A la Une

Les BRICS en bonne voie pour l’avenir

Le 10ème sommet des BRICS à Johannesburg, en Afrique du Sud, du mercredi au vendredi, mettra une fois de plus en lumière la puissance croissante des grandes économies émergentes dans l’économie mondiale.

Lorsque le premier sommet BRICS s’est tenu à Ekaterinbourg en Russie en 2009 après la crise financière mondiale, la puissance économique combinée des quatre pays membres d’origine – Brésil, Russie, Inde et Chine – s’élevait à 10 000 milliards de dollars USA, soit environ un tiers du total combiné des plus grandes économies de l’Ouest – les Etats-Unis d’Amérique, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France et l’Italie – et le Japon, les six principales économies.

A LIRE AUSSI: Comprendre l’opinion de Xi sur les BRICS

Aujourd’hui, les BRICS font face à une reprise mondiale fragile qui est éclipsée par les nouvelles politiques unilatérales et protectionnistes des États-Unis d’Amérique.

La Russie et le Brésil souffrent de problèmes politiques. La Chine, l’Inde sur la bonne voie

En 2000, l’économie chinoise représentait à peine le dixième du PIB des Etats-Unis d’Amérique. Le Brésil se stabilisait après des années de turbulences. L’économie russe a été écrasée par la « thérapie de choc » menée par les Etats-Unis d’Amérique. Et les réformes s’intensifiaient en Inde.

Pourtant, à long terme, même des virages négatifs, s’ils sont à court terme, ne peuvent ralentir la hausse relative des grandes économies émergentes – bien qu’ils peuvent ralentir leur croissance

Une décennie plus tard, l’économie mondiale semblait très différente. L’économie des Etats-Unis d’Amérique était encore plus de deux fois plus grande que celle de la Chine, mais la croissance du Japon avait été pénalisée par la stagnation. L’Allemagne dirigée par la chancelière Angela Merkel et la France avec à sa tête le président Nicolas Sarkozy menaient la reprise économique européenne. Au Brésil, l’ère du président Luiz Inacio Lula da Silva a entraînéà ce propos un rattrapage dramatique, tout en réduisant la polarisation historique des revenus. L’Inde dirigée par le Premier ministre Manmohan Singh connaissait une croissance accélérée. Et en Russie, le président Vladimir Poutine avait multiplié par six la taille de l’économie.

La transformation structurelle de l’économie mondiale est-elle sur la bonne voie après les huit dernières années mouvementées? La réponse courte est un « oui » emphatique. Pourtant, il existe des différences significatives entre les économies des BRIC.

Utilisons la plus grande économie, les Etats-Unis d’Amérique, comme référence pour comparer les hypothèses originales des BRIC – au début des années 2000 avec le développement économique réel de ces deux dernières décennies et la décennie qui va suivre.

Selon ce simple exercice, l’expansion économique de la Chine s’est considérablement accélérée, même historiquement, dans les années 2000, lorsque sa taille par rapport à l’économie des Etats-Unis d’Amérique a plus que triplé, passant de 12 à 40%. L’estimation originale BRIC était que la Chine dépasserait les États-Unis d’Amérique à la fin des années 2020, et cela reste le cas sous la direction du président Xi Jinping. Si la tendance actuelle prévaut, l’économie chinoise serait de 13% plus grande que celle des États-Unis d’ici 2030 (seulement 1% de moins que la projection originale BRIC).

Alors que la trajectoire de croissance de l’Inde a glissé pendant quelques années, elle s’est redressée ces dernières années. Si les choses vont bien, l’économie de l’Inde doublera dans la prochaine décennie. Elle pourrait également atteindre le tiers des États-Unis d’Amérique d’ici 2030 (4% de plus que la projection BRIC originale).

Cependant, le Brésil et la Russie ont considérablement reculé par rapport aux projections initiales.

Sous la direction visionnaire de Lula, le PIB du Brésil a augmenté encore plus vite que prévu par la projection originale des BRIC. Et le premier mandat de la présidente Dilma Rousseff n’était toujours pas loin derrière la projection. Néanmoins, depuis le milieu des années 2010 et la contestation controversée de Rousseff, la tourmente politique a ralenti la croissance du Brésil, pénalisant la classe moyenne, les travailleurs et les pauvres. Maintenant, l’économie brésilienne devrait se situer à environ 13% des États-Unis d’Amérique d’ici 2030 (plus de 40% de moins que prévu initialement).

En Russie, Poutine a réussi à inverser la chute drastique de l’économie dans les années 1990 et à rétablir la trajectoire de croissance dans les années 2000. À toutes fins pratiques, les perspectives économiques de la Russie sont tout à fait conformes à la projection originale des BRIC; Ce sont les sanctions de l’Ouest dirigé par les Etats-Unis d’Amérique qui expliquent la différence négative. Sans les sanctions controversées, l’économie russe aurait représenté environ un cinquième de l’économie états-unienne d’Amérique d’ici 2030. Grâce à la «nouvelle guerre froide» menée par les États-Unis d’Amérique, l’économie russe pourrait représenter moins d’un dixième du PIB des Etats-Unis d’Amérique d’ici 2030 (certaines 55 pour cent de moins que prévu).

[La donne pourrait changer si la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil et d’autres pays acceptent d’affronter frontalement les USA en l’obligeant de signer un accord des braves ou à défaut en l’expulsant de certains endroits clés et en les gênant le plus possible sur tous les terrains. Puisque l’objectif des Etats-Unis d’Amérique est de les affaiblir au maximum pour se revigorer, il faudrait leur opposer une force agissante capable de leur faire barrage et perdre énormément de poids, à moins qu’ils ne changent positivement d’attitude par eux-mêmes, sans conditions préalables. Ne pas subir, sinon les USA utiliseront les uns et les autres à certains moments comme des pions interchangeables, pour un jeu d’échecs qu’ils comptent mener de bout en bout et gagner afin d’asseoir leurs pouvoir et puissance impériaux. MIRASTNEWS].

Deux mises en garde majeures pour les projections de croissance

Les prévisions de croissance des BRICS comportent deux principales réserves. La première concerne les perspectives du commerce international dans le contexte d’un protectionnisme croissant aux États-Unis d’Amérique. La seconde a trait à l’impact de ces actions commerciales sur les perspectives mondiales qui en découlent.

Après une année de menaces, l’administration Trump a lancé une guerre tarifaire contre la Chine en mars. Les mesures sont entrées en vigueur au début du mois. Ce qui a commencé avec les «examens de la sécurité nationale» sur l’acier et l’aluminium s’est rapidement étendu aux droits de propriété intellectuelle et à la technologie. De plus, les frictions avec la Chine se sont rapidement élargies aux conflits commerciaux des États-Unis d’Amérique avec les autres pays signataires de l’Accord de libre-échange nord-américain, les pays européens et d’Asie de l’Est et de nombreuses autres économies.

Si l’administration Trump continue à s’éloigner du régime commercial d’après-guerre, ces frictions vont s’élargir et s’étendre aux niveaux multilatéraux. Et même si une guerre commerciale à grande échelle ne peut être évitée, les guerres tarifaires ont le potentiel de se propager à travers les secteurs industriels et les régions géographiques.

Après la première moitié de 2018, les prévisions de croissance du Fonds monétaire international ont déjà été revues à la baisse pour l’Europe, le Japon et le Royaume-Uni, ainsi que pour le Brésil et l’Inde. À mesure que l’incertitude économique augmente, les investisseurs ne peuvent plus l’ignorer. Et compte tenu des bons déclencheurs défavorables, une «réévaluation soudaine des fondamentaux et des risques par les investisseurs» est désormais une possibilité viable.

Pourtant, à long terme, même des virages négatifs, s’ils sont à court terme, ne peuvent ralentir la hausse relative des grandes économies émergentes – ils peuvent toutefois ralentir leur croissance. En outre, si les risques commerciaux augmentent de manière drastique, la stagnation séculaire dans les grandes économies avancées se creusera également.

En ce qui concerne la deuxième mise en garde, au milieu de la crise financière mondiale, la Chine représentait près de 50% de la croissance mondiale – elle représente encore quelque 30% des perspectives mondiales.

L’implication est que la façon dont la Chine va, le monde suivra. Dans des scénarios positifs, ces retombées économiques soutiennent la croissance mondiale. Dans des scénarios négatifs, ces retombées pénaliseraient ces perspectives de croissance – et les dommages collatéraux seraient probablement les pires dans les économies émergentes et en développement.

Quel sera le rattrapage par les économies des BRICS dans ces conditions en termes de puissance économique mondiale?

Les BRICS vont dépasser les six grandes économies

La puissance mondiale des économies avancées a atteint un sommet dans les années 1980 et 1990. Mais malgré une expansion absolue continue, leur érosion relative a augmenté. En 2000, les économies des principales nations avancées de l’Ouest, telles que reflétées par les six principales économies, étaient encore presque dix fois plus grandes que celles du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine réunies. Cependant, la crise financière mondiale a accéléré l’érosion relative de l’Occident.

En 2010, les six principales économies combinées étaient près de trois fois plus grandes que celles du BRICS. Aujourd’hui, leur avantage s’est considérablement réduit.

Malgré la guerre tarifaire déclenchée par les États-Unis d’Amérique contre la Chine, la lutte de l’Inde contre la pauvreté, la tourmente interne du Brésil et les sanctions contre la Russie, les économies BRICS devraient encore dépasser les grandes économies avancées du début des années 2030. En 2030, les six principales économies seront environ 5% de moins que l’estimation initiale, et les BRICS un peu plus, environ 7%.

En effet, si les six économies principales étaient équilibrées avec six grandes économies émergentes – plutôt que seulement quatre BRIC du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine – en incluant l’Indonésie, le Mexique ou la Turquie, le Nigeria ou l’Afrique du Sud, la tendance serait encore plus marquée.

Alors que les économies avancées ont été pénalisées par la crise de leur dette souveraine, de grandes économies émergentes telles que le Brésil et la Russie ont souffert de la tourmente politique et des sanctions. En d’autres termes, les défis dans ces deux pays sont de nature politique et tous deux ont dû faire face aux efforts externes pour façonner leur avenir souverain.

En revanche, étant donné que les économies avancées n’ont même pas commencé à réduire leur endettement, leur poids économique pourrait baisser relativement plus rapidement dans le futur. En d’autres termes, leurs défis sont en grande partie de nature économique.

Il n’y a qu’un seul moyen viable de réaliser la promesse économique des BRICS, à savoir le développement économique. Toute politique, quasi-politique (c’est-à-dire, les sanctions, les changements de régime) ou les efforts militaires qui compromettent le développement pénaliseront l’avenir économique des deux ensembles de pays.

Dan Steinbock

L’auteur est le fondateur de Difference Group et a été directeur de recherche à l’Institut pour l’Inde, la Chine et l’Amérique (USA) et chercheur invité aux Instituts d’études internationales de Shanghai (Chine) et au Centre de l’UE (Singapour).

Traduction et commentaires : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : CHINA DAILY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :