A la Une

Huawei était le plus grand sponsor des voyages des politiciens australiens

L’Australie et les Etats-Unis d’Amérique se méfient des fabricants d’équipements de communication chinois comme Huawei. © Reuters

Les préoccupations de sécurité nationale pèsent sur le fabricant chinois d’équipement de télécommunications

SYDNEY – La société chinoise Huawei Technologies a été le premier sponsor des voyages outre-mer des législateurs australiens de 2010 à 2018, suscitant des critiques alors que l’entreprise fait l’objet d’un examen minutieux en Occident pour avoir menacé la sécurité nationale.

Huawei a financé des voyages pour sept membres du Parti libéral au pouvoir et cinq pour le Parti travailliste d’opposition, a indiqué l’Australian Strategic Policy Institute dans un rapport mardi. C’est le chiffre le plus élevé d’une seule entreprise au cours de la période de huit ans.

Les 12 législateurs ont reçu des voyages au siège social de Huawei à Shenzhen qui comprenait le transport aérien, les hôtels et l’argent pour les repas. Le coût total pour le fabricant de smartphones est inconnu, mais il a probablement dépensé des dizaines de milliers de dollars sur seulement les billets d’avion.

Parmi les membres du cabinet du premier ministre Malcolm Turnbull, la ministre des Affaires étrangères, Julie Bishop, a reçu un tel parrainage en tant que législateur de l’opposition à l’époque.

Le rapport ASPI a été compilé sur la base des dépôts soumis au parlement australien. Une porte-parole de Bishop a déclaré qu’elle s’était conformée aux exigences parlementaires en matière de rapports, ajoutant que le parrainage d’entreprise devait être divulgué et légal.

Canberra est devenu de plus en plus méfiant envers Huawei. La société avait l’intention de participer au National Broadband Network de l’Australie en 2012, mais avait finalement été exclue en raison des préoccupations de cybersécurité citées par l’agence de renseignement du pays.

Alors que le pays déploie le service sans fil 5G, les législateurs soutiennent une fois de plus que Huawei devrait être bloqué pour les mêmes raisons. Un membre du parti travailliste a déclaré à l’agence australienne Associated Press que les hommes politiques devraient faire preuve de la plus grande prudence pour tirer profit des entreprises.

Huawei, avec ZTE, est l’un des plus grands fabricants d’équipements de communication en Chine. Avec ces deux entreprises à l’esprit, la Federal Communications Commission des États-Unis d’Amérique a décidé en avril d’interdire aux sociétés de télécommunications nationales d’acheter du matériel de communication auprès de fournisseurs étrangers qui représentent une menace pour la sécurité nationale. Le Département de la défense a également interdit aux magasins de toutes les bases militaires des Etats-Unis d’Amérique de vendre des téléphones fabriqués par les deux sociétés.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Nikkei Asian Review

Xi Jinping relève le défi de Trump à un duel commercial

Le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump a annoncé il y a une semaine qu’il allait tout miser sur les tarifs douaniers contre la Chine, faisant grimper de 50 à 250 milliards de dollars les taxes à l’importation, voire 450 milliards de dollars si les Chinois ne pliaient pas.

Quelques jours plus tard, un groupe de 20 PDG pour la plupart états-uniens d’Amérique et européens s’est rendu à Pékin et a rencontré le dirigeant chinois, Xi Jinping, que les rapports du Wall Street Journal (paywall) leur ont dit ceci :

« En Occident, vous avez l’idée que si quelqu’un vous frappe sur la joue gauche, vous tournez l’autre joue … Dans notre culture, nous ripostons. »

Nous avons détaillé dans notre rapport la semaine dernière quelques-unes des façons dont les coups de poing pourraient se produire, y compris des inspections accélérées dans les usines états-uniennes d’Amérique affiliées en Chine, des licences retardées ou refusées, ou même un boycott complet des marchandises états-uniennes d’Amérique.

  • La Chine devrait s’appuyer sur ces soi-disant «mesures qualitatives»
  • Les niveaux de droits de Trump sont menacés, car ils n’importent pas suffisamment de marchandises en provenance des Etats-Unis d’Amérique pour faire correspondre les tarifs douaniers.
  • Le ton intransigeant de la Chine est de « précipiter les espoirs parmi les entreprises et les investisseurs d’un règlement avant le 6 juillet », le jour où le premier cycle de tarifs entrera officiellement en vigueur, rapporte le journal.

Pendant ce temps, Trump a fait marche arrière sur un plan visant à restreindre les investissements chinois aux États-Unis d’Amérique, déclarant aux journalistes qu’il laisserait probablement le Congrès adopter une législation visant à renforcer le Comité des investissements étrangers aux Etats-Unis d’Amérique plutôt que de prendre des mesures.

  • La législation «renforcerait l’autorité du CFIUS, lui permettant de revoir les transferts d’intérêts minoritaires dans les entreprises traitant de technologies et d’infrastructures critiques. Il permet également d’examiner les achats et les locations de propriétés à proximité de terres et d’installations gouvernementales sensibles aux États-Unis d’Amérique», rapporte Reuters.
  • Les mesures exécutives qui avaient été discutées auraient bloqué « les entreprises dont au moins 25% de Chinois étaient propriétaires en achetant des sociétés états-uniennes d’Amérique avec une ‘technologie d’importance industrielle’. »
  • Steven Mnuchin et Peter Navarro se contredisaient avant que Trump ne parle à la presse, le secrétaire au Trésor déclarant que les actions viseraient «tous les pays qui tentent de voler notre technologie» et le conseiller commercial affirmant qu’ils seraient spécifiques à la Chine.

Dans d’autres nouvelles de la guerre commerciale:

  • « L’indice boursier de Shanghai a plongé pour une deuxième journée, envoyant la plus grande bourse d’actions d’Asie sur le marché baissier officiel, les craintes d’une guerre commerciale avec les Etats-Unis d’Amérique ayant précipité les investisseurs sur les marchés financiers », rapporte le SCMP.
  • Ant Financial, filiale d’Alibaba, a enregistré une note calme au milieu du chaos de la guerre commerciale, selon CNBC. Doug Feagin, vice-président principal des affaires mondiales, a exprimé son enthousiasme pour la capacité d’Ant à innover dans les nouvelles technologies: «La technologie que nous utilisons est basée sur notre clientèle existante et l’élargit», a-t-il déclaré, ajoutant que l’entreprise « ne cherche pas à faire le tour du monde et à essayer d’acheter de la technologie ».
  • La dépendance énergétique peut être le plus grand souci de la Chine dans une guerre commerciale. Le SCMP rapporte que la Chine devrait devenir le plus gros importateur de gaz naturel liquéfié (GNL) au monde d’ici 2019, alors qu’elle tente de réduire l’utilisation du charbon. Le même rapport montre que les Etats-Unis d’Amérique deviendront le deuxième plus grand fournisseur d’énergie au monde, soulignant l’importance pour la Chine de maintenir de bonnes relations commerciales pour répondre à la demande croissante de GNL.
  • De même, les États-Unis d’Amérique dépendent de la Chine en tant que marché énergétique en pleine croissance. Les accords en suspens comprennent un accord de 84 milliards de dollars avec China Energy Investment Corp. et un accord de 43 milliards de dollars avec Sinopec, selon Bloomberg (paywall).
  • Les tarifs chinois sur le charbon des Etats-Unis d’Amérique pourraient nuire à la base de Trump. L’industrie, une fois prévue pour aider à équilibrer le déficit commercial entre la Chine et les Etats-Unis d’Amérique, est maintenant « entrain de marcher sur une corde raide » car elle se prépare à la demande qui ralentit, rapporte Reuters.
  • La valeur des actions des compagnies aériennes chinoises est en chute libre, avec des entreprises qui ont récemment perdu au total 11,4 milliards de dollars, selon Bloomberg (paywall). De nombreuses compagnies aériennes ont acheté des milliards de dollars d’équipement en monnaie états-unienne d’Amérique, ce qui rend difficile la gestion des paiements car le RMB est dévalué.
  • L’économiste Stephen Roach a critiqué l’approche de Trump consistant à «essayer de ressusciter des industries manufacturières perdues depuis longtemps», en l’exhortant à se concentrer sur l’accès au marché alors que l’économie chinoise se tourne de plus en plus vers le consumérisme, rapporte CNBC. Si vous aimez la façon dont Roach pense, consultez le podcast Sinica sur la Chine et la co-dépendance malsaine de l’Amérique.
  • La Chine a réduit les droits de douane sur les importations en provenance de Corée du Sud, d’Inde, du Laos, du Bangladesh et de Sri Lanka, selon le SCMP. Le règlement, entré en vigueur le 1er juillet, fait partie de l’accord commercial Asie-Pacifique et pourrait compenser l’impact économique que cela entraînerait avec les tarifs des Etats-Unis d’Amérique.

Lucas Niewenhuis

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : supchina

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :