A la Une

Empoisonnement d’Amesbury: une femme décédée aurait pulvérisé un agent neurotoxique sur elle-même

© AP Photo / Matt Dunham

Comment en sont-ils réellement entrés en possession ? Où l’ont-ils réellement obtenu ? Est-ce des essais réalisés en Grande-Bretagne pour une éventuelle utilisation à grande échelle dans l’espace mondial ? Qui se cache réellement derrière ce plan morbide, essayant de transférer à la Russie les responsabilités ? Pourquoi la Grande-Bretagne bâcle-telle l’enquête et refuse obstinément d’associer la Russie, l’Inde et la Chine ? MIRASTNEWS

Un couple d’Amesbury aurait ramassé une petite bouteille de parfum probablement dopée avec le soi-disant agent neurologique Novichok, prétendument utilisé contre l’ancien espion russe Sergei Skripal et sa fille dans le quartier voisin de Salisbury. Cependant, les scientifiques doivent encore confirmer si la substance d’Amesbury provenait du même lot.

Le frère de Charlie Rowley, qui est dans un état critique après avoir été prétendument empoisonné par l’agent neurotoxique A-234 (Novichok), a révélé que la défunte Dawn Sturgess s’était vaporisée avec un petit flacon que le couple avait trouvé.

MailOnline cite Matthew Rowley comme disant que son frère lui avait dit que ce «détail particulier [était] coincé dans son esprit», même s’il ne se souvenait pas de ce qui s’était passé par la suite.

Selon Charlie Rowley, cité par un parent, il pourrait vaguement se rappeler qu’« il y avait une odeur étrange de type ammoniaque du parfum. »

L’homme se souvient que lui et Dawn avaient ramassé la bouteille, mais ne pouvaient pas dire à son frère où exactement cela s’était passé.

« Je lui ai demandé où lui et Dawn avaient ramassé la bouteille de parfum. Était-ce à Elizabeth Gardens ou ailleurs à Salisbury [où l’ancien espion russe Sergei Skripal et sa fille auraient été empoisonnés avec le même agent neurotoxique en mars]? Mais il ne s’en souvient pas encore », a déclaré le frère de Charlie Rowley aux médias. [C’est déjà une faute d’orienter la personne en lui précisant des lieux, comme si l’on voulait lui faire dire des choses que l’on souhaiterait qu’il confirme. MIRASTNEWS]

La police métropolitaine a annoncé qu’ils avaient trouvé une « petite bouteille » lors de la perquisition de la maison de Rowley à Amesbury. Les scientifiques ont confirmé que la substance contenue dans la bouteille est Novichok, selon la police. Mais les chercheurs doivent encore l’analyser pour déterminer si le poison provenait du même lot qui aurait été utilisé pour empoisonner les Skripal.

Le 30 juin, Charlie Rowley et Dawn Sturgess ont été hospitalisés après s’être effondrés chez eux à Amesbury, à plusieurs kilomètres de Salisbury, où les Skripal avaient été retrouvés dans un état similaire quatre mois plus tôt.

Sturgess est morte dans un hôpital le 8 juillet, tandis que Rowley a repris conscience le 10 juillet, les médecins affirmant qu’il n’était plus dans un état critique. Son frère a déclaré que l’homme est dévasté par la perte de sa petite amie, mais il est sur le point de retrouver sa force physique. Il est actuellement sous la protection de la police.

LIRE PLUS: La famille des victimes d’empoisonnement d’Amesbury demande des spéculations sur l’incident à la fin

« Il a été question de relocaliser Charlie dans une maison sûre, comme Skripal et sa fille, quand il pourra quitter l’hôpital mais rien n’a encore été décidé », a déclaré Matthew Rowley aux médias.

Même si le bureau antiterroriste britannique a reconnu à plusieurs reprises qu’il n’y avait aucun lien entre l’affaire Skripal et l’incident d’Amesbury, un certain nombre de hauts responsables, dont le secrétaire à la Défense Gavin Williamson et le ministre de la Sécurité Ben Wallace, ont accusé la Russie d’empoisonnement. Le ministère russe des Affaires étrangères a fermement démenti l’implication de Moscou dans les incidents de Salisbury et d’Amesbury.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que la Russie regrettait la mort de la victime de l’incident à Amesbury et qu’elle était profondément préoccupée par cet état d’urgence.

« Je ne sais pas quelles discussions et quelles déclarations ont précédé, et desquelles déclarations ont précédé ces mots, auxquels vous avez fait allusion maintenant. Nous ne savons pas que quelqu’un a mentionné la Russie en vain dans le contexte du second incident. Nous pensons que, de toute façon, cela serait tout à fait absurde », a déclaré M. Peskov, en réponse aux déclarations de l’ambassadeur russe auprès de l’OIAC.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :