A la Une

La Turquie veut rejoindre les BRICS car elle est déçue par l’OTAN et l’UE – Analystes

Le président russe Vladimir Poutine, le premier ministre indien Narendra Modi et le président turc Tayyip Erdogan au sommet des BRICS le 27 juillet 2018 © Gianluigi Guercia / Reuters

Tout pays a le droit de choisir ses alliances fortes. Pour la Turquie le choix devrait être clair, ôté d’ambiguïté, même si les futurs « BRICS Plus » auraient toujours une forte orientation économique. Le statut d’observateur privilégié serait le plus adapté, au moins pour un temps d’observation.

En faisant taire l’idée de l’adhésion de la Turquie aux BRICS, le président turc Recep Tayyip Erdogan cherche à diversifier la politique étrangère d’Ankara, son adhésion à l’UE étant longue et ses relations avec les Etats-Unis d’Amérique sur les rochers.

Le président turc a suggéré que les dirigeants des cinq membres du bloc BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ajoutent « T » à l’acronyme. Erdogan a été invité au dernier forum du groupe et a déclaré au Hurriyet Daily News que les membres actuels ont accueilli favorablement l’idée de l’adhésion de la Turquie.

Evgeniy Bakhrevskiy, directeur adjoint de l’Institut russe de recherche sur le patrimoine culturel et naturel, a déclaré à RT que ce pivot apparent d’Erdogan est ancré dans la frustration grandissante de la Turquie envers l’Occident.

Erdogan « estime qu’il est nécessaire de diversifier la politique étrangère de la Turquie, car il est sérieusement déçu des structures occidentales, avec l’UE, il a plutôt des relations tendues avec les Etats-Unis d’Amérique », a noté Bakhrevskiy.

Stevan Gajic, chercheur à l’Institut d’études européennes de Belgrade, a fait valoir qu’il ne s’agissait pas de considérations géopolitiques, mais de «quelque chose de très personnel» qui a incité M. Erdogan à rechercher de nouvelles allégeances.

Gajic estime que la tentative de coup d’État militaire déjouée en 2016 et le président syrien Bashar Assad gagnant en Syrie avec l’aide de la Russie, sont deux facteurs principaux qui ont fait changer les perspectives d’Erdogan.

Il arrive également à un moment où le rêve de longue date de la Turquie de rejoindre l’UE est dans les limbes, avec le processus d’adhésion effectivement gelé. Bien que l’UE soit le premier partenaire commercial de la Turquie, la Turquie est toujours coincée dans la «salle d’attente» du bloc, une situation qui est en soi une insulte à Ankara, a souligné M. Bakhrevskiy.

Les relations d’Ankara avec Washington traversent également une période difficile, avec « un sentiment anti-USA très fort dans presque toutes les couches de la société turque », selon Bakhrevskiy, en raison du soutien des Etats-Unis d’Amérique aux milices kurdes combattant l’Etat islamique (EI, IS, anciennement ISIS). La Turquie considère l’épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS, SDF) soutenues par les États-Unis d’Amérique, les unités de protection du peuple (PYD), comme une extension du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), reconnu comme terroriste par la Turquie.

En refusant de couper son soutien aux forces dirigées par les Kurdes, les Etats-Unis d’Amérique sont perçus par beaucoup en Turquie comme « menaçant directement » leur pays, a dit Bakhrevskiy. Erdogan n’hésite pas à capitaliser sur ce sentiment.

« L’anti-américanisme est populaire, il est un politicien, il fera ce que les gens aiment. »

Dans le même temps, les relations de la Turquie avec la Russie, qui ont atteint leur plus bas niveau lorsque la Turquie a abattu un avion d’attaque russe au-dessus de la Syrie en novembre 2015, se sont rapidement redressées et prennent de l’ampleur. La rapidité de ce rapprochement est la preuve que les «deux parties ont vraiment besoin l’une de l’autre», selon Bakhrevskiy.

« Le principal changement par rapport à 2015 est que la Turquie et la Russie étaient au bord de la guerre », a noté Gajic. La Russie a exprimé son soutien à Erdogan suite à la tentative de coup d’Etat de 2016, que les autorités turques ont reprochée à Fethullah Gülen, un clerc exilé basé aux Etats-Unis d’Amérique, et à ses associés en Turquie. Les deux pilotes turcs accusés d’avoir abattu l’avion russe ont été arrêtés plus tard dans une répression après le coup d’Etat.

En supposant que les pilotes faisaient effectivement partie du réseau de Gulen, « c’était en fait un complot pour faire un conflit entre la Russie et la Turquie », a déclaré Gajic.

Alors que la Turquie ne semble pas susceptible d’abandonner l’OTAN pour le moment, Bakhrevskiy souligne que les BRICS est un «bloc très démocratique» qui ne nécessite pas de «sacrifices» spéciaux comme quitter l’UE ou l’OTAN pour le rejoindre.

Gajic, quant à lui, croit qu’Ankara pourrait tirer parti de la menace de laisser l’OTAN comme une «grande monnaie d’échange». Son départ potentiel «porterait un grand coup» à une alliance déjà ébranlée par les demandes constantes du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump que les membres européens paient davantage pour la maintenance coûteuse du bloc.

Cette position ambiguë « est la meilleure pour la Turquie », estime Gajic, car la Russie et les Etats-Unis d’Amérique sont finalement intéressés à remporter Ankara.

Traduction et Titre 2 : MIRASTNEWS

Source : RT

L’adhésion de la Turquie aux Brics pourrait provoquer un «choc géopolitique»

© Sputnik . Wladimir Astapkowitsch

L’association des pays, qui a été surnommée à l’époque le groupe des Brics, élargit de plus en plus son influence. A présent la Turquie exprime la volonté de rejoindre ce club, comprenant entre autres la Russie.

Ankara (membre de l’Otan) a-t-il une chance d’adhérer aux Brics et quel serait l’effet géopolitique dans un tel scénario? L’analyse du quotidien Vzgliad.

Le Président turc a fait part de sa volonté d’adhérer aux pays des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), a annoncé dimanche le quotidien Hürriyet Daily News.

«Nous faisons partie du G20 avec ces cinq pays. Je voudrais qu’ils étudient les démarches nécessaires pour nous permettre de rejoindre ce groupe et prendre notre place dans les Brics», a déclaré le dirigeant turc. Et d’ajouter: «Si vous nous acceptez dans ce groupe, il s’appellera BRICST.» D’après le chef de l’Etat turc, les membres des Brics ont positivement réagi à cette proposition. «Notamment la Chine a déclaré qu’elle était favorable à l’élargissement», a poursuivi Recep Erdogan. D’après ce dernier, il existe un immense potentiel de partenariat dans le secteur économique, d’investissement et de projets de développement.

Par ailleurs, la Turquie est loin d’être le seul pays à témoigner beaucoup d’intérêt au travail du groupe. Il y a quelques années, l’Argentine avait également exprimé son envie d’adhérer aux Brics, or il s’agit tout de même de la deuxième économie de l’Amérique du Sud.

Mais pour l’instant tout reste à sa place. Y a-t-il une chance que la Turquie rejoigne ce club? Le fait qu’Erdogan ait été invité au 10e sommet annuel des Brics à Johannesbourg témoigne en faveur d’une telle possibilité.

D’un autre côté, Vladimir Poutine lors de ce même sommet a déclaré que pour le moment l’élargissement des Brics n’était pas prévu. Sans pour autant écarter complètement cette éventualité. «Nous n’avons pas l’intention pour l’instant d’augmenter formellement le nombre des membres des Brics parce que les formats actuels montrent leur efficacité. Mais cela ne signifie pas que l’organisation est close et que les portes sont fermées. Tout simplement c’est une question qui ne se règle pas spontanément. Il faut l’analyser minutieusement», a déclaré le chef de l’Etat russe.

Pour l’instant il n’existerait pas de compréhension claire des règles et des procédures d’élargissement des Brics, quelles sont les exigences pour un nouveau membre et quelles sont ses obligations.

Sur le plan géopolitique, aucun pays de la région n’est capable de remplacer la Turquie, c’est pourquoi l’adhésion d’Ankara au groupe avec un axe Russie-Chine serait un sérieux choc géopolitique pour l’Europe et les USA, selon le journal.

Qu’est-ce que le groupe des Brics? Son objectif géopolitique consiste à créer un ordre mondial multipolaire pour faire contrepoids au monde unipolaire avec les Etats-Unis en tête. Ce n’est pas une histoire sur l’économie intérieure de chaque pays à part, c’est une tentative des pays émergents de se faire entendre sur la scène mondiale, de diversifier les liens économiques extérieurs et d’attirer les investissements supplémentaires.

Pour faire contrepoids au FMI et à la Banque mondiale, dont se servent les USA et l’UE pour renforcer leur influence sur les autres pays, les Brics ont déjà créé leurs propres structures — la banque de développement et le pool des réserves de change.

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur de l’article repris d’un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Source: Sputnik News – France

1 Comment on La Turquie veut rejoindre les BRICS car elle est déçue par l’OTAN et l’UE – Analystes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :