A la Une

La Russie donne aux Etats-Unis d’Amérique des informations sur une provocation planifiée aux armes chimiques en Syrie

Les rebelles islamistes de Tahrir al-Sham en Syrie © Khalil Ashawi / Reuters

Moscou a informé les diplomates des Etats-Unis d’Amérique du projet des militants de lancer une attaque par des armes chimiques sous fausse bannière dans la province syrienne d’Idlib dans le but de piéger Damas, a déclaré l’ambassadeur russe aux Etats-Unis d’Amérique.

Anatoly Antonov, l’ambassadeur de Russie à Washington, a confirmé mercredi aux médias qu’il avait rencontré le représentant spécial des Etats-Unis d’Amérique en Syrie, James Jeffrey, et David M. Satterfield, secrétaire d’Etat adjoint par intérim pour les affaires du Proche-Orient.

Le porte-parole du Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, Heather Nauert, a révélé les participants à cette rare réunion et le fait qu’elle avait eu lieu plus tôt cette semaine lors d’un point de presse quotidien.

La réunion a été convoquée par la Russie vendredi et tenue le lundi 27 août, a déclaré Antonov. Il a félicité les Etats-Unis d’Amérique d’être venus si rapidement et a qualifié la réunion de « constructive et professionnelle ».

Lors de la réunion, la Russie a officiellement fait part de ses inquiétudes concernant les informations selon lesquelles Washington, la France et le Royaume-Uni se préparent à une autre série de frappes aériennes sous prétexte d’une attaque chimique, qui serait immédiatement imputée au gouvernement syrien. Moscou a demandé à Washington de « fournir les faits sans délai » pour étayer les nouvelles allégations selon lesquelles Damas utilise des armes chimiques contre son propre peuple.

Une telle rhétorique attisée par Washington pourrait inciter les militants et leurs organisations « pseudo-humanitaires » comme les Casques blancs à organiser une autre provocation en utilisant des agents chimiques, a averti Antonov.

Les renseignements recueillis par la Russie ont été partagés avec les États-Unis d’Amérique et les diplomates ont été informés « en détail » de la provocation contre les civils préparée par le Front Al-Nusra (aujourd’hui Tahrir al-Sham) dans la province d’Idlib.

Le ministère russe de la Défense a rapporté plus tôt que Tahrir al-Sham complotait une attaque chimique qui serait ensuite présentée comme une autre « atrocité » par le « régime syrien ». Huit bidons de chlore ont été livrés à un village près de la ville de Jisr al-Shughur et un groupe de militants spécialement formés, préparé par la société de sécurité britannique Olive, est également arrivé dans la région pour imiter une opération de sauvetage visant à sauver les «victimes» civiles. Selon Antonov, les militants prévoient d’utiliser des otages d’enfants dans l’incident mis en scène.

Moscou a mis en garde Washington contre la chute de cette provocation, notant qu’une frappe aérienne massive visant les infrastructures militaires et civiles de la Syrie constituerait un autre acte « d’agression illégale et sans fondement » contre la Syrie.

« Une nouvelle escalade en Syrie ne correspond aux intérêts d’aucune partie. Nous pensons que notre préoccupation sera entendue », a déclaré M. Antonov, ajoutant qu’il espérait que les Etats-Unis d’Amérique « déploieraient tous leurs efforts pour empêcher les terroristes d’utiliser des produits chimiques toxiques et agiront de manière responsable, conformément au statut du membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. »

Le conseiller à la sécurité nationale du président Trump, John Bolton, a déclaré la semaine dernière que les Etats-Unis d’Amérique « réagiraient très fermement » en cas d’attaque chimique de Damas. Le ministère russe de la Défense a interprété cette mise en garde comme une confirmation voilée du fait que les Etats-Unis d’Amérique envisageaient une frappe aérienne sur la Syrie similaire à celle menée en avril, aux côtés de la France et du Royaume-Uni.

 

Contrairement à Damas, les militants ont beaucoup à gagner d’une attaque chimique potentielle à Idlib, a déclaré l’ancien responsable du Pentagone Michael Maloof à RT.

«Ils ne vont pas abandonner, ils ne vont pas s’arrêter pour essayer de négocier une paix quelconque, alors il est dans leur intérêt d’essayer de susciter la sympathie internationale [en montrant] qu’ils ont de nouveau été la victime et pour essayer de renverser cette guerre en leur faveur», a-t-il déclaré.

Il y a peu d’espoir que les Etats-Unis d’Amérique traiteront différemment d’une éventuelle attaque de faux drapeaux par des militants extrémistes de quelque manière que ce soit que cela s’est fait lors de l’incident chimique survenu dans la ville de Douma le 7 avril 2018, a ajouté Maloof.

À l’époque, les États-Unis d’Amérique, la France et le Royaume-Uni ont lancé une série de frappes contre des cibles multiples en Syrie, sept jours à peine après le signalement d’environ 70 personnes ayant été tuées en raison de l’exposition à un agent chimique hautement toxique, peut-être du sarin

«Si l’histoire est un précédent, ils ne s’embêteront pas. Ils n’ont pas enquêté sur le dernier épisode avant de lancer une attaque de missiles en Syrie et il n’y a aucune raison de soupçonner qu’ils le feront cette fois», a-t-il dit, ajoutant que Washington n’hésiterait pas à pointer Damas et le gouvernement russe. [Car les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés ne s’encombrent jamais de preuves réelles et préfèrent s’appuyer sur des fake news préfabriquées pour prendre des décisions et engager l’action militaire. MIRASTNEWS].

« L’idée est d’embarrasser Moscou et d’intimider Damas », a-t-il déclaré. [Que feront Moscou et ses alliés cette fois-ci si de tels bombardements survenaient ?MIRASTNEWS].

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

«10 000 terroristes» pouvant user d’armes chimiques : l’ONU redoute un bain de sang à Idlib

© Khalil Ashawi Source: Reuters
Eclipse lunaire le 27 juillet 2018 à Idlib (image d’illustration).

L’ONU demande à Moscou, Téhéran et Ankara de convaincre Damas de surseoir à une offensive dans la province d’Idlib, tout en évoquant la présence de «10 000 terroristes». Elle redoute que les deux camps n’aient recours à des armes chimiques.

Ce 30 août, l’envoyé spécial en Syrie des Nations unies (ONU), Staffan de Mistura, s’est dit préoccupé par le risque d’une catastrophe humanitaire à Idlib, alors que l’armée syrienne est en passe de reprendre le contrôle de cette région où les groupes rebelles et djihadistes sont encore présents.

Le diplomate onusien a appelé la Russie, l’Iran et la Turquie, qui sont en contact régulier avec l’Etat syrien, à dissuader Damas de se lancer dans un affrontement direct. Selon lui, une telle opération pourrait avoir des répercussions déplorables sur des millions de civils. Il s’inquiète en outre d’un possible usage d’armes chimiques des deux côtés, notamment de chlorine.

Staffan de Mistura estime qu’un nombre très important de combattants étrangers sont présents à Idlib, se préparant au combat contre l’armée syrienne. Parmi eux se trouveraient, selon les estimations de l’envoyé spécial de l’ONU, environ 10 000 terroristes.

En dépit de cela, il conviendrait selon lui de renoncer à un affrontement précipité, qui pourrait se transformer en «véritable tempête» et coûter la vie à de très nombreuses victimes. L’ONU invite donc Damas à mettre en place des corridors humanitaires afin d’évacuer les civils de la région à titre préventif.

Après sept années de guerre, Bachar el-Assad veut reprendre le contrôle de la province d’Idlib, à la frontière avec la Turquie, encore largement dominée par les rebelles et les djihadistes. C’est dans cette optique qu’il a lancé une vaste opération militaire visant à reconquérir ces territoires.

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé ce 22 août un avertissement au président syrien Bachar el-Assad, lui signifiant qu’ils ne laisseraient pas impunie une éventuelle utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien. De son côté, Moscou redoute une attaque sous faux drapeau qui serait par la suite attribuée à Damas pour justifier une nouvelle intervention occidentale en Syrie.

Source: RT France

1 Comment on La Russie donne aux Etats-Unis d’Amérique des informations sur une provocation planifiée aux armes chimiques en Syrie

  1. josephhokayem // 30 août 2018 à 21:35 // Réponse

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

    J'aime

1 Trackback / Pingback

  1. «Ne pas jouer avec le feu» en Syrie : Moscou annonce des manœuvres militaires en Méditerranée – MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :