A la Une

L’Europe, incapable de se protéger du «dragon» chinois

© AP Photo / Ng Han Guan

La guerre commerciale entre les Etats-Unis d’Amérique et la Chine pourrait jouer entre les mains de l’Europe, mais le vieux continent n’a pas encore compris et hésite.

C’est ce qu’a déclaré Alicia García Herrero, économiste en chef de la banque internationale française Natixis à Hong Kong. L’expert a déclaré qu’il est temps que l’Europe renonce à ses illusions et investisse davantage dans la recherche.

Dans une interview avec le journal Le Monde, García Herrero a déclaré que, pour le moment, le géant asiatique tente d’établir une coopération plus étroite avec l’UE.

La crise pourrait être une véritable opportunité pour l’Europe tant que l’Union européenne déciderait de « ne rien faire ». Il est important de ne pas intervenir et d’éviter de soutenir la Chine ou les Etats-Unis d’Amérique dans la guerre commerciale actuelle, a déclaré Garcia Herrero. Actuellement, l’Union européenne exporte 2,5% de son produit intérieur brut vers les États-Unis d’Amérique et un tiers de ce pourcentage vers la Chine, mais cela pourrait changer et le chiffre pourrait augmenter.

« Les Chinois sont probablement prêts à faire des concessions, ils pensent à des secteurs dont l’ouverture profite davantage aux Européens », estime l’expert financier.

Selon lui, l’Europe doit cesser de se tromper et comprendre qu’elle est trop petite par rapport à la Chine; même l’Allemagne manque de poids suffisant. Pendant ce temps, l’UE disperse ses efforts et investit très peu dans la recherche et le développement.

En 2017, 80% des acquisitions chinoises en Europe ont concerné des entreprises de haute technologie. En conséquence, l’Europe est inférieure à la Chine sur le plan technologique et le pays asiatique sera en mesure de mettre en œuvre le programme de développement jusqu’en 2025 et de devenir le leader mondial dans 10 industries clés.

« L’UE parle de la nécessité de se défendre, mais elle ne peut pas former une organisation pour contrôler les investissements étrangers comme celui qui existe aux Etats-Unis d’Amérique (Foreign Investment Committee ou CFIUS, pour son acronyme en anglais) ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :