A la Une

Les jeunes Américains sont devenus aigris sur le capitalisme et c’est ce qui a fait élire Trump – Slavoj Žižek

Un nouveau sondage Gallup révèle que le soutien au capitalisme chez les jeunes électeurs a considérablement diminué. Le refus de l’establishment des Etats-Unis d’Amérique de voir ce changement s’est traduit par l’élection de Trump, a déclaré à RT le philosophe Slavoj Zizek.

Selon le sondage, 57% des démocrates considèrent le socialisme de manière positive. Seulement 47% considèrent le capitalisme positivement, contre 56% en 2010.

Sur le plan politique, les jeunes Américains (âgés de 18 à 29 ans) en général sont divisés sur le capitalisme et le socialisme. 51% des Américains âgés de 18 à 29 ans considèrent le socialisme de manière positive, tandis que 45% considèrent le capitalisme de manière positive, soit 12 points de moins en deux ans.

Slavoj Zizek voit le changement comme une prise de conscience que pour certains, le ‘rêve américain’ n’est pas réel.

« Les racines de cette déception peuvent être facilement identifiées », a-t-il déclaré à RT. « La classe ouvrière, mais aussi la classe moyenne se sent trahie. De manière générale, il est largement admis que le système des Etats-Unis d’Amérique ne fonctionne pas comme les gens s’y attendaient. »

Curieusement, la baisse de satisfaction survient à un moment où l’économie des Etats-Unis d’Amérique est en plein essor. Le chômage est à son plus bas niveau en un demi-siècle à un peu plus de trois pour cent, les salaires augmentent et, si l’on en croit le président Trump, toutes sortes de sociétés réclament de ramener leurs opérations de fabrication aux États-Unis d’Amérique depuis l’étranger.

En 2010, alors que davantage de démocrates continuaient de faire confiance au capitalisme, les choses étaient objectivement pires. Le taux de chômage a atteint un niveau alarmant de neuf pour cent, les salaires ont stagné depuis la grande récession et la reprise était encore lointaine.

« Le message est très encourageant », a déclaré M. Zizek à propos du sondage, selon lequel une grande partie de la population états-unienne d’Amérique « ne s’identifie plus au rêve américain ». « Il a décrit la baisse du soutien au capitalisme comme le « début de la fin de ce que nous appelons en termes savants l’hégémonie idéologique ».

David Sirota

@davidsirota

TV Anchor: It is inexplicable that so many voters have a problem with capitalism considering that for so many Americans

[pauses to check stats]

housing is unaffordable, student debt is skyrocketing & you need a GoFundMe page to afford medical care https://www.commondreams.org/news/2018/08/13/change-gonna-come-poll-shows-democratic-voters-socialism-more-capitalism 

New York congressional candidate Alexandria Ocasio-Cortez campaigns in Kansas with James Thompson and Sen. Bernie Sanders July 20, 2018. ((Image: depositphotos/stevanovicigo)

‘A Change Is Gonna Come’: Poll Shows Democratic Voters Like Socialism More Than Capitalism

« The system has failed tens of millions of people who want and deserve something better. »

commondreams.org

[La troisième voie est celle qui retient toutes les excellentes solutions en extrayant l’ensemble des impuretés doctrinales et dogmes salissants, tout en apportant des innovations positives avec les méthodes de la Relativité économique et sociétale. Car ce n’est pas la totalité des postulats avancés qui sont erronés ou faux. MIRASTNEWS].

Avec plus d’Américains se sentant laissés pour compte, le seul candidat qui a capitalisé sur cette insatisfaction en 2016 était Donald Trump. Cependant, Zizek ne considère pas Trump comme la solution aux problèmes de l’Amérique. Même en période de prospérité économique, la reprise n’a pas touché tout le monde de manière égale. Selon un rapport des Nations Unies publié en juin, 40 millions de citoyens des Etats-Unis d’Amérique vivent encore dans la pauvreté et cinq millions d’entre eux vivent dans des « conditions du tiers monde ».

« La seule chose qui puisse sauver les Etats-Unis d’Amérique est une gauche plus forte et plus radicale », affirme Zizek.

Où est la gauche?

La gauche radicale dont parle Zizek existe, mais elle a été délogée par un establishment plus centriste du parti démocrate. Selon lui, l’establishment «devrait regarder son propre parti démocratique, comment il a totalement ignoré un signal clair, anti-capitaliste de la part de Bernie Sanders et de son mouvement».

Sanders était une figure populaire, en particulier auprès des jeunes électeurs. En dirigeant Hillary Clinton à la place, l’establishment centriste « a manqué aux attentes du peuple des Etats-Unis d’Amérique »

Cependant, depuis la performance misérable de Clinton en 2016, le mouvement «progressiste» défendu par Sanders s’est lentement intégré au courant dominant. Ce n’est nulle part plus évident que dans le Bronx en juin, lorsqu’Alexandrie Ocasio-Cortez, autoproclamée «socialiste démocratique», a remporté une victoire éclatante, évinçant le représentant sortant Joe Crowley, un démocrate plus centriste.

Ocasio-Cortez a fonctionné sur une plate-forme qui inclut Medicare pour tous, des frais de scolarité gratuits, un salaire minimum de 15 dollars et l’abolition de l’Immigration and Customs Enforcement – certains de ces points que le camp Clinton du parti démocrate aurait considéré comme anathème.

La victoire d’Ocasio-Cortez semble avoir établi une feuille de route claire pour les démocrates à l’ère de l’atout: répondre à la demande du public pour une gauche plus radicale et gagner des élections ou continuer à blâmer la Russie et continuer à perdre. L’establishment démocrate n’a pas écouté, mais la chef de la minorité de maison, Nancy Pelosi (Californie), a minimisé sa victoire, rappelant aux électeurs qu’elle s’est produite dans un district et avertissant les gens de ne pas se laisser emporter

Le chef adjoint de la minorité James Clyburn (Caroline du Sud) a incarné la mentalité de l’establishment en déclarant dans une interview que Ocasio-Cortez devait attendre son tour avant de rejoindre la direction du Parti démocrate.

« Je lui demanderais de me rappeler combien de temps j’ai dû attendre pour arriver ici », a déclaré le membre du Congrès, âgé de 78 ans.

Après sa victoire, Ocasio-Cortez a fait le tour du pays pour obtenir le soutien de candidats progressistes aux vues similaires avant les élections primaires. Cependant, quatre des six candidats soutenus par l’aventure socialiste ont perdu leurs élections.

Certains critiques ont qualifié cet échec de «peur du socialisme» intrinsèque chez les Américains. Zizek n’est absolument pas d’accord.

« Je ne pense pas que même ceux qui ont répandu cette peur, qu’ils le prennent au sérieux », a-t-il déclaré, ajoutant que les Etats-Unis d’Amérique ne devraient pas se tourner prochainement vers le Venezuela. « C’est de la pure peur » et de la « réaction de panique » face à la nouvelle popularité du socialisme, a-t-il dit.

Si la tendance révélée par le dernier sondage Gallup est correcte, adopter un message socialiste pourrait bientôt être le seul moyen de survie du parti démocrate.

Traduction et commentaires : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :