A la Une

S’agirait-il d’une machine à dictats et censures mise en branle ? – Le président égyptien approuve la loi réprimant les médias sociaux

Abdel Fattah al-Sisi (Fichier: AFP)

Le président égyptien Abdel Fattah al Sisi a ratifié une loi accordant aux autorités le droit de surveiller les utilisateurs de médias sociaux dans le pays dans le cadre du renforcement des contrôles sur Internet, a annoncé samedi le journal officiel.

Approuvé par le parlement en juillet, le règlement du Conseil suprême pour les médias de l’État aura le pouvoir de placer sous surveillance des personnes de plus de 5 000 abonnés – sur les réseaux sociaux, sur un blog personnel ou sur un site Web.

Le conseil sera autorisé à suspendre ou bloquer tout compte personnel qui « publie ou diffuse de fausses nouvelles ou tout autre élément (information) incitant à la violation de la loi, à la violence ou à la haine ». [Dénoncer des détournements de fonds publics, de la corruption, des actes illicites, des fausses nouvelles issus des organes informationnels de l’État ou des médias traditionnels entrent-ils dans ce cadre ? MIRASTNEWS].

La nouvelle loi fait partie d’une série de mesures qui, selon les groupes de défense des droits, visent à restreindre la liberté d’expression en ligne, avec l’internet un des derniers forums de débat public sur la règle de al-Sisi.

En août, le président a approuvé une autre loi permettant aux autorités, par le biais d’un juge, d’ordonner le blocage de sites Web qui « constituent une menace » pour la sécurité nationale ou l’économie de l’Égypte.

Ceux qui administrent ou visitent ces sites, intentionnellement ou « par erreur sans raison valable », peuvent désormais faire face à des peines d’emprisonnement et à des amendes.

Les autorités ont insisté sur le fait que de telles mesures étaient nécessaires pour lutter contre l’instabilité et le terrorisme dans le pays. [Si aucune confusion n’est faite de ces termes pour assouvir et protéger des intérêts privés. MIRASTNEWS].

Mais les défenseurs des droits nationaux et internationaux accusent régulièrement le gouvernement de chercher à écraser la dissidence en arrêtant des critiques et des blogueurs et en bloquant des sites d’information. [Aurait-on l’ambition d’enfermer dans une bouteille la vérité des faits ? MIRASTNEWS].

Plus de 500 sites Web ont déjà été bloqués en Égypte avant l’adoption de la nouvelle loi, selon l’Association de la liberté de pensée et d’expression basée au Caire.

Traduction, ajout au Titre 1 et commentaires : MIRASTNEWS

Source : news24

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :