A la Une

La loi sud-africaine sur l’expropriation des terres serait-elle «dévastatrice» pour le pays?

 

Un agriculteur inspecte dans son champ de maïs à Hoopstad, en Afrique du Sud, le 12 janvier 2016 © Siphiwe Sibeko / Reuters

Faudrait-il comme aux Etats-Unis d’Amérique laisser l’injustice s’installer, gagner du terrain et se répandre ou essayer de corriger les fautes et erreurs du passé sur les plans sociétal et économique ?

L’amendement proposé à la constitution sud-africaine, qui verra la saisie des terres des agriculteurs sans compensation, fera fuir les investisseurs étrangers et mettra en péril la sécurité alimentaire, a déclaré à RT le chef de l’Union agricole du Transvaal.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé mardi que le Congrès national africain (ANC) au pouvoir présenterait officiellement un amendement au parlement qui légaliserait la redistribution des terres, dont la plus grande partie appartient à la minorité blanche du pays depuis les années 1600. [Période d’occupation par les forces armées étrangères des terres des autochtones. MIRASTNEWS].

Ramaphosa a cité le soutien massif que la proposition controversée a reçu lors des audiences publiques, arguant que les expropriations « débloqueraient la croissance économique » et « apporteraient plus de terres en Afrique du Sud à pleine utilisation ».

Bennie Van Zyl, le directeur général de l’Union agricole d’Afrique du Sud (TAU SA), estime que le résultat serait exactement le contraire. [Pourquoi les agriculteurs actuels n’aideraient-ils pas le gouvernement à mettre en place un programme de formation, de responsabilisation et de professionnalisation des nouveaux agriculteurs pour éviter l’échec ? MIRASTNEWS].

« Pour nous, c’est dommage qu’ils aient fait leur choix, parce que personne n’investira dans cette économie et nous avons vraiment besoin de croissance pour faire face aux réalités de l’Afrique du Sud. » [Ces réalités incluent aussi les inégalités grandissantes dont les causes profondes émanent depuis la période de l’occupation et de l’Apartheid. MIRASTNEWS].

Il a dit que certains pays étrangers avaient déjà contacté le syndicat et a averti qu’ils devraient cesser d’investir dans l’agriculture sud-africaine si la loi sur l’expropriation était promulguée. [Ces pays avaient-ils intérêt à voir une minorité s’approprier de la presque totalité des terres ? Si oui pourquoi ? Imaginons que du pétrole soit découvert en ces lieux quels sont ceux qui en bénéficieraient le plus si l’on se référait à la loi nationale des Etats-Unis d’Amérique ? MIRASTNEWS].

« Beaucoup de pays étrangers qui nous ont déjà contactés en tant qu’organisation disent que si tel est le cas, nous ne sommes plus disposés à investir dans votre pays », a-t-il déclaré, ajoutant que la loi allait « tuer » l’investissement. [Évidemment parce qu’il existe probablement un complot visant à laisser la très grande majorité de la population noire dans la pauvreté. Dans ce cas, il vaudrait mieux tous perdre que de laisser une minorité s’approprier de toutes les richesses et ressources nationales. Car tous les individus doivent avoir les mêmes chances pour réussir et s’intégrer dans la société. MIRASTNEWS].

« Et si l’ANC va de l’avant, ce sera dévastateur pour ce pays », a-t-il déclaré. [Il vaut mieux que tous s’appauvrissent que de voir se développer et s’étendre un enrichissement malsain d’une minorité nantie qui creuse et approfondit les inégalités. Il est aussi possible que la minorité nantie reconnaisse l’existence d’un problème à résoudre et aide à trouver la meilleure de toutes les solutions. C’est la loi des avantages ou pertes réciproques: le Gagnant-Gagnant ou le Perdant-Perdant qui écarte la survenance du Gagnant-Perdant ou du Perdant-Gagnant. MIRASTNEWS].

L’expérience passée de l’expropriation n’est pas non plus rassurante, car de nombreuses fermes qui ont été confiées à l’ANC sont sorties de la production. [Évidemment cela s’appelle une expérience négative vécue à laquelle il faut apporter une réponse corrective juste. La question qu’il faut se poser est la suivante : une bonne politique de redistribution a-t-elle été associée au programme ? MIRASTNEWS].

On estime que la plus grande partie des terres transférées depuis l’effondrement du système d’apartheid en 1994 a subi une baisse de production ou n’est plus cultivée. The Economist a rapporté qu’environ 70 pour cent des huit millions d’hectares des terres redistribuées sont maintenant en jachère.

Van Zyl dit que l’Afrique du Sud, un «pays agricole très marginal» comparé à des géants comme la Russie, «ne peut se permettre» que cette tendance à la baisse continue, car elle met sa sécurité alimentaire en danger.

L’énorme soutien que l’ANC affirme avoir reçu de la loi sur l’accaparement des terres est une réaction émotionnelle à la rhétorique populiste, sans aucune considération des conséquences néfastes, a déclaré Van Zyl. Au lieu de jouer sur les émotions de la population noire, les politiciens doivent adopter une approche plus équilibrée afin d’éviter la crise imminente, croit-il. [C’est le plus sûr moyen d’accroître les tensions dans le pays et de préparer le terrain à des émeutes futures. MIRASTNEWS].

« Nous avons besoin d’une pensée rationnelle dans ce pays, ce n’est pas la voie à suivre. » [La rationalité commande d’intégrer aussi tous les paramètres et variables en jeu, sans favoritisme. Toutes choses non égales par ailleurs. MIRASTNEWS]

Le traitement par l’ANC de la question de la redistribution est conforme au bilan à long terme du parti au pouvoir, lourd de promesses non tenues. [C’est aussi la suite logique du traitement  dans le passé de la question politique sur l’abolition de l’Apartheid en y intégrant maintenant les questions sociétales et économiques qui lui sont associées. MIRASTNEWS]

«Depuis le début, ils dirigent ce pays par des promesses et par la peur, et maintenant, les choses les rattrapent: chaque jour, nous avons beaucoup de grèves, de grèves violentes, les gens ne sont pas contents de la façon dont les choses se passent dans le pays.»[Évidemment il est tout à fait normal que dans une telle situation, les plus défavorisés s’interrogent sur les canaux ayant permis aux plus nantis de réussir à accumuler patrimoines économiques et ressources naturelles. MIRASTNEWS].

Au lieu de s’attaquer aux problèmes actuels, l’ANC « promet toujours plus de choses et plus de choses », a déclaré Van Zyl. [Même si ces questions existent et doivent être traitées efficacement, cela ne justifie pas qu’une minorité profite par le biais des erreurs et fautes du passé de s’emparer de la majorité des terres. MIRASTNEWS].

Il a expliqué que l’ANC a été forcée d’adopter une position plus populiste face à la concurrence croissante des Economic Freedom Fighters (EFF), un parti radical d’extrême gauche, qui se mobilise depuis longtemps pour la confiscation des terres des fermiers blancs. [A toute question politique qui se pose, il faut y apporter une réponse politique juste et ne pas chercher à la contourner ou l’éviter. MIRASTNEWS].

« Je pense que le EFF est trop occupé à les défier et que l’ANC essaie de se sauver et c’est ce qui se passe maintenant », a déclaré Van Zyl. Il croit que le parti au pouvoir veut chronométrer la nouvelle loi avec les élections générales à venir l’année prochaine. [Il n’est pas non plus possible d’éviter de traiter certaines questions pendantes qui ont été soit oubliées ou ignorées par les équipes gouvernantes précédentes depuis l’époque de l’Apartheid. MIRASTNEWS].

Traduction, commentaires et Titre 2 : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :