A la Une

Les bases militaires des USA en mer Caspienne «hors de question» – ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan

© Sputnik / MURAD ORUJOV

AKTAU (Kazakhstan) – La création de bases militaires des Etats-Unis d’Amérique sur la mer Caspienne est « hors de question », a déclaré le ministre kazakh des Affaires étrangères, Kairat Abdrakhmanov, à Sputnik.

« Certains représentants des médias et des communautés d’experts russes ne connaissent pas bien la situation réelle concernant le transit du fret non militaire des Etats-Unis d’Amérique via le Kazakhstan … Il s’agit du transport ferroviaire commercial de marchandises non létales via le Kazakhstan pour poursuivre les opérations soutenir le gouvernement afghan, qui est nécessaire pour l’ensemble de la communauté internationale … Naturellement, toute base militaire sur la mer Caspienne est hors de question », a déclaré Abdrakhmanov.

LIRE PLUS: Le président kazakh attend la décision « historique » de la mer Caspienne dimanche

Le ministre a ajouté que la route traversait le territoire de plusieurs autres pays et que la même cargaison avait été acheminée par le territoire russe, kazakh et ouzbek en 2010-2015.

« Tous les termes et conditions [de l’accord USA-Kazakhstan] sont les mêmes que dans l’accord entre la Russie et les Etats-Unis d’Amérique. Cela n’a rien à voir avec l’établissement de bases militaires des Etats-Unis d’Amérique ou bases militaires de tout autre Etat étranger sur la mer Caspienne », a déclaré le ministre.

Les intérêts de tous les Etats riverains de la mer Caspienne seront pris en compte dans une convention sur le statut juridique de la masse d’eau, y compris le droit de poser des gazoducs et d’utiliser des ressources naturelles, a déclaré Kairat Abdrakhmanov.

« La convention prend en compte les intérêts de toutes les parties en ce qui concerne leurs droits souverains à l’utilisation des ressources naturelles ainsi que la pose de câbles et de pipelines sous-marins », a déclaré Abdrakhmanov.

Dimanche, les dirigeants des États de la mer Caspienne – Azerbaïdjan, Iran, Kazakhstan, Russie et Turkménistan – se rencontreront dans la ville d’Aktau, dans le nord-ouest du Kazakhstan, pour signer l’accord sur la mer Caspienne.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

La Corée du Nord a rejeté toutes les propositions des Etats-Unis d’Amérique sur la dénucléarisation: CNN

Cette photo non datée publiée par l’agence de presse centrale coréenne (KCNA) le 8 août 2018 montre le chef d’Etat Kim Jong-un (à Gauche) inspectant l’usine de conserves de poisson de Kumsanpho avec son épouse Ri Sol Ju (à l’arrière) dans la province du Sud de Hwanghae, Corée du Nord. (Photo par AFP)

Revoyez votre copie et intégrez les intérêts des autres parties dit la Corée du Nord au Deep State

La Corée du Nord a rejeté les propositions « répétées » des Etats-Unis d’Amérique sur la dénucléarisation, les considérant « comme des gangsters », a rapporté CNN, citant des sources diplomatiques de haut rang.

Les Etats-Unis d’Amérique ont fait, et continuent de faire, « des propositions spécifiques pour commencer et aller jusqu’au point final de la dénucléarisation entièrement vérifiée », y compris un calendrier, a rapporté le radiodiffuseur.

Les « vagues promesses » issues de la rencontre entre le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en juin ont abouti à une déconnection diplomatique.

Le document succinct produit lors du sommet ne comportait aucun calendrier, aucune promesse ou étape spécifique à respecter, permettant aux deux parties de l’interpréter à leur guise, a ajouté CNN.

Washington a lié la levée des sanctions à Pyongyang à une dénucléarisation complète et vérifiable de la part de la Corée du Nord, qui insiste pour que les sanctions soient éliminées avant de prendre d’autres mesures.

CNN a cité un fonctionnaire qui connaissait très bien la position de la Corée du Nord à ce sujet, affirmant que la poursuite des négociations entre les Etats-Unis d’Amérique et la Corée du Nord dépendait de la volonté de Washington de prendre des mesures audacieuses et d’accepter un traité de paix avec Pyongyang.

Le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique Mike Pompeo (à Gauche) s’entretient avec le ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord, Ri Yong-ho, lors de la retraite du Forum régional de l’ASEAN à Singapour le 4 août 2018 (AMEAN) Photo par AFP)

Le Nord affirme que les États-Unis d’Amérique ont repris leurs promesses. La Corée du Nord a publié jeudi une déclaration aux Nations unies, insistant sur le fait que des éléments du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique ne respectaient pas l’esprit du dialogue établi lors du sommet de Kim-Trump à Singapour.

Selon le communiqué, alors que Pyongyang avait pris «des mesures pratiques de dénucléarisation comme l’arrêt des essais nucléaires et des essais d’ICBM» et «des mesures éclairées telles que le rapatriement des restes des Etats-Unis d’Amérique de la guerre de Corée», « Les Etats-Unis d’Amérique ont répondu à nos attentes en incitant à des sanctions internationales et à des pressions (Corée du Nord) ».

La déclaration n’a pas blâmé le président des Etats-Unis d’Amérique, mais a mis en évidence certains hauts responsables de l’administration des Etats-Unis d’Amérique, qui, selon elle, allaient à l’encontre de la volonté de Trump.

La Corée du Nord a dénoncé jeudi les appels des Etats-Unis d’Amérique à faire appliquer les sanctions internationales et a déclaré que les progrès en matière de dénucléarisation ne seraient pas attendus si Washington suivait un « scénario d’actualité dépassé ».

Pyongyang a exhorté Washington à prendre des mesures réciproques pour ses gestes de bonne volonté, affirmant que les Etats-Unis d’Amérique avaient répondu à ses attentes en incitant à des sanctions et à des pressions internationales.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Press TV

Mer Caspienne : la Russie, l’Iran et trois ex-Républiques soviétiques signent un accord historique

Îles artificielles de la Caspienne, au large des côtes du Kazakhstan./© Pigiste Source: Reuters

Depuis la fin de l’URSS, un vide juridique entourait le statut de la mer Caspienne. Sur fond d’enjeux liés au pétrole et au gaz, Moscou, Téhéran, Bakou, Achgabat et Astana ont finalement signé un accord qui «fera époque» selon Vladimir Poutine.

C’est l’épilogue de plus de 20 ans d’éprouvantes négociations avec pour enjeux pétrole, gaz et caviar : la Russie, l’Iran, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan et le Turkménistan ont signé ce 12 août un accord historique définissant le statut de la mer Caspienne.


Réunis dans le port kazakh d’Aktaou, les cinq pays qui bordent la Caspienne se sont mis d’accord sur le statut de cette étendue d’eau, en plein vide juridique depuis la dissolution de l’Union soviétique, qui englobait alors la totalité de ces Etats sauf l’Iran, avec lequel existait un accord, aujourd’hui caduc.

L’hôte de la cérémonie, le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, a salué un «événement historique». «Nous pouvons dire qu’un consensus sur le statut de la mer a été difficile à atteindre et qu’il a pris du temps, les pourparlers se sont échelonnés sur 20 ans et ont nécessité des efforts importants et conjoints des parties impliquées», a-t-il ajouté.

Le président russe Vladimir Poutine a de son côté évoqué une convention dont la «signification fera époque» et plaidé pour une plus grande coopération militaire entre les pays de la mer Caspienne afin d’«assurer la paix» dans la région.

Selon Noursoultan Nazarbaïev, les principaux points du nouvel accord concernent l’autorisation de la pose de pipelines sous-marins pour le transport d’hydrocarbures, des quotas de pêche définis pour chaque pays et l’interdiction de toute présence militaire d’un pays tiers sur la Caspienne.

«La mer Caspienne n’appartient qu’aux pays de la Caspienne», a immédiatement salué le président iranien Hassan Rouhani.

Un accord aux enjeux considérables

Le nouvel accord qui a été signé, précédé par une réunion des chefs de la diplomatie des cinq pays la veille, ne devrait pas mettre fin à toutes les disputes concernant cette mer fermée, la plus grande du monde de ce type. Il devrait néanmoins aider à apaiser les tensions existant de longue date dans la région qui recèle de vastes réserves d’hydrocarbures, estimées à près de 50 milliards de barils de pétrole et près de 300 000 milliards de m3 de gaz naturel.

Selon le Kremlin, l’accord préserve la plus grande partie de la Caspienne en tant que zone commune, mais partage entre les cinq pays les fonds marins et les ressources sous-marines. Selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Grigori Karassine, la Caspienne bénéficiera d’un «statut légal spécial»: ni mer, ni lac, qui ont tous deux leur propre législation en droit international.

Le Turkménistan, l’un des pays les plus fermés de la planète, semble être l’un des grands gagnants de ce nouvel accord : cet Etat d’Asie centrale riche en hydrocarbures devrait ainsi pouvoir installer au fond de la Caspienne des pipelines sous-marins pour lui permettre d’exporter son gaz vers les marchés européens via l’Azerbaïdjan.

Ce projet, estimé à cinq milliards de dollars, avait auparavant rencontré l’opposition des autres pays de la région. Il pourrait encore être contesté par Moscou et Téhéran, les anciens maîtres de la Caspienne, pour des raisons environnementales.

Un accord dont toutes les parties sortent gagnantes

Si la Russie a dû céder sur un certain nombre de sujets, «elle gagne des bons points pour avoir fait sortir une situation de l’impasse» et renforcé son image de pays producteur d’accords diplomatiques, relève John Roberts, analyste collaborant avec l’Atlantic Council cité par l’AFP. De plus, l’accord devrait asseoir la prédominance militaire russe dans la région en interdisant à des pays tiers de disposer de bases militaires sur la Caspienne.

L’Iran, pour sa part, pourrait profiter de la clarté apportée par le texte pour lancer des projets communs avec l’Azerbaïdjan. La République islamique a eu recours par le passé à des manœuvres navales hostiles pour défendre ses prétentions dans la Caspienne.

Au-delà des considérations économiques et militaires, l’accord donne espoir pour la préservation de la diversité écologique de la région. Les populations de bélugas, dont les œufs sont appréciés dans le monde entier en tant que caviar, pourront désormais se multiplier grâce à un «régime de quotas clair et commun pour les eaux de la Caspienne», selon John Roberts.

Source: RT France

1 Comment on Les bases militaires des USA en mer Caspienne «hors de question» – ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan

1 Trackback / Pingback

  1. Les bases militaires des USA en mer Caspienne «hors de question» – ministre des Affaires étrang ères du Kazakhstan | Raimanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :