A la Une

Poursuite de l’esprit du colonialisme des USA – L’Intervention militaire au Venezuela «à la table», déclare le secrétaire général de l’OEA

Le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, salue les gens lors de sa visite à la frontière Colombie-Venezuela sur le pont international Simon Bolivar à Cucuta, en Colombie, le 14 septembre 2018. © Carlos Eduardo Ramirez / Reuters

Le chef de l’Organisation des États américains (OEA), accusé par le président vénézuélien Nicolas Maduro d’être un «agent de la CIA», affirme qu’une intervention militaire contre Caracas ne doit pas être exclue en réponse à la crise actuelle.

Le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, a laissé entendre que le bloc pourrait envisager une action militaire contre le Venezuela s’il manquait d’options diplomatiques dans le but d’alléger le sort des populations du pays frappé par la crise.

« En ce qui concerne une intervention militaire visant à renverser le régime de Nicolas Maduro, je pense que nous ne devrions exclure aucune option », a déclaré vendredi M. Almagro.

Les Vénézuéliens ont fui vers les pays voisins en raison de la pénurie de nourriture et d’eau, de l’inflation et du chômage chez eux.

Almagro terminait son voyage de trois jours en Colombie, qui a été lourdement touché par le mouvement de retour des réfugiés du Venezuela. On estime que quelque 3 000 Vénézuéliens traversent le pays chaque jour. Le Brésil, le Pérou, l’Équateur et le Chili ont également partagé le fardeau des réfugiés. Le Brésil a déployé des troupes à la frontière pour rétablir l’ordre dans l’État de Roraima après des affrontements violents entre locaux et migrants.

Almagro a fréquemment échangé des coups verbaux avec Maduro. Prenant la parole vendredi dans la ville frontalière colombienne de Cucuta, le chef de l’OEA a qualifié le dirigeant vénézuélien de «dictateur» et de Cucuta «la ville qui illustre le mieux les mensonges de la dictature du Venezuela».

Les commentaires interviennent peu de temps après un reportage explosif dans le New York Times, selon lequel l’administration du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump aurait longtemps conspiré avec un groupe d’officiers vénézuéliens pour déposer Maduro. Les négociations clandestines, qui impliquaient des responsables états-uniens d’Amérique engageant un commandant militaire sur leur propre liste de sanctions, auraient démarré à l’automne 2017 et se sont poursuivies tout au long de l’année dernière.

Selon le NYT, les autorités des Etats-Unis d’Amérique ont finalement décidé de ne pas approuver les conspirateurs, qui avaient demandé à leurs maîtres états-uniens d’Amérique de leur fournir des fournitures matérielles, y compris des radios cryptées.

Face à ce rapport, la Maison-Blanche n’a pas nié avoir participé à des pourparlers secrets avec des officiers mutins. « Le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique entend quotidiennement les préoccupations des Vénézuéliens de tous les horizons – qu’ils soient membres du parti au pouvoir, services de sécurité, éléments de la société civile ou parmi les millions de citoyens forcés par le régime à fuir à l’étranger », a déclaré le Conseil national de sécurité de la Maison-Blanche (NSC) dans un communiqué.

Almagro et Maduro se sont engagés dans une longue guerre de mots, échangeant des insultes et s’appelant «traîtres». En 2016, Maduro accusait Almagro d’être un «agent de la CIA» et de transformer l’OEA en un pion des Etats-Unis d’Amérique. Le chef de l’OEA a ensuite riposté, niant qu’il se trouvait avec la CIA et accusant Maduro de diffamation. «Et votre mensonge, même si cela a été répété mille fois, ne sera jamais vrai», a-t-il écrit à l’époque.

Les Etats-Unis d’Amérique poussent à la suspension du Venezuela de l’OEA, le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique Mike Pompeo exhortant les membres à relancer la procédure pour « envoyer un signal puissant au régime [du président vénézuélien Nicolas] Maduro ».

Lors de la 48ème assemblée de l’organisation en juin, Washington n’a pas réussi à obtenir suffisamment de votes pour la suspension proposée, célébrée comme une victoire de Caracas.

Le Venezuela, cependant, veut quitter le bloc à ses propres conditions. En 2017, elle a officiellement entamé une procédure de retrait et cessera d’être membre d’ici 2019.

Traduction et ajout au Titre : MIRASTNEWS

Source : RT


Le Venezuela redoute une intervention militaire de l’OEA

© Rolando Duarte Source: AFP
Le Venezuela, au bord de la guerre ?

Caracas a dénoncé de récents propos de l’OEA, organisation basée à Washington, pour son incitation à l’intervention militaire contre Nicolas Maduro. Selon le New York Times, les Etats-Unis seraient impliqué dans la préparation d’un coup d’Etat.

Caracas va-t-elle tomber à cause d’une ingérence militaire extérieure ? C’est ce que craint le gouvernement de Nicolas Maduro. Sur Twitter, la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez a ainsi déclaré le 15 septembre que le Venezuela allait dénoncer, devant l’ONU et d’autres instances internationales, le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, que Caracas accuse de «promouvoir une intervention militaire dans [son] pays et [de] menacer la paix en Amérique latine et aux Caraïbes».

Delcy Rodríguez @DrodriguezVen

Venezuela denunciará ante la @ONU_es y otras instancias internacionales a @Almagro_OEA2015 quien de forma vulgar y grotesca ostenta la Secretaría General @OEA_oficial por promover la intervención militar en nuestra Patria y atentar contra La Paz de América Latina y el Caribe!

RT en Español

@ActualidadRT

Almagro afirma que no se debe descartar una intervención militar contra Maduro https://es.rt.com/66r8 

Voir l'image sur Twitter

La veille, lors d’un voyage en Colombie, Luis Almagro s’était effectivement montré ouvert à la possibilité de l’option militaire au Venezuela.

«En ce qui concerne l’intervention militaire pour renverser le régime de Nicolas Maduro, je pense que nous ne devrions exclure aucune option», avait-il annoncé lors d’une conférence de presse à Cucuta, à proximité de la frontière avec le Venezuela. Il a ajouté que le pouvoir vénézuélien, qu’il décrit comme «dictatorial», utilisait «la misère, la faim, le manque de médicaments et des instruments répressifs pour imposer sa volonté politique au peuple».

Dominée par Washington, l’OEA est une organisation qui regroupe tous les pays du continent américain du nord au sud.

Le 8 septembre le New York Times affirmait que des responsables de l’administration Trump auraient rencontré en secret des militaires vénézuéliens opposés au président Nicolas Maduro afin de planifier un coup d’Etat militaire visant à renverser son gouvernement.

Selon un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères brésilien, 11 des 14 pays du groupe de Lima, parmi lesquels l’Argentine, le Brésil, le Chili ou le Mexique, «ont exprimé leur préoccupation et leur rejet de toute démarche impliquant une intervention militaire ou l’exercice de la violence, de la menace ou l’usage de la force au Venezuela». Le groupe de Lima demeure malgré tout opposé au gouvernement vénézuélien, qu’il appelle «à mettre fin aux violations des droits de l’Homme, libérer les prisonniers politiques [et] respecter l’autonomie des pouvoirs».

Lire aussi : «Ils ont dollarisé les prix, je pétrolise le salaire» : Maduro s’engage à relancer l’économie

Source: RT France


Je salue les décisions qui rejettent une intervention au #Venezuela qui ne vise pas seulement à mettre fin au gouvernement du frère Maduro, mais à voler ses ressources et richesses nationales (RRNN). Nous pouvons donc voir où l’empire est intervenu. En Bolivie, nous démontrons que sans interventionnisme, nous nous développons avec dignité et souveraineté.

Saludo las decisiones que rechazan intervención en que no busca solo acabar con el gobierno del hermano Maduro, sino robar sus RRNN. Así podemos ver dónde intervino el imperio. En demostramos que sin intervencionismo nos desarrollamos con dignidad y soberanía.


Le Venezuela et la Chine signent 28 accords dans les domaines de l’énergie, des mines et de la technologie

Le président chinois Xi Jinping et le président vénézuélien Nicolás Maduro lors de la cérémonie d’accueil à Pékin, en Chine, le 14 septembre 2018 / Reuters

La visite du président vénézuélien, Nicolás Maduro, à son homologue chinois, Xi Jinping, a abouti à d’importants accords de « milliards de dollars » pour un développement commun.

Les gouvernements du Venezuela et de la Chine ont signé vendredi 28 accords de coopération dans des domaines stratégiques tels que le pétrole, les mines, la technologie, l’éducation et la culture.

La signature des accords a eu lieu lors de la clôture de la XVIème Commission mixte de haut niveau (CMAN), tenue à Pékin. Le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a souligné que ce sont des investissements de « milliards de dollars » pour le développement partagé, affirme AVN.

Nicolás Maduro

@NicolasMaduro

Jornada de trabajo histórica con el Presidente Xi Jinping en el Palacio del Pueblo. Con el Programa de Recuperación Económica y la firma de 28 acuerdos en diversos ámbitos, damos un gran salto hacia el futuro. ¡Gracias China!

« Nous avons trouvé une voie commune pour une relation de profit partagée qui s’est transformée au cours de ces années en une relation modèle », a déclaré le chef de l’Etat, accompagné sur-le-champ par son homologue chinois, Xi Jinping.

Dans ce contexte, Maduro a souligné que, grâce aux accords conclus par le biais de la commission mixte, le pays sud-américain a pu faire face aux difficultés économiques des 36 derniers mois, aggravées par les sanctions imposées par les États-Unis d’Amérique et l’Union européenne: « Aujourd’hui, le Venezuela est sur pied, luttant et dans les meilleures conditions », a-t-il déclaré.

Pour sa part, Wang Yi, conseiller d’Etat de Chine, a souligné sa volonté de renforcer les relations avec Caracas « en relevant le niveau stratégique global, en lançant la nouvelle page de développement et les relations des deux pays ».

Coopération globale

L’industrie pétrolière est l’un des principaux domaines de la coopération binationale. A cette occasion, Caracas et Pékin ont signé des accords pour augmenter la production d’hydrocarbures dans la zone pétrolière de l’Orénoque, où se trouve l’une des plus importantes réserves de pétrole au monde.

De même, un cahier des charges a été convenu pour le financement de la joint-venture Petrozumano, constituée entre Petróleos de Venezuela (PDVSA) et China National Petroleum Corporation (CNPC).

Sur les 28 accords signés, 14 ont été approuvés ce vendredi à Pékin. Parmi les documents signés figure le mémorandum d’accord relatif à la voie économique de la route de la soie et à la route maritime de la soie du XXIe siècle, ainsi que le renouvellement du programme d’échanges éducatifs pour la période 2018-2023.

Nicolás Maduro

@NicolasMaduro

Con la firma de 28 acuerdos que ratifican nuestro camino de sueños, beneficio mutuo y ganancia compartida, culmina la XVI Reunión de la Comisión Mixta de Alto Nivel China-Venezuela. Nuestros países han alcanzado una relación ejemplar para el bienestar de nuestros pueblos.

En outre, il a été convenu de renforcer les zones de coopération économique et commerciale, ainsi que les progrès des négociations sur le traité bilatéral d’investissement et un pacte de coopération interinstitutionnelle entre les ministères de l’économie des deux pays.

A la fin de la signature des accords, le dirigeant vénézuélien a appelé à la journée « historique » et a assuré que les nouveaux mécanismes signés serviront à renforcer le plan de relance économique qu’il a proposé pour le Venezuela: « Nous faisons un saut dans le futur ».

 Nicolás Maduro
Compte certifié @NicolasMaduro

Notre premier défi consiste à faire en sorte que le Venezuela participe de manière importante à la Foire mondiale de Shanghai en novembre, au cours de laquelle nous pourrons proposer notre offre exportable. Travaillons à la promotion et à l’extension de nos relations d’intérêt mutuel.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT


Les banques britanniques profitent aux frais des gens ordinaires: Travailliste

John McDonnell, membre du parti travailliste britannique

Un membre éminent du Parti travailliste britannique de l’opposition a accusé les banques du pays de profiter continuellement des spéculations au détriment des gens ordinaires, affirmant que si le parti montait au pouvoir, il ne permettrait pas aux banques de redevenir les «maîtres de l’économie».

John McDonnell, porte-parole du ministère du Travail, a déclaré dans un discours prononcé samedi que son parti imposerait des taxes plus élevées et une réglementation plus stricte sur les banques afin d’atténuer la pression sur le public causée par les échecs répétés du secteur financier.

«La leçon principale est la suivante: ne laissez jamais le secteur financier devenir le maître de l’économie alors qu’il devrait être le serviteur de l’économie», a déclaré M. McDonnell lors d’un événement organisé à l’extérieur de la Banque d’Angleterre à l’occasion du 10ème anniversaire de l’effondrement de Lehman. Frères, un incident considéré par beaucoup comme un moment crucial de la crise financière mondiale.

McDonnell a déclaré qu’un gouvernement travailliste chercherait à rétablir un équilibre dans les services financiers, car, selon lui, beaucoup continuaient à payer le prix de la crise financière entamée en 2008 en raison de la baisse du niveau de vie et des coupes dans les services publics.

Les travaillistes ont une chance de se présenter au bureau si le gouvernement du Premier ministre Theresa May ne parvient pas à conclure un accord sur le retrait de la Grande-Bretagne de l’UE dans les mois à venir.

Un membre important du parti travailliste a déclaré que le parti avait de plus en plus de chances de voter contre l’accord conclu en mai avec l’Union européenne sur la manière dont la Grande-Bretagne quitterait le bloc en mars prochain.

«Même s’ils reviennent en arrière octobre ou en novembre et ils disent que ‘ce petit bout de papier est ce que vous devrez accepter, sinon il n’y aura pas d’accord’, nous n’accepterons ni l’un ou l’autre», a déclaré Emily Thornberry au Financial Times vendredi.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :