A la Une

La nouvelle proposition de la Turquie à la Russie sur Idlib

Le 11 septembre, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a déclaré lors d’une conférence de presse à Bucarest que si les attaques du régime syrien et russes contre la province syrienne d’Idlib cessait, la Turquie était prête à « collaborer avec tous les partenaires » dans la région.

«Pourquoi faudrait-il tuer beaucoup de civils, de femmes et d’enfants?», A demandé Çavuşoğlu. «Nous pouvons faire un pas en avant pour trouver une solution». Il a qualifié la Russie, l’Iran, la France et la Grande-Bretagne de partenaires, tout en ajoutant «et tous les partenaires» en Syrie, sans nommer particulièrement le régime syrien.

La Turquie a dégradé ses relations avec le gouvernement de Bachar al-Assad en Syrie en 2012, affirmant qu’il ne pouvait y avoir de solution avec Al-Assad au pouvoir dans le pays.

La déclaration de Çavuşoğlu intervient quelques heures après une déclaration du vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, qui a déclaré que : «tout ce qui se trouve dans les positions de la Russie et de la Turquie sur la Syrie ne peut pas correspondre à 100%, mais les parties cherchent un dénominateur commun.» Ryabkov a également déclaré qu’ils «s’efforçaient» de trouver le «plus grand dénominateur commun», pas le «moins» avec la Turquie sur la Syrie.

La Turquie avait franchi une étape importante avant la réunion de Téhéran le 7 septembre entre le président turc Tayyip Erdoğan, le président russe Vladimir Poutine et le président iranien Hassan Rouhani, en plaçant silencieusement Hayat Tahrir al Sham (HTS) sur la liste des organisations terroristes. Le HTS a été fondé lors du démantèlement d’al-Nusra, affilié à al-Qaïda, en 2017. Ce faisant, la Turquie a transmis deux messages importants aux parties sur le sol syrien. Le premier message a été adressé à la Russie, à l’Iran, aux Etats-Unis d’Amérique et à d’autres pays, indiquant que la Turquie était prête à combattre les terroristes, en comprenant qu’elle les séparait des civils. Le deuxième message s’adressait aux membres du HTS qui pourraient profiter de cette opportunité pour abandonner le groupe afin de ne pas être ciblé par la Turquie et d’autres.

Dans son article pour le Wall Street Journal du 11 septembre, où le président Erdoğan a déclaré que la Syrie, soutenue par la Russie, ne devait pas utiliser la lutte anti-terroriste comme prétexte pour achever tous les groupes d’opposition du pays, il ouvrait probablement la voie à un tel mouvement. Il n’est peut-être pas très facile de séparer les terroristes des civils, principalement parce qu’ils sont en civil, et non en uniforme de l’armée, ce qui facilite leur intégration avec les locaux ; ils feraient aussi de leur mieux pour menacer les habitants de ne pas les renvoyer. Mais il serait utile d’essayer d’empêcher une nouvelle vague de migration et de flux de terroristes de Syrie vers la Turquie, ce qui pourrait également affecter les États de l’Union européenne. Idlib se trouve à environ 35 kilomètres de la frontière turque.

Les récentes déclarations des parties russe et turque ont également montré que les espoirs n’avaient pas encore été épuisés pour trouver une solution au problème, à la fois pour vaincre les terroristes et pour éviter les pertes civiles, tout en évitant un flux de migrants et de terroristes.

 MURAT YETKİN

Notre commentaire

A condition que les terroristes également formés, équipés et financés par les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés et introduits en Syrie via la Turquie, ne deviennent pas un problème futur pour la paix en Syrie. Il serait aussi difficile pour les populations locales de vivre avec leurs bourreaux qui les ont massacrés et fait subir toutes sortes d’atrocités. Pourquoi la Turquie qui a accepté depuis le début de la guerre ces terroristes en a-t-elle peur maintenant et ne veut plus les accueillir sur son territoire, puisque ce sont des «anges» qu’ils ont façonné ? Pourquoi la Turquie refuse-t-elle de négocier avec les éléments kurdes du PKK et souhaite plutôt si possible les exterminer ? Il n’est pas possible de demander aux autres de faire ce que l’on refuse d’appliquer soi-même chez soi.

MIRASTNEWS

Traduction : MIRASTNEWS

Source : DAILY NEWS


La coalition internationale dit vouloir attaquer les derniers fiefs de Daech en Syrie

Une base militaire américaine en Syrie. (Photo d’archives)

La coalition internationale dirigée par les États-Unis vient d’annoncer sa décision d’attaquer la Syrie dans les plus brefs délais.

Le porte-parole de la coalition internationale dirigée par les États-Unis a annoncé, le mardi 11 septembre, la décision de la coalition d’attaquer les positions des terroristes de Daech en Syrie dans les plus brefs délais.

« Cette opération sera bientôt lancée sous le commandement des Forces démocratiques syriennes », a-t-il déclaré sans donner plus de détails.

Ces commentaires du porte-parole de la coalition interviennent alors que des médias font part du début d’une opération militaire aux alentours de la ville de Hajin, dans la province de Deir ez-Zor, l’un des derniers fiefs des terroristes de Daech en Syrie.

Lire aussi : Idlib : les USA préparent un plan en trois étapes

Les États-Unis et un certain nombre de leurs alliés ont commencé en 2014 à intervenir en Syrie et en Irak dans le cadre d’une coalition militaire multinationale, une intervention militaire qui n’a jamais été acceptée ni autorisée par le gouvernement syrien.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées majoritairement des Kurdes, bénéficient d’un large soutien de la coalition américaine et elles contrôlent des régions dans le nord et l’est de la Syrie.

Dans la foulée, un haut responsable des FDS, qui a préféré rester anonyme, a déclaré que les éléments des FDS, secondés par la coalition internationale, avaient lancé une attaque d’envergure contre le dernier fief de Daech dans l’est de la Syrie.

Lire aussi : Syrie : les Marines US entraînent les commandos terroristes à al-Tanf

« Des avions de chasse de la coalition internationale bombardent régulièrement la ville de Hajin et les combats risquent de s’intensifier en raison de nombreuses fortifications dont dispose Daech », a ajouté la même source.

Elle a souligné que les FDS entendaient prendre le contrôle de Hajin et mettre fin à la présence de Daech dans cette région.

Une source proche de l’opposition syrienne a recensé 17 terroristes de Daech tués depuis le début de cette opération.

Source: Press TV

1 Comment on La nouvelle proposition de la Turquie à la Russie sur Idlib

  1. josephhokayem // 12 septembre 2018 à 21:11 // Réponse

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :