groupes terroristes ou à tout autre groupe terroriste.

« Cela signifie essentiellement que l’armée syrienne et ses alliés peuvent détruire toutes les régions du sud de la Syrie où sont basés les combattants de Nusra – et « les entités qui lui sont associées »- en effet, le droit international donne carte blanche à un assaut militaire syrien contre des milices soutenues par les Etats-Unis d’Amérique co-localisées avec Nusra, et sape la capacité de leurs sponsors étrangers à prendre des mesures de représailles », a rapporté l’American Conservative.

« Il n’est pas étonnant que nous ayons du mal à combattre les terroristes alors qu’il y a encore tellement de confusion sur leur identité », a écrit Max Abrahms, professeur à la Northeastern University et membre du Council on Foreign Relations dans un article paru dans le Los Angeles Times le 8 novembre.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :