A la Une

Trump lance un appel à Google pour des résultats de recherche « truqués », une censure « illégale », promet de prendre des mesures

Président Donald Trump © Joshua Roberts / Reuters

Le président Donald Trump a accusé le géant de la recherche Google de mettre en évidence délibérément des informations négatives sur son administration et de « contrôler ce que nous pouvons et ne pouvons pas voir ». Trump a promis que la situation serait « réglée ».

«Les résultats de recherche Google pour « Trump News » ne montrent que la visualisation / le reportage de Fake New Media. En d’autres termes, ils l’ont fait pour moi et pour d’autres, de sorte que presque toutes les histoires et les nouvelles sont mauvaises», s’est exclamé le président via Twitter mardi matin.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

Google search results for “Trump News” shows only the viewing/reporting of Fake News Media. In other words, they have it RIGGED, for me & others, so that almost all stories & news is BAD. Fake CNN is prominent. Republican/Conservative & Fair Media is shut out. Illegal? 96% of….

« Google et d’autres ont réprimé les voix des conservateurs et caché des informations et des nouvelles qui sont bonnes », a-t-il poursuivi. « Ils contrôlent ce que nous pouvons et ne pouvons pas voir. Ceci est une situation très grave – sera abordée! »

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

….results on “Trump News” are from National Left-Wing Media, very dangerous. Google & others are suppressing voices of Conservatives and hiding information and news that is good. They are controlling what we can & cannot see. This is a very serious situation-will be addressed!

Dans l’un de ses tweets tôt le matin, Trump s’est demandé si la partialité apparente de Google en matière de recherche, qui, selon lui, correspondait à 96 pour cent aux médias nationaux de gauche, est illégale. Il n’a pas précisé quel type d’action il pourrait envisager de prendre, mais son sentiment est en ligne avec les déclarations antérieures sur la censure.

Trump a supprimé la paire de tweets peu de temps après leur publication, mais les a republiés plusieurs heures plus tard, avec des ajustements mineurs.

La semaine dernière, Trump a tweeté sa préoccupation sur le fait que « les géants des médias sociaux font taire des millions de personnes », mais ont exclu d’intervenir, « même si cela signifie que nous devons continuer à écouter Fake News comme CNN. »

Le mardi de Trump vient après un rapport du site de commentaires de nouvelles conservateur PJ Media. Le rapport a révélé que lors de la recherche de «Trump News» sur Google, la première page de résultats était entièrement dominée par des articles de médias de gauche des Etats-Unis d’Amérique. Sur les 100 premiers résultats, seuls cinq provenaient de sites orientés vers la droite; deux du centre-droit Wall Street Journal et trois de Fox News.

Les points de vente avec lesquels Trump se dispute souvent figurent en bonne place dans les 100 premiers résultats. CNN est apparu le plus fréquemment, suivi du Washington Post, puis de NBC. Les sites d’information de droite comme Breitbart, National Review, OAN et Daily Caller étaient tous complètement absents des résultats.

L’année dernière, une étude de Harvard a révélé que 93% de la couverture de l’Administration Trump par CNN et NBC étaient de ton négatif. Le Washington Post était légèrement plus positif, mais 83% de ses articles sur Trump étaient toujours négatifs.

Google et d’autres géants de la technologie ont été accusés à plusieurs reprises de censure par les conservateurs états-uniens d’Amérique. Que ce soit le « shadowbanning«  de Twitter des républicains, le classement des sources de nouvelles par Facebook par un score de confiance « opaque » ou la suppression « accidentelle«  de chaînes conservatrices par Youtube; La droite des Etats-Unis d’Amérique se sent malmenée par la Silicon Valley, un parti libéral.

Mais Google a nié toute accusation de parti pris politique. Répondant aux allégations de censure de Trump mardi, la société a déclaré que les résultats de recherche ne sont pas ordonnés en fonction de préférences politiques. « Lorsque les utilisateurs saisissent des requêtes dans la barre de recherche Google, notre objectif est de s’assurer qu’ils recevront les réponses les plus pertinentes en quelques secondes », a déclaré Google dans un communiqué, ajoutant que les résultats ne sont pas biaisés vers une « idéologie politique » ou un « agenda politique ».

Le mouvement anti-guerre ressent la pression

Alors que les appels à la régulation de la domination croissante des titans de la technologie proviennent principalement de la droite, la censure est de plus en plus une menace pour la gauche aussi. Plus tôt ce mois-ci, Telesur English – un réseau d’information latino-américain partiellement financé par le gouvernement vénézuélien – a trouvé sa page brusquement supprimée de Facebook. Aucune explication n’a été donnée et la page a finalement été restaurée. Cependant, la suppression s’inscrit dans une tendance plus large. Un autre site d’informations vénézuélien a été retiré une semaine auparavant, de même qu’une page Facebook appartenant au groupe de gauche Occupy London.

Le World Socialist Web Site a rapporté l’année dernière que les modifications apportées aux algorithmes de Google avaient eu un impact négatif sur les sites Web socialistes et anti-guerre de gauche. Une analyse de WSWS a révélé que 13 sites Web de ce type avaient vu leur trafic plonger de 55% en six mois depuis que Google avait modifié ses algorithmes. WSWS a connu une baisse de trafic de 74% entre avril et juillet de l’année dernière. Les changements ont également affecté des sites comme Alternet, qui a vu son trafic plonger de 71% entre avril et septembre, Democracy Now (baisse de 50%) et Truth-out.org (baisse de 49%).

Qu’est-ce que Trump pourrait faire?

L’une des mesures que pourrait prendre Trump serait que le ministère de la Justice menace Google avec la législation antitrust. Présentée pour la première fois aux États-Unis d’Amérique avec l’introduction de la loi Sherman de 1890, la législation antitrust visait les monopoles ferroviaires et pétroliers à l’époque, permettant au gouvernement fédéral d’intervenir et d’intenter des poursuites pour maintenir la compétitivité du marché.

Cette idée a été présentée par le candidat procureur général de New York, Zephyr Teachout, qui a promis une « enquête antitrust majeure » si elle était élue. Elle a également été discutée dans les pages éditoriales du Boston Globe, du New York Times et du Guardian, qui se sont tous inquiétés de la portée toujours croissante des monopoles technologiques naissants.

L’administration de George W. Bush a menacé Google de mesures antitrust en 2008, alors que Google cherchait à établir un partenariat de recherche avec son concurrent Yahoo, ce qui aurait vu le partenariat potentiel contrôler 90% du marché de la recherche.

Aujourd’hui, Google contrôle 90% de ce marché. Cependant, en poursuivant une affaire antitrust, il incomberait au gouvernement de prouver que non seulement Google est un monopole, mais qu’il a agi de manière malveillante pour atteindre cette position. En 2000, le ministère de la Justice a condamné Microsoft à une infraction de monopolisation antitrust pour contraindre illégalement les fabricants à pré-installer le système d’exploitation Windows et à pré-installer Internet Explorer comme navigateur Web par défaut.

En Europe, Google a déjà été condamné à des amendes de milliards d’euros cette année pour des violations des lois antitrust. Les régulateurs de l’UE ont constaté qu’en obligeant les utilisateurs d’Android à utiliser le moteur de recherche de Google, cela restreignait injustement la concurrence. En outre, Google a été condamné à une amende de 2,7 milliards de dollars l’année dernière par l’UE pour avoir manipulé des résultats de recherche afin de favoriser ses propres services de magasinage.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

1 Trackback / Pingback

  1. Trump lance un appel à Google pour des résultats de recherche « truqués », une censure « il légale », promet de prendre des mesures | Raimanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :