A la Une

Europe: le monde doit combattre la fin des affaires avec l’Iran

Federica Mogherini (à Gauche), chef de la diplomatie de l’Union européenne (UE), et Winston Peters, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la Nouvelle-Zélande, prononcent une conférence de presse après leur réunion du 7 août 2018 à Wellington (Nouvelle-Zélande) )

Un sacrifice énorme serait-il nécessaire pour instaurer le vrai droit international dans la communauté internationale ?

L’Union européenne a déclaré que la communauté internationale avait l’obligation de maintenir des relations économiques avec l’Iran, malgré le retrait unilatéral des Etats-Unis d’Amérique d’un accord multilatéral avec la République islamique qui pourrait entraver ces relations.

Faisant référence à un accord conclu en 2015 entre l’Iran et les six premières puissances mondiales, le chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a déclaré mardi lors d’un voyage à Wellington, en Nouvelle-Zélande, que l’Iran respectait ses obligations.

« L’accord a donc deux volets: l’Iran abandonne son programme nucléaire et la communauté internationale ouvre des relations commerciales et économiques avec l’Iran. Ce deuxième pilier doit être maintenu si nous voulons que le premier pilier soit maintenu », a déclaré Mogherini. « Jusqu’à présent, l’Iran s’est pleinement conformé à ses engagements nucléaires. »

Malgré les avertissements de l’UE et d’autres acteurs internationaux, les États-Unis d’Amérique se sont retirés de l’accord en mai et ont réintroduit les sanctions qui avaient été levées en vertu de l’accord. Washington a également déclaré que les pays tiers qui entretiennent des relations avec l’Iran seraient pénalisés par des « sanctions secondaires ». [Que feraient les Etats-Unis d’Amérique si à toutes fins utiles l’Union européenne, les BRICS, l’Iran, la Turquie et d’autres pays et organisations internationales dans une action coordonnée cessaient subitement d’utiliser le dollar comme instrument d’échange dans leurs transactions commerciales à l’échelle internationale ? MIRASTNEWS].

L’Iran, quant à lui, est resté dans l’accord, soulignant toutefois que son engagement ne se poursuivrait que si les autres parties pouvaient assurer la poursuite du commerce avec l’Iran et l’accès des Iraniens au marché international.

« Nous faisons de notre mieux pour garder l’Iran dans l’accord, pour que l’Iran bénéficie des avantages économiques que cet accord apporte au peuple iranien », a déclaré Mogherini dans son discours de mardi.

L’UE a déjà mis en place un « statut de blocage » pour protéger les entreprises européennes des sanctions secondaires.

Mais un certain nombre de sociétés européennes qui étaient revenues sur le marché iranien après la conclusion de l’accord en 2015 sont néanmoins reparties.

Mogherini a déclaré que le statut avait même été révisé pour garantir que les entreprises se soumettent aux règles énoncées par le bloc et non les Etats-Unis d’Amérique.

« Cette ‘loi de blocage’ a été mise à jour afin que la législation européenne protège les entreprises européennes contre les effets des sanctions des Etats-Unis d’Amérique, indiquant à ces entreprises qu’elles devraient se conformer à la législation européenne plutôt qu’aux lois des Etats-Unis d’Amérique ».

Mogherini a également réitéré l’affirmation du bloc selon laquelle l’accord nucléaire, connu officiellement sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA), était essentiel à la stabilité régionale et internationale.

« S’il existe un accord international sur la non-prolifération nucléaire, il faut le maintenir », a-t-elle déclaré.

Lundi soir, le président iranien Hassan Rouhani a reconnu que l’Europe avait fait tout ce qui était en son pouvoir pour soutenir le JCPOA « politiquement » mais a souligné que le continent devait désormais prendre des mesures concrètes à cet effet.

Traduction et commentaires : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Trump prévient l’UE sur sa décision de protéger le commerce iranien

Le président Donald Trump a présenté un mémorandum présidentiel signé après avoir fait une déclaration sur l’accord nucléaire iranien dans la salle de réception diplomatique de la Maison Blanche, le 8 mai 2018, à Washington.

Le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump a mis en garde les autres pays contre le fait de faire des affaires avec Téhéran, affirmant qu’il avait imposé les sanctions les plus « piquantes » au pays.

« Les sanctions iraniennes ont été officiellement prononcées. Ce sont les sanctions les plus mordantes jamais imposées, et en novembre, elles atteignent un niveau encore plus élevé », a écrit M. Trump mardi matin dans un tweet.

« Toute personne faisant affaire avec l’Iran ne fera PAS affaire avec les Etats-Unis. Je demande la WORLD PEACE, rien de moins », a-t-il ajouté.

Son avertissement était apparemment adressé à l’UE, qui a mis en vigueur une loi interdisant aux sociétés de se conformer aux sanctions des Etats-Unis d’Amérique ou aux décisions de justice et leur permettant de réclamer une indemnisation pour des dommages potentiels.

Alistair Burt, ministre britannique de l’Intérieur au Moyen-Orient, a déclaré que l’Europe pouvait protéger ses entreprises contre les nouvelles sanctions des Etats-Unis d’Amérique qui ont été rétablies mardi, alors que l’UE activait une loi de blocage visant à protéger les entreprises contre les retombées.

« Si une entreprise craint des poursuites judiciaires et des mesures coercitives prises par une entité en réponse aux sanctions des Etats-Unis d’Amérique, cette entreprise peut être protégée en ce qui concerne la législation européenne », a déclaré M. Burt à la radio BBC.

En vertu de la loi sur le blocage, les entreprises de l’UE peuvent poursuivre l’administration des Etats-Unis d’Amérique devant les tribunaux nationaux des États membres.

Les entreprises européennes doivent demander une exemption légale pour se retirer d’Iran en raison des sanctions des Etats-Unis d’Amérique et celles qui ne le font pas pourraient être pénalisées par leurs gouvernements.

Les entreprises n’ont toutefois pas besoin de demander l’autorisation de l’UE pour quitter l’Iran si leur décision est fondée sur des motifs commerciaux, ce qui rend la question délicate.

« C’est une décision commerciale pour les entreprises si elles continuent à travailler en Iran », a déclaré M. Burt.

De nombreuses entreprises européennes se sont retirées d’Iran après que Trump ait retiré les États-Unis d’Amérique de l’accord nucléaire de 2015 avec Téhéran et a fixé un délai de grâce aux entreprises pour réduire leurs activités dans le pays.

Des responsables de l’UE ont toutefois indiqué lundi qu’un certain nombre d’autres pays leur avaient demandé des détails sur les règles de blocage, tout en explorant les moyens de contourner les sanctions.

La Chine, la Russie et la Turquie ont déjà indiqué qu’elles ne respecteraient pas les sanctions unilatérales des Etats-Unis d’Amérique.

Les ministres des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne se sont engagés lundi dans une déclaration commune à travailler pour préserver les flux financiers et les exportations de pétrole et de gaz de l’Iran.

Le ministère allemand de l’Économie a déclaré que Berlin continuerait à offrir des garanties d’exportation et d’investissement aux entreprises faisant affaire avec l’Iran.

Les hauts responsables de l’administration des Etats-Unis d’Amérique ont toutefois averti que les risques étaient réels pour les entreprises travaillant en Iran, soulevant les enjeux d’une confrontation sans précédent entre les alliés traditionnels.

Cela signifie que les entreprises européennes ont un sérieux équilibre à faire pour affronter les sanctions des Etats-Unis d’Amérique afin de faire des affaires avec l’Iran.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :