A la Une

Les Pays-Bas cessent d’apporter leur soutien aux militants syriens et aux Casques blancs depuis qu’Assad «va bientôt gagner»

Un combattant rebelle devant un bus à destination d’Idlib près de Jobar, à Damas, en Syrie 26 mars 2018 © Omar Sanadiki / Reuters

Les Pays-Bas ont décidé de mettre fin à leur soutien aux militants en Syrie, car le programme n’a pas donné de résultats «attendus». Le mouvement intervient alors que des journalistes ont découvert qu’un des groupes avait été qualifié de terroriste par le pays lui-même.

« La possibilité de changer rapidement la situation [en Syrie] est extrêmement faible », lit-on dans la lettre de la chambre basse du parlement néerlandais, Stef Blok, et du ministre du commerce extérieur, Sigrid Kaag, annonçant la fin des programmes de soutien pour les militants en Syrie.

Le programme de soutien aux groupes antigouvernementaux «modérés» en Syrie a été établi en étroite coopération avec des donateurs aux vues similaires qui poursuivaient les mêmes objectifs que les Pays-Bas et a coûté au pays plus de 80 millions de dollars au fil des ans, selon le document. Il n’a pas réussi à « apporter les résultats escomptés », et doit être fermé depuis que les troupes syriennes « vont bientôt gagner » la guerre contre les groupes militants.

Au fil des ans, les Pays-Bas ont alloué 29 millions de dollars (25 millions d’euros) au programme dit «d’assistance non létale», 14,5 millions de dollars (12,5 millions d’euros) ont été versés aux «casques blancs» et 17,1 millions de dollars (14,8 millions d’euros) ont été alloués au programme d’accès à la justice et au service communautaire (AJACS). L’AJACS aurait été conçue pour soutenir le travail de «police communautaire» en Syrie, en particulier le groupe appelé Police syrienne libre (PSL, FSP).

Le soutien aux militants devrait prendre fin immédiatement, mais les Casques blancs seront financés jusqu’en décembre, selon le document. Étant donné que les Casques blancs opèrent désormais uniquement dans la province d’Idlib, considérée comme la destination de l’offensive imminente de l’armée syrienne et de ses alliés, leur avenir est douteux, selon le document.

Frederike Geerdink

@fgeerdink

what a . @Nieuwsuur reports that dutch government gave military support to several so-called ‘moderate’ groups in , for example sjabbat al shamiya. simultaniously prosecutors prosecute a dutch citizen who joined sjabbat al shamiya on terrorism charges.

La décision a été prise par les deux journaux néerlandais – Nieuwsuur et Trouw. Selon leur rapport, 22 groupes militants armés étaient sujets à recevoir des fournitures via le programme de l’ALN. Les biens «non létaux» fournis par le gouvernement néerlandais comprenaient des téléphones par satellite, des uniformes, divers équipements et même les camionnettes Toyota Hilux «emblématiques», largement utilisées par divers groupes militants en Syrie.

Au moins un des groupes fournis par les Pays-Bas, Jabhat al-Shamiya, a été qualifié de groupe terroriste par le département de la justice du pays, ont révélé les journalistes. Un Hollandais est actuellement poursuivi pour avoir rejoint le groupe en 2015, l’acte d’accusation le décrivant comme un mouvement «salafiste et djihadiste» qui ne peut être qualifié que d’«organisation criminelle à but terroriste». Le but ultime du groupe est la création d’un «califat», selon l’accusation.

Selon le rapport d’enquête, cinq autres groupes militants que les journalistes ont réussi à identifier ont également été impliqués dans des violations des droits de l’homme et ont coopéré avec des groupes terroristes. Plus d’informations sur les militants seront publiées par les deux journaux dans les prochains jours.

L’ampleur du soutien apporté par les Pays-Bas aux terroristes en Syrie pourrait être encore plus grande, car les autres destinataires ouvertement nommés dans la lettre du gouvernement sont pour le moins controversés.

Le FSP opère exclusivement dans la province syrienne d’Idlib, largement contrôlée par la branche locale d’Al-Qaida, le Front Al-Nusra (désormais rebaptisé Hayat Tahrir al-Sham). Le FSP a été mis en vedette en décembre dernier, lorsque la BBC a diffusé l’émission Panorama intitulée «Les djihadistes que vous payez». Le programme affirmait que les agents de la FSP devaient être approuvés par les hommes d’affaires d’Al-Nusra pour s’enrôler dans la «force de police».

À la suite de la diffusion du programme, le Foreign Office britannique a suspendu le financement du FSP par le biais du programme AJACS et l’a complètement terminé en août.

Les Casques blancs ont également été accusés à plusieurs reprises coopérer étroitement avec les groupes djihadistes et de servir efficacement de branche médiatique. Le groupe s’est présenté comme une force de volontaires et la «défense civile» de la Syrie. Les Casques blancs ont été largement salués en Occident et ont même reçu un Oscar pour un film «documentaire». Les preuves croissantes suggèrent toutefois qu’ils ont participé activement à d’autres types de «réalisation de films», à savoir la mise en scène d’attaques chimiques qui ont été imputées au gouvernement syrien.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :