A la Une

Les données du gouvernement montrent que les Etats-Unis d’Amérique ont interféré dans 81 élections étrangères

Demandez à un Américain moyen qui prend l’habitude de suivre les médias du gouvernement sur l’interférence dans les élections nationales, et vous obtiendrez probablement une réponse nébuleuse concernant les pirates russes et un plan pour installer Donald Trump à la Maison Blanche – mais vous ne pourrez probablement pas entendre une seule syllabe se rapportant aux tentatives réelles du gouvernement des États-Unis d’Amérique pour faire de même.

Lundi, le directeur du FBI James Comey a confirmé publiquement pour la première fois que le bureau enquêtait officiellement sur des allégations controversées d’ingérence de la Russie aux élections des Etats-Unis d’Amérique – mais, même si elles s’avéraient vraies, ces fuites géopolitiques caractérisent mieux le comportement habituel de l’accusateur que celui des accusés. .

« Le F.B.I., dans le cadre de notre contre-espionnage, enquête sur les efforts du gouvernement russe pour interférer dans les élections présidentielles de 2016 », a annoncé le directeur, ajoutant que le bureau mènerait une enquête pour savoir si les associés de Trump avaient des contacts avec les officiels russes.

Malgré cela, les Etats-Unis d’Amérique ont hypocritement exercé une influence sur les élections étrangères aux quatre coins du globe – en fait, ils l’ont fait avec arrogance 81 fois entre 1946 et 2000 – avec seulement un tiers de ces opérations entreprises ouvertement.

Pendant des mois, les médias dominants ont réprimandé des accusations sombres lancées par des politiciens – désireux de blâmer la victoire apparemment abrutissante d’un ancien animateur de télé-réalité sur quelqu’un – que les Russes avaient sournoisement sapé la base électorale de la démocratie états-unienne d’Amérique.

WikiLeaks

@wikileaks

US agencies have interfered with 81 elections not including coups.

Overview: http://www.npr.org/2016/12/22/506625913/database-tracks-history-of-u-s-meddling-in-foreign-elections 

Study: https://academic.oup.com/isq/article/60/2/189/1750842/When-the-Great-Power-Gets-a-Vote-The-Effects-of 

When the Great Power Gets a Vote: The Effects of Great Power Electoral Interventions on Election…

Abstract. What are the electoral consequences of attempts by great powers to intervene in a partisan manner in another country’s elections? Great powers freque

academic.oup.com

Twitter Ads info et confidentialité

Bien que cela ne s’est pas encore vérifié, ce nouveau Red Scare constitue une tentative ratée du pot pour appeler la bouilloire … une élection fâcheuse.

Le chercheur Dov Levin de l’Institut pour la politique et la stratégie de l’Université Carnegie Mellon – un expert en la matière – a évoqué la longue liste mais incomplète de l’ingérence du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique dans les élections d’autres pays avec Ari Shapiro de NPR.

Écoutez le segment NPR ci-dessous:

Interrogé sur les exemples où cette altération a tangiblement modifié les résultats, Levin a déclaré,

Un exemple de cela a été notre intervention en Serbie, en Yougoslavie lors des élections de 2000. Slobodan Milosevic se présentait pour une réélection, et nous ne voulions pas qu’il reste au pouvoir en raison de sa tendance, vous savez, de perturber les Balkans et ses violations des droits de l’homme.

Nous sommes donc intervenus de diverses manières pour le candidat de l’opposition, Vojislav Kostunica. Et nous avons donné des fonds à l’opposition, et nous leur avons donné une formation et une aide à la campagne. Et selon mes estimations, cette aide était cruciale pour permettre à l’opposition de gagner.

Levin a réitéré que les méthodes plus flagrantes avec lesquelles les États-Unis d’Amérique affirment leur domination – à travers les coups d’Etat ou les changements de régime qui qualifient la nation d’interventionniste notoire – ne figurent pas parmi les 80 tentatives de manipulation du résultat électoral.

Quant à la question du pot contre la marmite, Levin a expliqué que – bien que la Russie et d’autres puissances utilisent indiscutablement des tactiques similaires – les États-Unis d’Amérique ont été assez prodigieux dans ses efforts.

Eh bien, pour mon ensemble de données, les Etats-Unis d’Amérique sont l’utilisateur le plus commun de cette technique. La Russie ou l’Union soviétique, depuis 1945, en a utilisé la moitié. Mon estimation a été de 36 cas entre 1946 et 2000. Nous savons aussi que les Chinois ont utilisé cette technique et les Vénézuéliens lorsque le regretté Hugo Chavez était encore au pouvoir au Venezuela et dans d’autres pays.

Aussi moralement que les politiciens des Etats-Unis d’Amérique se plaignent des Russes, il appartient aux nouveaux McCarthyites de réfléchir sur les empreintes digitales impérialistes du pays – comme en 1996, quand les Etats-Unis d’Amérique ont entrepris une vaste opération secrète pour assurer la présidence de Boris Yeltsin.

C’est, bien sûr, l’ancien président Boris Eltsine – de la Fédération de Russie.

Claire Bernish

Traduction : MIRASTNEWS

Source :  mintpressnews.com


L’«Euromaïdan», une «pseudo-révolution» financée de l’étranger, selon Salvini

© REUTERS / Alessandro Bianchi

Les événements de 2014 en Ukraine ont été une «fausse révolution» financée par les puissances étrangères, a déclaré le vice-président du Conseil italien dans une interview accordée à The Washington Post. Selon lui, cela contraste avec le référendum en Crimée.

Matteo Salvini, le vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur de l’Italie, interrogé par The Washington Post, a qualifié les événements de 2014 en Ukraine de «pseudo-révolution» financée par des pays étrangers. Il a également comparé l’«Euromaïdan» au référendum en Crimée en mars 2014.

«Comparez [le référendum en Crimée, ndlr] avec la fausse révolution en Ukraine qui a été une pseudo-révolution financée par des puissances étrangères — similaire aux révolutions du Printemps arabe», a-t-il rétorqué à la journaliste qui a qualifié ce référendum de «faux».

Auparavant, Matteo Salvini avait déclaré que les autorités italiennes avaient l’intention d’évoquer la question de la levée des sanctions antirusses à Bruxelles avant la fin de 2018.

La Crimée a adhéré à la Fédération de Russie après un référendum organisé en mars 2014 suite à un coup d’État en Ukraine. 96,77% des électeurs de la république de Crimée et 95,6% des habitants de la ville de Sébastopol se sont alors prononcés pour la réunification avec la Russie.

Source: Sputnik News – France

EN SAVOIR PLUS

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :