A la Une

La Jordanie cherche un cessez-le-feu pour le sud-ouest de la Syrie après les gains de l’armée

Des soldats jordaniens montent la garde lors de la visite du Premier ministre jordanien au poste frontalier de la ville jordanienne de Mafraq, près de la frontière avec la Syrie, en Jordanie, le dimanche 1er juillet 2018. (REUTERS)
  • Les pourparlers de la ville de Bosra Al-Sham ont échoué à cause de l’offensive de l’armée. Des lignes d’insurgés se sont écroulées dans certaines zones et plusieurs villes et villages ont accepté le retour du gouvernement après un intense bombardement.
  • L’offensive syrienne de Bashar al-Assad dans le sud-ouest vise à récupérer l’un des deux bastions de l’opposition restants en Syrie.

AMMAN: La Jordanie est intervenue dimanche pour tenter d’éviter de nouvelles violences et endiguer une nouvelle vague de déplacements à travers la frontière avec la Syrie, négociant de nouveaux pourparlers entre les combattants et le principal allié du gouvernement russe pour une trêve dans le sud-ouest.

Les discussions dans la ville de Bosra Al-Sham ont été rompues lorsque l’armée a pris plus de terrain dans son offensive, avec des lignes d’insurgés dans certaines régions et une série de villes et de villages acceptant le retour du gouvernement après un bombardement intense.

Les combats et les bombardements se sont calmés du jour au lendemain, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme, mais ils ont repris dimanche autour de Tafas, au nord-ouest de Daraa, avec de lourdes frappes aériennes.

L’offensive syrienne de Bashar Assad dans le sud-ouest vise à récupérer l’un des deux bastions restants de l’opposition en Syrie, l’autre étant Idlib et les zones adjacentes dans le nord-ouest. Les forces d’Assad ont capturé les dernières enclaves près de Damas et de Homs plus tôt cette année.

Le sud-ouest de la Syrie est une «zone de désescalade» de guerre réduite et de bombardements convenus par la Russie, la Jordanie et les Etats-Unis d’Amérique l’année dernière. Washington a averti qu’il répondrait aux violations de cet accord, mais n’a rien fait jusqu’ici.

La semaine dernière, les combattants ont déclaré que les Etats-Unis d’Amérique leur avaient dit de ne pas attendre de soutien militaire des USA.

Nasr Al-Hariri, négociateur en chef de l’opposition dans les négociations de paix de l’ONU, a accusé les Etats-Unis d’Amérique de complicité dans l’offensive du sud-ouest d’Assad, affirmant que le silence des Etats-Unis d’Amérique ne pouvait s’expliquer que par « un accord malveillant ».

Les pourparlers de paix dans la ville de Bosra Al-Sham, site du patrimoine mondial de l’UNESCO, ont échoué samedi lorsque les insurgés ont rejeté les termes russes pour leur reddition, mais ont recommencé dimanche sous les auspices de la Jordanie, a annoncé le porte-parole de l’opposition Ibrahim Al-Jabawi.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi a déclaré que le royaume était engagé dans une diplomatie intensive avec toutes les parties au conflit pour aider à négocier un cessez-le-feu qui faciliterait la situation des civils déplacés.

« Nous allons dans tous les sens et avec toutes les parties pour mettre en place un cessez-le-feu et protéger les civils », a-t-il déclaré samedi dans un tweet.

Frappes aériennes

Les frappes aériennes ont pilonné la région depuis que l’offensive s’est intensifiée il y a deux semaines, faisant au moins 160 000 personnes fuyant leurs maisons selon l’ONU.

Samedi, au moins 10 civils ont été tués lorsque des bombes ont été larguées sur le village de Ghasam, contrôlé par l’opposition, ont indiqué les travailleurs humanitaires. L’Observatoire indique que plus de 100 civils ont été tués depuis l’escalade des combats le 19 juin.

Beaucoup de ceux qui ont fui ont cherché refuge le long des frontières avec la Jordanie et les hauteurs du Golan occupés par Israël. La Jordanie, qui accueille déjà plus d’un demi-million de réfugiés syriens, et Israël, ont déclaré que leurs frontières resteraient fermées.

Les militaires des deux pays ont distribué des fournitures d’aide aux personnes cherchant un abri près des frontières.

Dimanche, Israël a également déclaré avoir déployé plus de chars et d’artillerie sur le front syrien par précaution à cause des combats qui s’y déroulaient.

Un commandant de l’armée israélienne a déclaré à Reuters qu’il était difficile de quantifier le nombre de personnes qui s’étaient réfugiées dans la région immédiatement de l’autre côté de la frontière, mais que c’était par milliers et que des centaines d’autres arrivaient chaque jour.

Le sud-ouest de la Syrie a été l’un des premiers foyers du soulèvement contre Assad en 2011, qui s’est transformé en un conflit de sept ans qui a coûté la vie à plus d’un demi-million de personnes et a poussé hors de leurs maisons la moitié de la population d’avant-guerre.

Jusqu’à ce que l’offensive d’Assad ait commencé ce mois-ci, ses lignes de front étaient pour la plupart stables. Cependant, l’armée a maintenant pris une grande partie du côté oriental du territoire de l’opposition et a forcé deux grandes villes du côté occidental, Dael et Ibta, à accepter des accords pour revenir sous la domination de l’Etat.

Ce schéma de groupes locaux dans les villes et les villages qui acceptent des accords avec le gouvernement indépendamment des principales factions de l’opposition a été répété dans des endroits du sud-ouest.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : ARAB NEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :