A la Une

« La Chine ne permettra pas que sa monnaie continue de chuter »

© AFP 2018 / STR

Une crise se prépare sur les marchés des pays en développement. Les devises de la Turquie, de l’Argentine, d’Afrique du Sud, d’Indonésie et de Chine sont en chute libre et la presse avertit que les investisseurs secouent pour la guerre commerciale entre les Etats-Unis d’Amérique et la Chine et que les monnaies tombent à la suite du yuan. La Chine le permettra-t-elle encore?

C’est la question. Et il faut le faire car les monnaies des pays en développement ont continué à se dévaluer pour la quasi-totalité de 2018. La preuve en est la roupie indonésienne, celle de septembre s’est effondrée pour enregistrer les pires données des 20 dernières années. Le rand sud-africain ne bénéficie pas d’une meilleure situation et le peso argentin a peu manqué de perdre 50% de sa valeur. Les données les plus mauvaises sont la lire turque et ses données, également historiques.

Cependant, les investisseurs observent le yuan avec une préoccupation particulière. Le taux de change de la monnaie chinoise a déjà dépassé 6,9 yuans par dollar, quelque chose qui n’a même pas été vu pendant la crise financière de 2008. La principale raison pour laquelle toutes ces devises sont dévaluées est commune: que le dollar est fort, révèle à Sputnik Jia Jinqing, directeur du Centre de recherche macroéconomique de l’Institut des finances de l’Université de Pékin.

«Le dollar représente plus de 60% du commerce mondial des devises. C’est pourquoi le problème réside dans la manière dont les autres devises interagissent avec la devise des Etats-Unis d’Amérique», explique-t-il.

Par conséquent, comme le soutient Jia Jinqing, les autres devises sont obligées de danser sur le dollar. Et c’est que 40% du commerce mondial des devises est distribué beaucoup plus. La moitié de ces 40% sont thésaurisés par l’euro et 15% par d’autres monnaies nationales. Parmi elles, la livre sterling et le yen japonais. C’est pourquoi insiste-t-il: il faut « prendre en compte l’interaction des monnaies nationales avec le dollar ».

Sujet connexe: La bataille du yuan contre le dollar se poursuit: quelle est la forte croissance de la monnaie chinoise?

Le billet vert presse, et beaucoup, le yuan. Les mauvaises attentes des investisseurs influent sur son taux de change, les ont tous motivés par la confrontation commerciale entre la Chine et les États-Unis d’Amérique. Les données influencent également la production nationale des deux pays, ajoute l’expert. Et même alors, les fluctuations du taux de change restent dans la normale. « En aucune façon, il ne s’agit de fortes fluctuations », a-t-il dit.

L’économie des Etats-Unis d’Amérique progresse régulièrement grâce aux réformes de la Réserve fédérale et aux fiscalités du président du pays, Donald Trump. Et le reste des monnaies, pour suivre le rythme, sont obligées de relever les taux d’intérêt. Mais tous ne peuvent pas. La Chine ne peut pas le faire en pleine guerre commerciale avec les États-Unis d’Amérique, car l’économie, dans ces conditions, ralentit déjà et cela peut faire exploser la croissance économique du pays. La Turquie traverse la même situation. C’est pourquoi il semble logique que les monnaies nationales souffrent. Mais la Chine ne permettra pas que le yuan chute trop, prévient Jia Jinqing.

Cela pourrait vous intéresser: une guerre des devises éclate: quelle menace font les marchés mondiaux?

«Il n’y aura pas de grandes oscillations [entre le dollar et le yuan]. Ils sont maintenant inférieurs à ceux du taux de change du dollar et de l’euro. En outre, sept yuan par dollar est une marque psychologique, il est donc peu probable que nous passions de là. En tout cas, il n’y a pas de raisons macroéconomiques pour que cela se produise. Alors que la Chine a utilisé des ajustements contra-cycliques pour calculer le taux de change du yuan, est orienté par le marché lui-même. Le change ne va donc pas le manipuler», explique-t-il.

En ce qui concerne la Chine avec des « ajustements contra-cycliques », seule sa Banque centrale le sait. La seule chose claire est que ce sont des mesures qui prennent en compte les régulateurs financiers chinois lors du calcul du taux de change du yuan, et qu’ils les adoptent pour éviter la volatilité à court terme.

Certaines mesures que le géant asiatique a déjà prises à plusieurs reprises en période d’instabilité monétaire particulière. « Maintenant il les a encore adoptés », a-t-il indiqué à Sputnik.

Cela pourrait vous intéresser: la bataille du yuan contre le dollar se poursuit: quelle est la forte croissance de la monnaie chinoise?

Pékin ne se rend pas compte que sa monnaie s’affaiblira à long terme. D’une part et dans une certaine mesure, cela favorise les exportateurs en période de guerre commerciale. Mais d’un autre côté, et compte tenu du besoin croissant de la Chine d’importer des hydrocarbures – gaz et pétrole -, que votre monnaie est dévaluée augmentera les coûts de production et, en conséquence que la croissance économique vacille.

« Pour l’instant, il n’y a aucune raison de penser que le yuan continue de chuter pour des raisons internes (…) Une autre chose est la manière dont les investisseurs se comporteront. La pratique a montré que ses décisions ne sont pas prises uniquement en fonction de la situation de certains pays en développement, mais aussi – et dans une plus large mesure – en fonction de la situation financière aux États-Unis d’Amérique », a-t-il conclut.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News


Bloomberg reconnaît que la Russie est capable de défendre sa monnaie

© REUTERS / Kacper Pempel

Au cours de l’année 2018, le rouble a chuté de 17% par rapport au dollar en raison de la crise monétaire des marchés émergents. Cependant, la Russie dispose d’outils suffisants pour défendre sa monnaie nationale, selon le chroniqueur de Bloomberg, Marcus Ashworth.

L’économiste a reconnu que les négociants en bourse ont tendance à être sensibles à la participation des gouvernements dans les activités des Banques centrales et ont rappelé l’exemple récent de la Turquie.

LIRE PLUS: Les clés pour comprendre la crise financière en Turquie

« Cependant, de nouvelles dévaluations du rouble sont loin d’être garanties, la Russie dispose d’outils de défense plus puissants que les autres pays émergents et, dans le même temps, la Banque centrale peut augmenter ses taux chaque fois que cela est nécessaire ».

Ashworth a mis en garde contre d’éventuelles nouvelles sanctions, mais a admis que les nombreuses mesures précédentes n’avaient pas d’impact significatif sur l’économie russe. « A moins que les sanctions n’affectent la dette de l’Etat, l’économie russe pourra y faire face », a-t-il ajouté.

De leur côté, les institutions financières en Russie et aux Etats-Unis d’Amérique ont eu tendance à réduire la pression sur le rouble. Ainsi, la Banque centrale de Russie a reporté les achats de dollars jusqu’à la fin du mois de septembre, tandis que le département du Trésor des Etats-Unis d’Amérique a suspendu les deux dernières adjudications d’obligations.

Sujet connexe: Le ministre exclut le risque de récession en Russie en raison des sanctions des Etats-Unis d’Amérique

Par ailleurs, le vice-ministre russe des Finances, Vladimir Kolichiov, a déclaré à Bloomberg Television que Moscou pouvait racheter ses obligations si nécessaire. En effet, la dette russe ne représente que 13% de son PIB, le rachat d’obligations est donc un problème viable.

En outre, les réserves en devises et en or de la Russie représentent 460 milliards de dollars, et le prix du pétrole ne cesse d’augmenter, selon le chroniqueur de Bloomberg. Par conséquent, le pays dispose d’une réserve financière sécurisée pour racheter sa dette publique.

Si le rouble subit une chute brutale, la Banque centrale augmentera ses taux. La présidente de la Banque centrale de Russie, Elvira Nabiúllina, a annoncé une discussion à ce sujet le 14 septembre. Jusqu’à présent, l’économiste a estimé que l’augmentation des taux était une option peu probable.

La rentabilité des obligations d’État est passée de 7% à 9,1% depuis février. Après déduction de l’inflation, le bénéfice a atteint 6% et est l’un des taux les plus élevés au monde. Par conséquent, les sanctions économiques n’ont pas poussé les investisseurs à quitter la Russie.

PLUS ICI: les investisseurs russes haussent-ils les épaules à cause des sanctions des Etats-Unis d’Amérique?

Selon les données citées par Kolichiov, le montant des obligations russes détenues par des investisseurs étrangers n’a été réduit que de 8% après l’imposition de sanctions.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Comment on « La Chine ne permettra pas que sa monnaie continue de chuter »

  1. Si 60% des transactions internationales sont libellées en dollars, cela signifie deux choses: 1-l’Amérique, dispose de la puissance financiére d’acheter l’ensemble des transactions qui se font en billet vert. 2- Les pays qui effectuent ces transactions avec le dollar détiennent les sommes correspondantes.
    Or en économie élementaire, on sait que si un pays fait l’objet d’achat de ses devises, il doit les racheter pour équilibrer la balance. Rien ne se fait concernant les USA.
    En outre, on doit bien admettre que les billets en circulation doivent répondre à leur équivalence en or.
    Les pays détenteurs de dollars et d’obligations américaines sont -ils en mesure de réclamer de l’or en contrepartie de leurs avoirs?
    Si c’est non, à quoi servira-t-il de disposer d’une monnaie dont la valeur réside uniquement dans la confiance qu’on lui accorde?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :