A la Une

Les investisseurs de Wall Street préviennent que la négociation d’un contrat souffre étant donné que les Etats-Unis d’Amérique attisent les craintes anti-chinoises

Tout en reconnaissant les préoccupations de sécurité nationale, les financiers affirment que la guerre commerciale menace les principaux investissements transfrontaliers

Alors que les batailles commerciales entre les Etats-Unis d’Amérique et la Chine s’intensifient, les investisseurs de Wall Street appellent à des moyens de protéger la sécurité nationale des Etats-Unis d’Amérique sans bloquer les investissements transfrontaliers et la croissance économique.

Les investisseurs de Blackstone Group et d’Oaktree Capital, entre autres, ont averti que s’ils n’étaient pas jugulés, l’escalade des litiges risquerait de drainer des capitaux depuis la Chine et de faire souffrir les entreprises états-uniennes d’Amérique.

« Si nous créons un système qui rend très difficile la venue de capitaux ici, cela augmentera le coût du capital pour nous en tant que pays », a déclaré le président de Blackstone, Jonathan Gray, le mois dernier. « J’ai bon espoir que les décideurs trouveront un moyen de protéger les intérêts de la sécurité nationale, mais surtout, nous ne perdons pas la partie qui mène à la croissance économique et à l’emploi ».

Howard Marks, fondateur de la société d’investissement Oaktree, a fait écho à cette idée. « Le système de capital est ce qui fait la grandeur de l’Amérique », a-t-il déclaré. « L’économie a besoin d’une allocation à long terme des ressources. »

Comme beaucoup d’investisseurs états-uniens d’Amérique, Blackstone et Oaktree, qui gèrent ensemble plus de 500 milliards de dollars états-uniens d’Amérique, ont une longue histoire de relations commerciales avec la Chine. Oaktree a ouvert son bureau à Pékin il y a 11 ans et le co-fondateur de Blackstone, Stephen Schwarzman, a lancé un programme de bourses d’études à l’Université de Tsinghua en 2013 pour «éduquer les futurs dirigeants de la Chine».

Cependant, l’ambition de la Chine de devenir un leader technologique mondial d’ici 2025 a suscité des inquiétudes au sein de l’administration Trump. Les Etats-Unis d’Amérique ont appelé à la répression des tentatives de la Chine d’obtenir des sociétés états-uniennes d’Amérique de pointe par le biais de fusions et acquisitions, ainsi que de transferts technologiques par le biais de coentreprises, en échange d’un accès au vaste marché chinois.

Cela a conduit à une volonté « de jouer une carte de sécurité nationale où l’économie est concernée plus que n’importe quand je me souviens », a déclaré Geoffrey Garrett, professeur de gestion à la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie.

ZTE a besoin de semaines pour faire des affaires, selon des sources

Le Congrès a élargi la portée de l’examen par le Comité des investissements étrangers aux États-Unis d’Amérique, un organisme inter-organisations connu sous le nom de CFIUS, qui surveille les investissements étrangers pour des raisons de sécurité nationale.

De telles mesures ont commencé à refroidir le paysage des transactions. Au premier semestre de 2018, les investissements chinois aux États-Unis d’Amérique ont atteint un creux de sept ans, tombant de plus de 90% à 1,8 milliard de dollars états-uniens d’Amérique un an plus tôt, selon Rhodium Group, une société de conseil new-yorkaise.

« La phase dans laquelle nous sommes, je l’appelle ‘Trump déchaîné’ », a déclaré DJ Peterson, président de la société de recherche géopolitique Longview Global Advisors. « Il dirige le pays comme une petite entreprise, tirant de la hanche. »

L’alliance des think tanks de la Chine tentera de comprendre les politiques des Etats-Unis d’Amérique sur la guerre commerciale

L’incertitude est particulièrement palpable dans la communauté technologique, où la plupart des transactions liées aux problèmes de sécurité nationale ont lieu.

« Pour être honnête, dans six mois, cela pourrait être un jeu complètement différent », a déclaré Jason Lin, directeur général de CICC Global Bridge Capital, en référence à la volatilité actuelle des relations Chine-USA.

Wayne Shiong, partenaire de China Growth Capital, basé à Pékin, qui investit dans la technologie, les médias et les télécoms, a déclaré que s’il continuait à voir une forte demande pour des transactions technologiques et des « fonds de haute technologie », il a cru que « le commerce entre les deux pays va ralentir plus loin. »

Au début de l’année, le président des Etats Unis d’Amérique, Donald Trump, a bloqué l’acquisition de Qualcomm, fabricant de puces de 117 milliards de dollars états-uniens d’Amérique, par Broadcom, en raison des inquiétudes concernant les liens de l’acheteur avec Pékin. Le Congrès a repoussé l’accord de Trump qui a empêché le géant chinois des télécoms ZTE Corp de s’effondrer, et débat toujours des moyens de limiter l’exposition commerciale de l’entreprise en raison de problèmes de sécurité nationale.

Ce mois-ci, China Mobile, la compagnie nationale de téléphonie mobile, est devenue la dernière victime après le rejet par les Etats-Unis d’Amérique de sa demande, déposée il y a sept ans, d’opérer aux Etats-Unis d’Amérique. Les questions de sécurité nationale ont de nouveau été citées comme raison.

Blackstone a récemment eu son propre goût d’un seuil de financement. En février, le fonds souverain chinois a vendu la totalité de sa participation de près de 10% dans l’entreprise, mettant ainsi fin à un lien d’affaires de 11 ans.

L’entreprise d’investissement a déclaré dans le même dossier à la US Securities and Exchange Commission que « des changements aux accords commerciaux internationaux ou l’imposition de tarifs » pourraient « augmenter les coûts, diminuer les marges, réduire la compétitivité des produits et services » et « affecter négativement les revenus et la rentabilité des entreprises dont les activités reposent sur des biens importés de l’extérieur des États-Unis. »

« La question de la sécurité nationale est un défi. Ici nous discutons où le pendule devrait balancer « , a déclaré Gray Blackstone. « Les États-Unis d’Amérique sont probablement aujourd’hui les endroits les plus attrayants à investir. Nous voulons que le capital entre. »

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : South China Morning Post

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :