A la Une

L’après MUGABE au Zimbabwe: que réserve l’avenir? – Une analyse

Drapeau du Zimbabwe

Pour la première fois depuis 1980, les Zimbabwéens ont participé au scrutin dans lequel Robert Mugabe n’était pas l’un des candidats à une élection. Cette fois-ci, Emmerson Mnangagwa, du Front patriotique de l’Union nationale africaine du Zimbabwe (ZANU-PF) et Nelson Chamisa du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), sont apparus comme les deux premiers candidats au poste le plus élevé du pays.

Dans un résultat contesté, Mnangagwa a recueilli 50,8% du total des suffrages exprimés, satisfaisant ainsi à l’exigence constitutionnelle du pays de gagner plus de 50% afin d’éviter une reprise. Chamisa n’a tiré que 44% du total des suffrages exprimés (si les résultats déclarés par la Commission électorale du Zimbabwe doivent être approuvés). Le pourcentage restant était inégalement réparti entre les vingt autres concurrents.

Il est difficile d’évaluer si Mnangagwa, appelé «le crocodile», présentera une continuité ou une rupture par rapport au passé. Mnangagwa est difficile à lire précisément parce qu’il incarne plusieurs contradictions: jadis un ardent défenseur de Mugabe dans les années 1980 et au début des années 1990, il a également contribué à mettre fin à son règne l’année dernière.

De la corbeille de pain au panier de basket

Jadis nommé Rhodésie, le Zimbabwe a acquis son indépendance des Britanniques en 1980 et a été dirigé par Robert Mugabe. Sa mauvaise gestion systématique a détruit l’une des économies les plus productives d’Afrique australe. [Il faut dire que la gestion de l’économie et des affaires publiques a été rendue plus difficile en raison des sanctions édictées par les pays occidentaux, qui ont eu du mal à comprendre que certaines minorités ont bénéficié à certaines époques de la colonisation des avantages inouïs et exceptionnels ayant créé les conditions de réalisation de profondes inégalités dans la société, et qu’il fallait mettre en œuvre des politiques correctrices étalées dans le temps pour les effacer ou du moins les réduire à leur plus simple expression. Ils ont soutenu par exemple le maintien de la propriété de la plus grande partie des terres par une minorité fut-elle blanche, sans donner à la majorité noire la moindre chance d’être responsabilisée, en les formant et en les professionnalisant dans le domaine de l’agriculture où le capital est abondant et plus facilement accessible et exploitable. Ils ont immédiatement – en raison soi-disant de certaines pratiques gouvernementales – édicté des sanctions politiques qui ont eu des conséquences néfastes, dévastatrices et destructrices pour les populations, les finances et l’économie du pays. Les pays occidentaux ayant pris la fâcheuse habitude de punir les peuples pour le soutien qu’ils apportent à leurs gouvernements. Ils est difficile dans ces conditions de faire une évaluation correcte et saine. MIRASTNEWS]. Le népotisme, le bigmanisme, le chauvinisme ethnique et le clientélisme caractérisaient l’élite dirigeante. Il a eu recours au populisme pour rester au pouvoir. En 2000, il saisissait des fermes appartenant à des Zimbabwéens blancs et les redistribuait parmi les Noirs. [Des terres acquises pendant les périodes de la colonisation où la majorité noire n’avait aucun droit et était tyrannisée. MIRASTNEWS]. Une étude de cas sur l’hyperinflation, le Zimbabwe a également le taux de chômage des jeunes le plus élevé, 90% de ses jeunes instruits sont au chômage.

Situation vs jeunesse

Alors que les parcours de campagne ont été décrits comme les plus pacifiques de l’histoire de la démocratie du pays, deux facteurs détermineraient le résultat. Nelson Chamisa a joué la carte « jeunesse ». Dans un pays où 77% de la population est composée de jeunes électeurs, les messages adaptés aux jeunes sont importants. Les jeunes sont éduqués avec une présence en ligne considérable. Le pays devenu synonyme d’hyperinflation, de corruption généralisée et de pénuries de ressources sans fin, la promesse la plus importante pour les jeunes serait de freiner la montée en flèche du chômage. [L’objectif poursuivi par les sanctions était de créer une situation de mécontentement extrême dans le pays afin de retourner la population contre les gouvernants, profitant ainsi de les accuser de mauvais gestionnaires. MIRASTNEWS]. De plus, Chamisa était le message lui-même, un témoignage de la promesse d’un jeune leadership. Mnangagwa devait commercialiser sa position en tant qu’administrateur expérimenté, à l’aise dans les postes de direction. Il a également fait la cour à la population jeune en s’engageant à réserver 25% des postes de cabinet pour les premiers ministres et une promesse de réduire le chômage.

Il aurait été surprenant que Mnangagwa n’ait pas remporté les élections. Le ZANU-PF a utilisé des ressources et des machines considérables pour sa campagne. Les médias contrôlés par l’État ont été utilisés pour soutenir la campagne de Mnangagwa. [Dans plusieurs pays africains, les premiers dirigeants étaient pauvres et certains parmi eux étaient honnêtes et bons gestionnaires, sans puiser dans les caisses de l’État pour s’enrichir. Cependant le système capitaliste corrompu et  corrupteur a créé et encouragé la mis en place d’un système pipé où les plus malins s’enrichissent le plus souvent sur le dos des peuples et des nations, permettant la conservation éternelle du pouvoir par des astuces inscrites dans les constitutions pour éliminer certaines compétences et intelligences salvatrices jugées pauvres financièrement, du fait de l’avantage de cette richesse acquise souvent pour la grande majorité d’entre eux, en puisant sans vergogne dans les caisses de l’État pour se faire ‘une place au soleil’. MIRASTNEWS]. L’influence du président en tant qu’autorité de nomination de la commission électorale ne peut être sous-estimée. En outre, la conception et l’impression des bulletins de vote ont suscité une vive controverse. Chamisa a commencé avec un désavantage, et malgré les obstacles, il n’a perdu que 300 000 voix. Le MDC était devenu une force électorale crédible. La victoire de Mnangagwa était une victoire à la pyrrhus.

Quelle est la prochaine pour Chamisa?

Le MDC affirme avoir des preuves de fraude électorale et de bourrage de bulletins de vote. Ces revendications restent sans conséquence jusqu’à ce qu’elles soient étayées par le système judiciaire du pays. Les fidèles de Chamisa sont descendus dans la rue avec son soutien, ce qui a entraîné une violence à grande échelle. Au milieu du chaos, Chamisa et l’opposition se sont déclarés vainqueurs des élections, au grand dam des tribunaux. Les violences post-électorales ont entraîné la mort de six personnes.

Même si les résultats des élections sont suspects, il est peu probable que le système judiciaire du Zimbabwe suive la trajectoire du Kenya et annule la victoire de Mnangagwa. La déstabilisation du Zimbabwe pourrait avoir de graves conséquences. L’autre approche à plus long terme consiste à laisser le régime Mnangagwa suivre son cours. Les tribunaux se souviendront de la brutalité avec laquelle l’armée a récemment répondu aux manifestations pro-Chamisa sous Mnangagwa et ne voudront pas voir une reprise.

D’autre part, une victoire pour le MDC de Chamisa ne mettrait pas nécessairement Chamisa en pleine possession de ses affaires. Le MDC est un regroupement de sept partis politiques qui exigeraient tous une représentation au sein du cabinet. Chamisa ne parviendrait pas à faire des compromis, du moins sur le plan idéologique, et serait plus compétent pour les postes au cabinet. L’opposition zimbabwéenne est divisée après la mort du charismatique Morgon Tsvangarai en 2017 et prendra encore du temps pour que la cohésion se développe une fois de plus.

Que pouvons-nous attendre de Mnangagwa?

« Bien que nous ayons été divisés lors des élections, nous sommes unis dans nos rêves, c’est un nouveau départ ». Emmerson Mnangagwa a donc indiqué dans un tweet immédiatement après avoir été déclaré vainqueur des élections présidentielles de 2018, et après avoir proclamé la deuxième République du Zimbabwe. Bien sûr, le Zimbabwe est un pays profondément divisé, économiquement et socialement, et Mnangagwa le sait. Mais surtout, il reconnaît la nécessité d’un nouveau départ. Il est donc hautement improbable que le nouveau régime à Harare se retourne contre ses propres mots, du moins à court terme. En attendant, cela ne peut être vrai à long terme. La dynamique de changement est très forte et cet avenir s’accompagnera de remèdes encore plus appropriés. L’appel persuasif de Mnangagwa aux investisseurs et à la population de plus de quatre millions de personnes de la diaspora à investir dans le «Nouveau Zimbabwe» devrait améliorer la situation économique du pays.

Mais l’observation à laquelle Mnangagwa a été soumis, notamment des observateurs de l’Union européenne (UE) et de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), est tout aussi importante. Il saura qu’il est surveillé et ne sera pas aussi effronté que son prédécesseur.

Une victoire pour la démocratie

Contrairement à l’histoire démocratique du Zimbabwe, vingt-trois candidats à la présidentielle ont parcouru tout le pays pour voter. Pour la première fois en vingt-trois ans, le Zimbabwe était ouvert aux observateurs des élections occidentales. Les observateurs indépendants sont largement d’accord sur la non-ingérence des campagnes. Il comprenait les zones auparavant interdites du président Mugabe. Cela implique que le Zimbabwe soit maintenant un espace politique plus ouvert. En outre, même si la ZANU-PF au pouvoir a obtenu plus de 70% des postes parlementaires, les résultats parlementaires ne se sont pas directement traduits par les résultats de la présidence. Cela tend à suggérer que le vote a eu lieu au-delà des lignes de parti étroites, reflet du passage de la politique du parti ou de l’identité qui prévaut dans de nombreux pays africains. Cela devient définitivement une autre victoire pour la démocratie au Zimbabwe et la démocratisation en Afrique.

John Patrick Omegere

John Patrick Omegere est stagiaire en recherche à la Observer Research Foundation, Mumbai.

Traduction et commentaires : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : eurasiareview

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :