A la Une

Zuckerberg admet que les médias sociaux sont une arme, affirme Facebook dans sa « course aux armements » contre les « mauvais acteurs »

© Charles Platiau / Reuters

Si vous aviez le moindre doute sur le fait que Facebook ne soit plus qu’un véhicule de la censure du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique et de la propagande occidentale, un récent post du Washington Post de Mark Zuckerberg devrait éliminer toute ambiguïté.

Mark Zuckerberg admet que «protéger la démocratie» est une «course aux armements» et réaffirme l’engagement de Facebook à gagner. En d’autres termes, Zuckerberg nous dit que les médias sociaux sont une arme – et qu’il a choisi un camp.

Car, ne travaillons pas sous la fausse illusion que Facebook se soucie de la démocratie partout. Dans le monde de Zuckerberg, il y a des méchants et des bons – et il compte sur les bons pour lui dire quoi.

Le problème est que, par coïncidence, les bons semblent toujours être liés à l’Occident et aux gouvernements liés à l’Occident – et les méchants arrivent toujours à être ceux que les gouvernements ne semblent pas aimer beaucoup. Un casse-tête que je suis sûr était totalement involontaire et que Facebook travaille sans aucun doute très dur à comprendre. Comme il le dit dans le Post, Facebook travaille très dur pour «améliorer ses défenses» contre toute forme d’influence injuste ou néfaste et a fait de son mieux pour éliminer les «faux comptes et le mauvais contenu» ces derniers mois.

Les comparaisons militaires («course aux armements» et «amélioration de nos défenses») sont peut-être plus adaptées que ce que Zuckerberg avait même prévu, car il a choisi de travailler en partenariat avec le Conseil atlantique, qui fonctionne essentiellement comme une aile de lobbying du pouvoir pour l’OTAN, faisant campagne au nom de l’organisation militaire dirigée par les Etats-Unis d’Amérique et défendant ses guerres et ses «interventions» à travers le monde.

D’une manière détournée, l’opinion de Zuckerberg est involontairement honnête, parce qu’on peut en déduire beaucoup plus de ce qu’il ne dit pas que de ce qu’il dit.

Curieusement, bien qu’elle ait fourni une liste d’actions que Facebook a prises contre ce que Zuckerberg appelle les «mauvais acteurs» en ligne, les psyops et la manipulation des médias sociaux orchestrés par les gouvernements occidentaux – principalement les gouvernements états-unien d’Amérique, britannique et israélien une mention passagère dans son op-ed. C’est étrange, compte tenu de son engagement sincère et profond dans la lutte contre les fausses nouvelles et la désinformation. Clairement, les petites fées de la démocratie qui chuchotent à l’oreille chaque jour doivent avoir oublié de les mentionner. Je veux dire, laissez le gars faire une pause. C’est une grande responsabilité d’avoir le destin de la démocratie sur vos épaules.

Mais disons que quelqu’un a glissé une note sur le bureau de Zuckerberg à propos de choses vraiment néfastes qui se passent sous son nez depuis des années. Que pourrait-il dire?

Eh bien, il pourrait mentionner un rapport publié en 2011 dans le journal The Guardian qui a révélé que le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique était en train de mettre au point un logiciel conçu par l’armée des Etats-Unis d’Amérique pour simuler des identités en ligne afin d’influencer les conversations en ligne et diffuser la propagande pro-Américaine. Pire encore, ce n’était même pas un secret.

Pour construire sa campagne d’influence, le United States Central Command (Centcom) a attribué un contrat à une société californienne pour développer un «service de gestion de personnes en ligne» permettant à un technicien de contrôler jusqu’à dix fausses identités différentes, que le contrat énoncé doit être convaincant et avoir des histoires de fond convaincantes et crédibles. Mais ne vous inquiétez pas, CENTCOM a déclaré qu’il s’agissait de lutter contre le terrorisme, qu’ils ne ciblaient pas Facebook ou Twitter et qu’ils essayaient seulement de tromper les étrangers qui parlent des langues comme «l’arabe, le farsi, l’ourdou et le pachto» – ainsi, pas de problème alors. Je veux dire, s’ils le disent, ça doit être vrai.

La note à Zuckerberg pourrait également mentionner qu’en 2015, l’armée britannique a annoncé avec fierté qu’elle développait une nouvelle brigade spécialisée dans la guerre psychologique sur les médias sociaux. La « 77ème Brigade«  emploie des « guerriers » des médias sociaux (les Russes ont des « trolls » et des « bots » – mais le Royaume-Uni a des « guerriers ») qui utilisent un « engagement non létal et des leviers non militaires légitimes pour adapter leurs comportements » en ligne – une façon assez longue de dire: «Nous faisons de la propagande».

RT

@RT_com

There’s no telling the lengths to which US has gone, or will go, to export and protect its preferred version of ‘democracy’ around the world https://on.rt.com/9dpx 

US has long history of sticking its political nose where it doesn’t belong — RT World News

A senior Russian diplomat claims the US is attempting to meddle in Russian elections. If true, it certainly wouldn’t be the first time America stuck its proverbial nose where it doesn’t belong – and…

rt.com

On sait également que le GCHQ britannique et la NSA des États-Unis d’Amérique ont mis en place des programmes complets visant à discréditer les adversaires en ligne par le biais de campagnes de désinformation sophistiquées impliquant de faux e-mails et des billets de blog.

Au début de cette année, l’armée israélienne a mis en place son «Centre des opérations de conscience», décrit par Haaretz comme «une nouvelle unité de guerre psychologique du« soft power »». Bien sûr, ce n’était pas la première tentative d’Israël de manipuler des opinions en ligne. L’armée israélienne a déjà investi dans des programmes similaires, le gouvernement annonçant en 2013 qu’elle était disposée à payer des étudiants israéliens pour diffuser des informations pro-israéliennes en ligne. L’IDF est connue pour être active sur 30 plates-formes, dont Facebook, Twitter, YouTube et Instagram, et opère en six langues. Mais le centre des «opérations de conscience» s’inscrit dans un nouveau mouvement visant à «influencer l’opinion ennemie et occidentale sur les mouvements militaires d’Israël» par le biais des médias sociaux et d’autres plateformes en ligne.

L’esprit de Zuckerberg s’en va quand il entend tout cela. Nul doute qu’il irait directement au Capitol Hill et exigerait une explication immédiate.

Facebook a fermement ignoré toute preuve que ces gouvernements sont engagés dans des campagnes d’influence massives en ligne parce qu’ils sont les « bons », alors ce qu’ils font en ligne importe peu. En fait, c’est pire que ça. Facebook ne se soucie pas seulement de ce que font ces gouvernements, il les aide activement à le faire.

Un exemple récent a été la suppression temporaire de la page anglaise de Telesur sur Facebook sans explication. Telesur est l’une des seules sources d’information en langue anglaise sur le Venezuela qui offre une perspective différente de celle de Washington. Une coïncidence, sûrement.

Il y a ensuite le fait que Facebook a supprimé les comptes des activistes palestiniens à la demande du gouvernement israélien, comme l’a indiqué Intercept l’année dernière. Sur une période de quatre mois, Facebook a supprimé 95% des comptes exigés par Tel Aviv. Il est important de noter que «demandé» est le mot correct ici, étant donné qu’Israël a menacé Facebook de nouvelles lois qui les auraient obligés à se conformer aux ordres de suppression s’ils ne le faisaient pas volontairement.

Dans son éditorial, Zuckerberg affirme (correctement) que les plates-formes de médias sociaux telles que Facebook sont ciblées par des «adversaires sophistiqués et bien financés» qui commencent à se montrer plus intelligents. Mais il ne peut tout simplement pas être pris au sérieux tout en ignorant la preuve évidente que les gouvernements mêmes et les «vérificateurs de faits» avec lesquels il est si désireux de «combattre» la désinformation sont profondément impliqués dans cette activité exacte.

En réalité, on ne peut pas s’attendre à ce que Zuckerberg se soucie de cela. Lors d’une audition de la commission sénatoriale du renseignement mercredi, la directrice des opérations de Facebook, Sheryl Sandberg, a confirmé que Facebook agissait volontairement au nom du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique lorsqu’elle a assuré aux sénateurs que la plate-forme n’agirait jamais pour une « puissance étrangère hostile » ou ses militaires.

Mais les cadres de Facebook sont une chose et les médias en sont une autre. Alors que les journalistes occidentaux ont cherché à tirer le meilleur parti possible des articles sur l’ingérence russe en ligne, ils ont manifesté curieusement peu d’intérêt pour les campagnes de propagande en ligne menées par leurs propres gouvernements.

 Danielle Ryan

Danielle Ryan est une rédactrice indépendante irlandaise basée à Dublin. Son travail a été publié dans Salon, The Nation, Repenser la Russie, teleSUR, RBTH, The Calvert Journal et d’autres. Suivez-la sur Twitter @DanielleRyanJ

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :