A la Une

Les Etats-Unis d’Amérique ne veulent pas reconnaître leur défaite en Syrie – sont ils prêts à aller en Guerre mondiale ?

© AP Photo / Hussein Malla

Les Etats-Unis d’Amérique ne veulent pas reconnaître leur défaite en Syrie

Le cynisme des Etats-Unis d’Amérique ne cesse de surprendre. Lorsque Washington se rend compte que son dernier bastion en Syrie, la province d’Idlib, où il y a environ 50 000 terroristes qui ont tant coûté aux États-Unis d’Amérique pour s’entraîner et se rassembler, est sur le point d’être pris par Damas, les dirigeants ont pris la décision de recourir aux «fausses informations» pour ne pas être vaincus.

Si nous devons utiliser la force, c’est parce que nous sommes les États-Unis d’Amérique.

Nous sommes la nation indispensable. Nous voyons plus loin dans le futur

(ancienne secrétaire d’Etat Madeleine Albright)

Comme on le sait, ils ont immédiatement accusé le président syrien, Bachar al-Assad, d’avoir approuvé une attaque chimique contre Idlib. Par la suite, ils ont transféré leurs mercenaires des Casques blancs dans la ville de Yisr al Shugur, la « capitale » de Tahrir al Sham – anciennement appelée le Front al-Nusra, une branche d’Al Qaeda – dans la région pour enregistrer une attaque présumée au chlore gazeux contre la population civile dans quatre villes de la province.

Selon des défenseurs des droits humains, 30 membres des Casques blancs sont arrivés de Turquie avec des bidons de chlore gazeux fournis par la société de sécurité britannique Olive, dont les membres participeraient également à la simulation d’une opération de sauvetage. La presse mondiale comme Al Jazeera, Reuters, l’Agence France Presse, DPA, Associated Press, CNN, FOX News, entre autres, ont immédiatement appelé Idlib à « rendre compte de l’attaque de l’armée syrienne par des gaz chimiques » contre la population d’Idlib. Cette attaque de faux drapeau était déjà dans les plans de la Maison Blanche depuis longtemps pour assurer sa permanence à Idlib. En août, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique aux Nations Unies, Nikki Haley, a averti que « Washington sait qui utilisera des armes chimiques à Idlib ».

LIRE PLUS: Idlib, la dernière possibilité d’intervention occidentale dans le conflit syrien?

Au même moment, le 22 août, le conseiller de Donald Trump en matière de sécurité nationale, John Bolton, a menacé le gouvernement syrien en disant que « si Damas décide d’utiliser des armes chimiques, nous allons répondre avec une telle force, qu’ils (les Syriens) vont le regretter pendant longtemps. » La simulation d’une attaque avec des armes chimiques est nécessaire pour que les Etats-Unis d’Amérique préservent quelque 50 000 terroristes de l’Etat islamique, d’Ahrar al Sham, de Tahrir al Sham (Al Qaeda), de Jabhat Fateh al Sham (en face de Nusra), dont les militants sont pour la plupart des étrangers originaires d’une centaine de pays, parmi eux l’Ouzbékistan et la Tchétchénie (Russie), selon le Centre russe pour la réconciliation en Syrie.

Comme l’armée arabe syrienne a libéré le pays, les terroristes ont profité de l’initiative des Nations Unies pour créer des «couloirs humanitaires» pour les combattants qui voulaient abandonner la résistance au gouvernement syrien et déménager dans d’autres villes. Donc, petit à petit, et aussi avec l’aide des États-Unis d’Amérique, d’Israël et de l’Arabie Saoudite, les moudjahidines ont quitté Alep, Al Raqa, Homs, Guta Est, Daraa, Al Quineitra et d’autres villes libérées à Idlib.

LIRE AUSSI: Russie: la plus grande partie de la zone démilitarisée d’Idlib est sous contrôle des insurgés

L’envoyé spécial des Etats-Unis d’Amérique à la Coalition mondiale contre l’Etat islamique, Brett H. McGurk, a déclaré l’année dernière que «la province d’Idlib est le plus grand refuge d’Al-Qaïda depuis le 11 septembre». Les Etats-Unis d’Amérique, Israël et l’Arabie Saoudite ont besoin de leurs «extrémistes» pour une tâche future liée au changement de régime en Syrie, en Iran et au Yémen. Le dernier pays est considéré par les stratèges de Washington comme l’un des principaux lieux de réduction de l’influence de l’Iran au Moyen-Orient.

Sans ses «extrémistes», le Pentagone aurait déjà perdu sa base militaire d’Al Tanaf, en Syrie, d’où une future attaque contre l’Iran est prévue. De l’extérieur, cette base marine est protégée par l’État islamique. Les Russes ont déjà averti les Américains d’une éventuelle attaque contre des terroristes autour d’Al Tanaf. N’oublions pas non plus que des milliers de ces terroristes ont été transférés par la CIA en Afghanistan pour renforcer le prétexte que les troupes des Etats-Unis d’Amérique restaient dans ce pays.

Actuellement, la ville d’Idlib est entourée par des soldats du gouvernement syrien, des détachements iraniens et des membres du Hezbollah libanais, selon les informations publiées par Debka. Les avions russes ont déjà effectué plus de 70 frappes aériennes contre les installations militaires et les dépôts d’armes terroristes à Idlib, ce qui a alarmé Washington.

Vidéos: des avions russes attaquent les positions de Frente al Nusra à Idlib

Le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump n’a pas attendu pour avertir que « le président Bachar al-Assad ne devrait pas attaquer la province d’Idlib, les Russes et les Iraniens commettraient une grande erreur humanitaire en participant à la tragédie humaine » qui produirait quelque 800 000 réfugiés. Idlib est une province du nord-ouest de la Syrie, à la frontière de la Lattaquié, d’Alep et de Hama, à la frontière avec la Turquie. Justement, à partir d’Idlib, des extrémistes islamiques ont lancé des drones avec des explosifs contre la base militaire russe Hmeymim située à Lattaquié. Plus de 70 de ces appareils ont déjà été détruits par les systèmes antiaériens russes.

Lors de la récente réunion à Téhéran entre le président iranien Hassan Rohani, son homologue turc Recep Tayyip Erdogan et le président russe Vladimir Poutine, un consensus sur l’attaque finale contre les djihadistes à Idlib a échoué en raison de la décision de la Turquie pour promouvoir l’«acceptation du cessez-le- feu pour éviter l’effusion de sang» et ne pas confondre les forces de l’opposition au gouvernement de Bachar al-Assad avec les terroristes. En fait, cette position de la Turquie, qui coïncide avec le point de vue de Donald Trump, reflète les intérêts turcs orientés vers l’intégration de la province d’Idlib sur son territoire.

Les Turcs sont en faveur d’une «opération de contre-espionnage international avec le soutien de l’armée syrienne libre» (ASL) stationnée à Afrin, Azaz, Garabalus et Al Bab. Avant ce groupe d’opposition le gouvernement actuel de la Syrie a été financé et armé par le Pentagone et la CIA, mais en raison de leur incapacité et le refus de se battre, les Américains ont décidé de l’abandonner. Les Turcs ont profité de cette situation et ont pris le contrôle de quelque 35 000 combattants présumés de l’ASL. Actuellement, la Turquie compte environ 30 000 soldats en Syrie.

Turquie: une opération de Damas à Idlib comporterait de grands risques

Ni la Russie ni l’Iran ne sont d’accord avec la position de la Turquie pour séparer les djihadistes en «bons et mauvais», car pour ces pays «le meilleur djihadiste est le djihadiste mort». Selon Fox News, Vladimir Poutine a insisté sur la nécessité de « l’anéantissement total des terroristes en Syrie » pour que Damas reprenne son territoire national alors que le président iranien Hasan Rohani considérait comme inévitable une opération de contre-espionnage pour « nettoyer Idlib des terroristes ».

Par ailleurs, les Etats-Unis d’Amérique ne veulent pas perdre Idlib comme leur dernier « bastion » en Syrie et leurs alliés européens ont peur, selon le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, de l’attaque de l’armée syrienne avec l’aide des Russes « Cela disperserait quelque 15 000 terroristes d’Europe, dont beaucoup retourneraient dans leur pays, ce qui mettrait en danger la sécurité nationale de l’Union européenne. » Le Drian a sympathisé avec la position de la Turquie s’opposant à l’offensive militaire syro-russe à Idlib.

Malgré l’opposition turque, le gouvernement de Bachar al-Assad est déterminé à prendre la province d’Idlib et la seule chose qui le retient est la présence de troupes turques dans certaines régions de la province. Tout est une question de temps. La Turquie n’aura d’autre choix que de donner son approbation à l’offensive. Les Etats-Unis d’Amérique dans cette situation ne peuvent pas faire grand-chose sauf mettre en scène une autre provocation sous un «faux drapeau» en utilisant une prétendue attaque chimique de Damas et sous ce prétexte, en bombardant les troupes gouvernementales syriennes qui ont encerclé Idlib. Et alors, que peuvent-ils faire?

Ils n’ont pas de troupes, leurs mercenaires moudjahidines sont désorganisés et leur ex-partenaire turc, Erdogan, est actuellement impliqué dans un jeu géopolitique avec l’Iran et la Russie pour préserver les intérêts de la Turquie dans la région. Le Pentagone a envoyé le destroyer USS The Sullivans dans le golfe Persique avec 56 missiles de croisière et a stationné le bombardier stratégique B-1B, équipé de 24 missiles air-sol, sur la base aérienne du Qatar, Al Udeid.

Cela pourrait vous intéresser: la Russie avertit l’Occident de ne pas jouer avec le feu à Idlib

 Cependant, les généraux des Etats-Unis d’Amérique savent bien que plusieurs navires de guerre et sous-marins russes se trouvent également dans la même zone. Washington tente également de convaincre ses alliés français, britanniques et allemands de participer à d’éventuelles attaques contre la Syrie, connaissant les limites de la guerre de ses principaux alliés de l’OTAN.

Il s’agit d’utiliser les médias avec un grand déploiement dans le style du nouveau «shérif» autoproclamé du monde, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, qui a menacé Assad d’une action «très dure et très forte» contre Damas. Les médias mondialisés ont également « divulgué » des informations supposément réservées selon lesquelles le Pentagone n’excluait pas la possibilité de bombarder également des positions russes en Syrie.

Tout le monde sait que ce serait une action complètement absurde qui pourrait déclencher une guerre déjà mondiale pour laquelle ni les Etats-Unis d’Amérique ni ses alliés de l’OTAN et d’Israël ne sont prêts, surtout maintenant que l’alliance militaire entre la Russie et la Chine se renforçait lors des derniers exercices militaires de Vostok. L’Iran fait également partie de cette union qui assure sa survie contre l’agressivité des États-Unis d’Amérique et d’Israël.

© Sputnik.
Les exercices les plus nombreux commencent dans l’histoire moderne de la Russie

Récemment, le célèbre professeur des universités Columbia et Harvard, Jeffrey Sachs, a expliqué en deux minutes sur MSNBC Morning News la guerre en Syrie: « C’est à cause de nous, nous avons commencé la guerre pour mettre fin à Assad ». débattu au Congrès, jamais expliqué au peuple des Etats-Unis d’Amérique, nous avons créé le chaos … un désastre produit par la CIA, par l’Arabie saoudite, qui a utilisé l’État islamique, qui a provoqué l’entrée de la Russie dans le scénario syrien … La CIA voulant garder la Russie et l’Iran hors de Syrie, mais il n’y a aucun moyen de le faire, nous déchaînons une guerre de pouvoir qui a déjà coûté la vie à 600 000 Syriens et forcé le déplacement de 10 millions d’habitants du pays… ou ce que nous devons faire maintenant, c’est quitter la Syrie et cesser de lancer des missiles pour éviter une confrontation avec la Russie. »

J’espère que les dirigeants des Etats-Unis d’Amérique le comprendront!

Vicky Peláez


L’avis de l’auteur ne correspond pas nécessairement à celui de SPUTNIK

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Comment on Les Etats-Unis d’Amérique ne veulent pas reconnaître leur défaite en Syrie – sont ils prêts à aller en Guerre mondiale ?

  1. josephhokayem // 14 septembre 2018 à 19:58 // Réponse

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :