A la Une

Les Emirats Arabe Unis prétendent que l’offensive contre Hudaydah n’est pas vraie: Ansarullah du Yémen

Mohammed Abdul-Salam, le porte-parole du mouvement Houthi Ansarullah au Yémen

Le mouvement yéménite Houthi Ansarullah affirme que les Emirats arabes unis (EAU) poursuivent leur offensive de plusieurs semaines contre la ville portuaire de Hudaydah, soulignant que sa récente revendication d’un arrêt de l’offensive n’a été faite que pour tenter de « tromper l’opinion publique ».

Mohammed Abdul-Salam, le porte-parole du mouvement, a fait ces remarques dans un communiqué publié dimanche par le portail d’information arabophone du Yémen Ansarullah. Il a ajouté que l’offensive des EAU contre la ville yéménite n’avait pas été stoppée.

Les commentaires d’Abdul-Salam sont survenus juste un jour après que le ministre d’État des Affaires étrangères des Emirats Arabes Unis, Anwar Gargash, ait annoncé une pause dans l’offensive contre la ville, déclarant que l’arrêt devait permettre aux Nations Unies de résoudre le conflit.

Le 13 juin, les forces émiraties et les milices fidèles à l’ancien président yéménite Abd Rabbuh Mansour Hadi ont lancé une offensive majeure pour prendre Hudaydah, une ville densément peuplée et le port le plus vital du pays déchiré par la guerre, qui est le point d’entrée de 70 pour cent des importations du pays appauvri.

L’offensive, cependant, a jusqu’ici échoué à atteindre son objectif, grâce à la résistance ferme montée par les troupes yéménites et les combattants Houthi pour la défense de la ville. L’attaque a également été lancée malgré les avertissements selon lesquels cela aggraverait la crise humanitaire de la nation appauvrie.

Ailleurs dans ses remarques, Abdul-Salam a déclaré que le cessez-le-feu déclaré par les EAU était en fait une tentative de blanchir son échec à occuper Hudaydah. Il a dit que même si le mouvement Houthi acceptait les rôles techniques et de gestion de l’ONU à Hudaydah, il n’accepterait pas le rôle d’observateur de l’organisme mondial dans la ville.

Le mouvement Houthi, qui aide considérablement l’armée yéménite à défendre le pays contre les forces d’invasion, a géré les affaires de l’État en l’absence d’une administration efficace au cours des trois dernières années.

Par ailleurs, Dhaifallah al-Shami, un membre du bureau politique du mouvement, a déclaré que les EAU, l’allié le plus important de l’Arabie saoudite dans la soi-disant coalition militaire dirigée par le régime de Riyad, s’efforcent de se retirer d’un marais créé à Hudaydah et sur la côte ouest.

Il a ajouté que les troupes émiraties avaient du mal dans la région et qu’Abu Dhabi cherchait désespérément un moyen de sortir de l’impasse dans la province yéménite.

L’Arabie saoudite et une vingtaine de ses alliés, dont les Emirats arabes unis, le Maroc et le Soudan, ont lancé une guerre brutale, baptisée Operation Decisive Storm, contre le Yémen en mars 2015 pour tenter de réinstaller Hadi, un fidèle allié de Riyadh et d’écraser le populaire mouvement Ansarullah.

La guerre imposée consistait initialement en une campagne de bombardement, mais a été plus tard associée à un blocus naval et au déploiement de forces terrestres au Yémen.

Le ministère yéménite des Droits de l’Homme a annoncé dans un communiqué le 25 mars que la guerre avait fait 600 000 morts et blessés parmi la population civile. La guerre et le blocus qui l’accompagne ont également provoqué la famine à travers le Yémen.

L’agression menée par l’Arabie saoudite a également fait des ravages dans les infrastructures du pays, détruisant de nombreux hôpitaux, écoles et usines. Les Nations Unies ont déjà déclaré qu’un nombre record de 22,2 millions de Yéménites avaient besoin d’une aide alimentaire, dont 8,4 millions menacés par la faim.

Un certain nombre de pays occidentaux, notamment les États-Unis d’Amérique et la Grande-Bretagne, sont également accusés d’être complices de l’agression en cours puisqu’ils fournissent au régime de Riyad des armes avancées et du matériel militaire ainsi qu’une aide logistique et de renseignement.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Comment la victoire des Yéménites à Hudaydah a tué dans l’œuf le nouveau projet américano-israélien

Des combattants Houthis au Yémen. (Photo d’archives)

La victoire des yéménites un modèle à enseigner

La guerre de juillet 2006 entre le Hezbollah libanais et l’armée israélienne, qui a abouti à la victoire du mouvement de résistance, est un modèle à enseigner dans les académies militaires du monde, en tant que bataille entre un groupe de résistance et une armée régulière.

Idem pour la guerre au Yémen, qui représente un exemple inouï de la volonté de fer d’une nation de faire échouer les objectifs de la partie adverse ayant lancé cette offensive.

Dans la foulée, le site d’information libanais al-Ahed a fait paraître un article portant sur la guerre en cours au Yémen.

« L’importance des programmes stratégiques et défensifs, qui entrent en vigueur à des moments décisifs, se manifeste à travers les contre-attaques qui barrent la route aux ennemis en progression. Nombreux furent les exemples de ce genre au Vietnam, au Liban, en Syrie, en Irak et aujourd’hui au Yémen, où les commandants militaires ont réussi à empêcher les ennemis d’atteindre leurs objectifs. C’est ainsi que les combattants yéménites ont enrayé la machine de guerre de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis et défait les terroristes takfiristes. Cette victoire s’annonce encore plus brillante lorsqu’on se rappelle que la coalition saoudienne a été formée aux stratégies de combat américaines et israéliennes. Les stratèges américains et israéliens avaient élaboré de grands programmes pour aider la coalition saoudienne à s’emparer du port de Hudaydah, qui revêt une grande importance stratégique sur la carte régionale et qui a le potentiel de relier Israël aux pays arabes et africains via la mer Rouge. Cette position névralgique offrait aux Israéliens des perspectives prometteuses pour poursuivre la normalisation de leurs relations avec les monarchies arabes et des pays africains comme l’Érythrée, Djibouti et la Somalie, dans le cadre du très controversé “Deal du siècle”. En plus, Israël souhaitait faire main basse sur les artères maritimes très sûres qui traversent la mer Rouge.

De son côté, la coalition saoudienne entendait prendre le contrôle du port de Hudaydah et du golfe d’Aden pour ainsi encercler Sanaa et Saada. En dépit de tout cela, la coalition saoudienne et ses alliés américain et israélien ne sont pas arrivés à s’emparer de Hudaydah. La victoire des Yéménites dans cette bataille a concrétisé revêt une importance qui n’est pas moindre que celle de la guerre de juillet 2006 au Liban. Cette victoire a, en effet, tué dans l’œuf le nouveau projet américano-israélien au Moyen-Orient. C’est la raison pour laquelle le secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyyed Hassan Nasrallah, s’est félicité de cette victoire et a regretté de ne pas faire partie des combattants courageux du Yémen. »

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :