A la Une

Est-ce que Twitter se soucie vraiment du pluralisme et de la liberté d’expression? Suivons l’argent

© Chris Wattie / Reuters

Les Etats-Unis d’Amérique font la censure via les géants technologiques de l’internet et des réseaux sociaux pour cacher et taire la vérité à l’opinion publique locale et mondiale

Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a vigoureusement défendu sa plate-forme en tant que lieu de la liberté d’expression et du pluralisme politique, mais il existe un moyen simple de déterminer à quel point il tient vraiment à tout.

En témoignage devant la commission du renseignement du Sénat des Etats-Unis d’Amérique mercredi, Dorsey a fièrement rappelé aux sénateurs que l’année dernière, Twitter avait interdit la publicité de RT et de Sputnik. Puis, probablement comme une sorte d’excuse, il a déclaré que Twitter avait fait un don de 1,9 million de dollars généré par la publicité RT et Sputnik aux plates-formes de «recherche» et de «société civile» pour contrer l’influence russe en ligne.

Lorsque Twitter a annoncé la première sa décision en octobre 2017, elle a déclaré qu’elle faisait partie de son «engagement continu à protéger l’intégrité de l’expérience utilisateur» et a reconnu avoir pris la décision à la lumière d’un rapport de la communauté des services de renseignements des Etats-Unis d’Amérique qui concluait que la Russie avait «tenté d’interférer» dans l’élection présidentielle de 2016. Ce rapport a été largement considéré comme étant extrêmement léger sur le plan des preuves, même par des journalistes généralement très critiques à l’égard de Moscou.

Pour le dire simplement, Dorsey a avoué interdire à RT de faire de la publicité sur sa plate-forme, puis remettre l’argent généré par la publicité précédente aux groupes de réflexion financés par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique. Ce type de capitulation suggère que Dorsey pense que la liberté d’expression et le pluralisme se limitent à la manière dont il traite les Américains de différentes convictions politiques sur son programme, mais pas comment il traite les autres.

Quand Dorsey parle de donner à chacun un accès équitable à Twitter et de s’assurer que les préjugés politiques ne gênent pas le fonctionnement de Twitter, il ne semble parler que de la «santé» du débat et de la conversation sur le discours politique des Etats-Unis d’Amérique – mais tout le monde qui utilise Twitter n’est pas une politique des Etats-Unis d’Amérique qui craint d’être «interdit dans l’opacité (shadowbanned)».

En d’autres termes, il implique que si tous les Américains doivent être traités équitablement, plus largement, il est tout à fait bien d’être ouvertement et fièrement partisan de la politique étrangère des Etats-Unis d’Amérique, même si Twitter est censé être une plate-forme mondiale. Twitter est un outil du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique de la même manière que Facebook l’est. Alors regardons les organisations qui ont donné de l’argent à:

Le conseil atlantique

Voir que Twitter a offert de l’argent à nul autre que le Conseil de l’Atlantique pour aider à «faire des recherches» sur des allégations fragiles d’ingérence électorale de la part de la Russie devrait immédiatement déclencher une alarme.

Le Conseil de l’Atlantique est devenu largement considéré en dehors des cercles politiques et médiatiques de Washington comme un vecteur de promotion et de propagande de la politique étrangère occidentale. Le groupe de réflexion basé à Washington DC est financé par un grand nombre de fabricants d’armes états-uniens d’Amérique, dont Lockheed Martin, Raytheon, Boeing et Northrop Grumman. Le Conseil de l’Atlantique est également financé à la fois par le gouvernement des États-Unis d’Amérique et par un certain nombre d’autres pays de l’OTAN par le biais de divers organismes gouvernementaux. Facebook est également un donateur.

Sans surprise, compte tenu de la liste de ses donateurs, le CA a toujours fait pression en faveur des interventions militaires des Etats-Unis d’Amérique dans le monde et a adopté une vision presque exclusivement négative de la Russie dans les affaires internationales. Ce groupe de réflexion, financé par les gouvernements des pays de l’OTAN et les fabricants d’armes, est-il vraiment le type d’organisation qui peut être utilisé pour évaluer équitablement les allégations d’ingérence russe dans les élections aux Etats-Unis d’Amérique?

UE Disinfolab

À l’instar du Conseil de l’Atlantique, l’UE Disinfolab, basée à Bruxelles, a consacré une grande partie de son attention à la lutte contre la Russie en ligne ces dernières années. Sa mission déclarée est de «lutter contre la désinformation par une méthodologie innovante» – mais elle ne concentre certainement pas son attention sur la lutte contre la désinformation.

Disinfolab a beaucoup critiqué le mois dernier en tentant de faire connaitre aux utilisateurs de Twitter un scandale national impliquant l’ancien garde du corps du président Emmanuel Macron en tant que «russophiles» faisant partie du «système de désinformation russe». Plus d’argent de recherche de Twitter a-t-il été dépensé?

Disinfo lab est également partenaire du groupe de réflexion European Values ​​basé à Bruxelles qui a fait la une des journaux l’année dernière en publiant une liste de 2 327 personnes apparues en tant qu’invités sur RT, les qualifiant de «idiots utiles» pour leurs apparitions sur la chaîne. Le journaliste Bob Woodward, l’ancien vice-président des Etats-Unis d’Amérique Dick Cheney, les acteurs Denzel Washington et Pierce Brosnan et l’ancien secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, figuraient sur la liste.

Partenaires dans la lutte contre les « adversaires » des Etats-Unis d’Amérique, plutôt que des « arbitres neutres »?

Si d’autres preuves étaient nécessaires pour que Twitter agisse comme un véhicule pour la propagande du gouvernement des États-Unis d’Amérique, l’audience du Sénat mercredi l’a abondamment fournie. Quand le sénateur Tom Cotton (R-Arizona) a demandé Dorsey et Sheryl Sandberg, qui était également présent pour témoigner au nom de Facebook, s’ils décidaient de prendre des mesures qui favoriseraient ou «privilégieraient» une «puissance étrangère hostile» sur les États-Unis d’Amérique ou leurs forces armées, Dorsey et Sandberg ont tous deux refusé. Ce n’est que lorsque Cotton a demandé «Préférez-vous que l’Amérique reste la superpuissance mondiale dominante dans le monde?» que Dorsey a refusé de répondre directement en proposant: «Je préfère que nous continuions à aider partout où nous servons».

Cotton a ensuite suggéré à Dorsey et Sandberg que Facebook et Twitter travaillent activement pour le compte du gouvernement des États-Unis d’Améique et n’agissent pas en tant qu’«arbitres neutres et égaux».

Les réponses modérées de Sandberg et Dorsey aux questions de Cotton, clairement à la fois effrayent de dire quoi que ce soit suggérant que leurs plates-formes ne sont pas là pour servir les intérêts du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, ont semblé suggérer qu’ils ont peu d’intérêt à remettre en cause l’hypothèse selon laquelle leur travail consiste à travailler pour la Maison Blanche contre les «mauvais acteurs» du monde entier.

Mark Warner

@MarkWarner

While we have an empty chair for @Google at today’s hearing, I’m encouraged that @Facebook and @Twitter have chosen to constructively engage today and to publicly answer some difficult questions from the Intelligence Committee.

Au cours de l’audience, le sénateur Mark Warner (D-Virginia) a déclaré à Sandberg et à Dorsey que même s’ils avaient «parcouru un long chemin» pour reconnaître la menace des «activités malveillantes» de la Russie sur leurs plates-formes, il y avait encore «beaucoup de travail à faire». Warner a déclaré qu’il était peu probable que Facebook et Twitter puissent combattre seul la Russie sans que le Congrès lui-même agisse, déclarant que «l’ère du Far West dans les médias sociaux touche à sa fin».

En ce qui concerne la censure et l’influence du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique sur les plates-formes de médias sociaux, ce n’est que le début.

Traduction et Titre 2 : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :